Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 septembre 2017 1 04 /09 /septembre /2017 17:52

Pour cette 22 ème édition de la Nuit du Blues au Zénith de Caen, l’association « Backstage »  a prévu une programmation est très chamarrée, électrique mêlant le blues francophone et américain.

Pour commencer, les caennais « The Barguys ». Soul, funk, rock le groupe interprète ses compositions modernes. Les vainqueurs du « tremplin de Traverse » 2016 enchainent les scènes et leur succès grandit. La grande scène leur va bien, Alexandre Lesueur, le chanteur et claviériste occupe sans problème tout l’espace. Les musiciens donnent au public, certains morceaux comme « Midnight Love » « Shame on Me » deviendraient vite entêtant. Avec

Alexandre Lesueur (chant, claviers),

Marc Mitou (batterie)

Didier Fleury (guitare),

Laurent Choubrac (guitare)

Thierry Thomas (basse)

 

Ils chauffent la salle pour laisser la place à un groupe toulousain dont la réputation dépasse les frontières de l’hexagone.

22 eme Nuit du Blues de Caen
22 eme Nuit du Blues de Caen22 eme Nuit du Blues de Caen
22 eme Nuit du Blues de Caen

Awek et Nico Duportal

Ensuite, Awek , un des meilleurs groupe européen qui prendra le relai. Avec plus de vingt ans de scène, vingt trois pour être juste, dix albums , »Long Distance « pour le dernier sorti en janvier 2017  et des centaines de concerts, ils n’ont rien à démontrer.

Leur livre « 20 ans de Blues » est un témoignage de cette belle histoire de vie.

Elu meilleur groupe de Blues français en 2004 et 2005, récompensés à Berlin en 2011 , à IBC Memphis en 2008 , à Cognac Blues Passion en 2008, ils continuent à user le bitume  et à jouer sur les scènes de France et d’ailleurs. Emotion, passion et expérience restent les fils conducteurs de leur créations et représentations. Ils prévoient soixante dix  belles dates minimum pour cette année, certains vont se régaler. Un petit tour en Normandie, à la Traverse par exemple serait vraiment bien venu. Tu en penses quoi Paul, tu es d’accord ???

Ils inviteront le guitariste et ami Nico Duportal à les rejoindre pour cette soirée. Il n'a que pour seul objectif de faire danser le public, voir remuer et s'agiter dans tous les sens l'auditoire et l’association va être détonante et dansante.

Un hommage à Chuck Berry et aussi à BB King viendront ponctuer le set comprenant de nombreux titres de leur dernier album et de leurs compositions. Avec

Bernard SELLAM : chant, guitare
Joël FERRON : basse
Olivier TREBEL : batterie
Stéphane BERTOLINO : harmonica

22 eme Nuit du Blues de Caen
22 eme Nuit du Blues de Caen22 eme Nuit du Blues de Caen
22 eme Nuit du Blues de Caen

Zac Harmon

La star de la soirée, c’est Zac Harmon . Il vient du Mississipi, juste pour trois dates françaises. Avec son groupe, ils nous offriront un très beau set où rien n’est laissé au hasard.  Ils savent comment tenir le public en haleine et le tenir éveillé, jusqu’à une heure avancée de la nuit.

Sourire enjôleur, pas de danses bien orchestrés tout est en place pour séduire. Et çà marche.

Mais l’ensemble manque vraiment de naturel. Tout est prévu, chaque sourire, chaque pas de danse, les déhanchements  répétés de Zac. Avec

 

Zac Harmon :guitare, chant

Robert Sullivan :guitare

Corey Lacy :claviers

Christopher Gipson :basse

Ralph Forrest :batterie

22 eme Nuit du Blues de Caen
22 eme Nuit du Blues de Caen22 eme Nuit du Blues de Caen
22 eme Nuit du Blues de Caen
22 eme Nuit du Blues de Caen
22 eme Nuit du Blues de Caen22 eme Nuit du Blues de Caen
22 eme Nuit du Blues de Caen
Repost 0
pixels et décibels - dans photos musique
commenter cet article
14 août 2017 1 14 /08 /août /2017 11:30

Terres du son

Dimanche, troisième et dernier jour.

A une certaine distance de l’emplacement de Ginko, on l’entend de très loin la batterie qui accompagne Popa Chubby. Tout en force, comme d’habitude.

Calé sur sa chaise, il joue de sa vieille guitare pendant que le public scande et frappe dans les mains énergiquement. Il est heureux, ce public qu’il aime à un bon esprit.

A Biloba, pendant ce temps, c’est encore le reggae qui revient. Ils sont tous haut en couleur, ils changent leur place et leurs instruments et se passe le rôle de chanteur à chaque morceau. Inna de Yard donne de la bonne humeur et même si le ciel devient noir, il restera toujours un peu de soleil avec eux.

Cà y est l’orage éclate, il tombe des trombes d’eau. Un abri tout près se profile, la salle de conférences. Il y a des rendez-vous de presse en vue. Ce sera l’occasion de découvrir Môme qui donnera un concert dans la soirée. Un jeune homme tout timide, il se dévoilera et se déchaînera ce soir. L’interview suivante est pour deux des chanteurs de « Un air, Deux familles ». Et là, c’est décontracté, expérimenté et plein d’humour.

L’information sur le bilan du festival est trop en retard, tant pis, c’est l’heure de retrouver Imany.

Il pleut toujours beaucoup. Imany est déjà venue il y a cinq ans dans les mêmes conditions, mais elle a une aura spéciale sur la pluie et va comme précédemment la chasser. Le show débute dans une ambiance stricte, militaire. Cachée au fond de la scène, toujours avec un foulard noué autour de la tête, elle chante son premier morceau droite comme un I. Elle reviendra vite devant, demandant au public de participer aux arrangements en chantant avec elle. Une reprise de Queen revisitée et c’est bientôt « Clap your hands » qui viendra clore le concert.

Changement radical de style…

La pluie a cessé et ceux sont maintenant les roumains de la fanfare Ciorcarlia qui vont souffler dans plein de sortes d’instruments à vent. A l’origine, ils étaient douze musiciens. Ils ne jouaient alors que pour les mariages et autres baptêmes. Mais ils se sont développés et maintenant ce sont des tournées internationales qui les emmènent sur la voie du succès.

 

Retour à Ginko. « Un air, deux familles » est entré sur la scène. Le projet est né de la réunion des « Ogres de Barbak » et des « Hurlements d’Léo ». Et avec deux groupes comme eux, on ne se prend pas vraiment au sérieux. Ils jouent ensemble les morceaux de chacun d’eux, des compositions écrites ensemble et surtout reprennent le célèbre « Salut à toi », le public aime. C’est donc un joyeux tintamarre avec de nombreux musiciens, dont Jojo l’accordéoniste. La nuit est tombée, la fraicheur s’installe.

Retour sur l’électro. Le public est installé sur le parterre en masse. C’est le tour de « Petit Biscuit ». Seul devant ses consoles, le jeune bachelier originaire de Rouen a déjà fait une tournée internationale. Pour cet été, il parcourt plusieurs festivals en France.

Pour rester dans le même style de musique, le public se déplace vers l’autre grande scène. Môme est attendu. Une console au look très moderne, une guitare et ce sera un grand tableau lumineux et sonore. La timidité est partie, il est déchainé…

 

Terres du son touche à sa fin pour 2017.  C’est encore une édition riche, avec un public qui est venu en nombre.

Comme le souhaite l’organisation, le chiffre de fréquentation reste stable avec 40 000 entrés pour les 3 jours, et surtout une augmentation de l’accès aux personnes dépendantes. Le nombre de fauteuils roulants croient mais aussi les familles et les poussettes.

Le pari est donc tenu et l’année prochaine, on devrait retrouver le même esprit.

Merci aux organisateurs mais surtout merci à tous les bénévoles qui travaillent sur le site, que l’on retrouve d’une année à l’autre et qui gardent le sourire avec trois jours de présence intensive, quelle que  soit les circonstances.

 

Terres du son ; dimanche
Terres du son ; dimanche
Terres du son ; dimanche
Terres du son ; dimanche
Terres du son ; dimanche
Terres du son ; dimancheTerres du son ; dimanche
Terres du son ; dimanche
Terres du son ; dimanche
Terres du son ; dimancheTerres du son ; dimanche
Terres du son ; dimanche
Terres du son ; dimanche
Terres du son ; dimanche
Terres du son ; dimanche
Terres du son ; dimanche
Terres du son ; dimancheTerres du son ; dimanche
Terres du son ; dimanche
Terres du son ; dimanche
Terres du son ; dimancheTerres du son ; dimanche
Terres du son ; dimanche
Terres du son ; dimanche
Terres du son ; dimancheTerres du son ; dimanche
Terres du son ; dimanche
Terres du son ; dimanche
Terres du son ; dimanche
Terres du son ; dimanche
Terres du son ; dimancheTerres du son ; dimanche
Terres du son ; dimanche
Terres du son ; dimanche
Terres du son ; dimancheTerres du son ; dimanche
Terres du son ; dimanche
Repost 0
pixels et décibels - dans photos musique
commenter cet article
10 août 2017 4 10 /08 /août /2017 16:00

SAMEDI

 

Le thermomètre flirte au dessus des 30 degrés.

Pour débuter cette chaude après midi, Bachar Mar Khalife le musicien libanais et son groupe sont à Biloba.

Oud, piano, percussion résonnent la musique orientale. Une chanteuse viendra les rejoindre. Grande, mince, vêtue d’un boubou version moderne, elle a une magnifique voix. Dommage que le public ne soit pas encore arrivé en nombre pour écouter cet artiste.

 

Revenons à la scène française. La chanteuse Camille revient sur le devant de la scène avec un nouveau show. Que des percussionnistes et des choristes. Pas de guitare, pas de basses…

Dans une ambiance bleue, elle chante et danse avec ses musiciens et choristes, s’appuyant sur son dernier album. Un tambour géant est perché au fond de la scène. Il répond à un deuxième musicien, jouant avec les pas de danse et les mots de Camille. A l’occasion de leur anniversaire du jour, elle invitera quelques personnes à partager une bourrée sur scène.

 

Un petit quart d’heure de pause et un verre d’eau plus tard, il est temps de rejoindre Raul Midon à Biloba. Auteur, compositeur, guitariste, vivant à NYC, son style musical empreinte les sons du jazz, du folk, de blues et de la soul et parfois même des ambiances latino.

 

Il sera mon coup de cœur de la journée et une découverte, pour moi. Faada Freddy et ses comparses m’ont étonné et séduite. Pas d’instrument, ils fabriquent tous leurs sons avec leur bouche, imitant guitares, basses, percussion et autres. Ils interprèteront même un « We will rock you » à leur façon. Faada Freddy est sénégalais, chante en français, anglais mais aussi en wolof, la langue de son pays natal. Les compositions sont rythmées, dansantes. A ne pas rater à l’occasion.

 

La nuit est revenue pour cette deuxième journée, il fait un peu moins chaud , le cannabis passent de lèvres en lèvres.

 

Ils sont déjantés, survoltés. Les Gogol Bordello sont là. Un mix de musiques des balkans avec accordéon et violon et l’introduction de musique punk, ils viennent de créer la « Gypsy punk ».

Gogol Bordello est notamment connu pour son sens du spectaculaire qui anime chacun ses concerts grâce à l'énergie débordante d'Eugene Hütz, le chanteur moustachu. Ce groupe se produit énormément en concert et tourne à travers les États-Unis et toute l'Europe.

Il est difficile de rester immobile en les regardant.

 

Le clou de la soirée que tous attendent est bientôt là.

Un peu d’attente pour mieux chauffer l’ambiance, ils connaissent les ficelles du métier. Lumières. Ils entrent et c’est le délire. Gojira, l’ex Godzilla nous prépare un super show avec fumigènes. Puissant, bouillonnant, les adeptes du métal sont servis.

Six albums studio au compteur, des scènes partagées avec Metallica, le groupe le plus connu à l’international est français. Et le public est là, ils ne sont pas toujours en tournée en France.

 

 

 

 

Terres du Son, Samedi 8 juillet 2017
Terres du Son, Samedi 8 juillet 2017Terres du Son, Samedi 8 juillet 2017
Terres du Son, Samedi 8 juillet 2017
Terres du Son, Samedi 8 juillet 2017
Terres du Son, Samedi 8 juillet 2017Terres du Son, Samedi 8 juillet 2017
Terres du Son, Samedi 8 juillet 2017
Terres du Son, Samedi 8 juillet 2017
Terres du Son, Samedi 8 juillet 2017Terres du Son, Samedi 8 juillet 2017
Terres du Son, Samedi 8 juillet 2017
Terres du Son, Samedi 8 juillet 2017Terres du Son, Samedi 8 juillet 2017
Terres du Son, Samedi 8 juillet 2017
Terres du Son, Samedi 8 juillet 2017
Terres du Son, Samedi 8 juillet 2017
Terres du Son, Samedi 8 juillet 2017
Terres du Son, Samedi 8 juillet 2017Terres du Son, Samedi 8 juillet 2017
Terres du Son, Samedi 8 juillet 2017
Terres du Son, Samedi 8 juillet 2017
Terres du Son, Samedi 8 juillet 2017Terres du Son, Samedi 8 juillet 2017
Terres du Son, Samedi 8 juillet 2017
Terres du Son, Samedi 8 juillet 2017
Terres du Son, Samedi 8 juillet 2017Terres du Son, Samedi 8 juillet 2017
Terres du Son, Samedi 8 juillet 2017
Repost 0
pixels et décibels - dans photos musique
commenter cet article
14 juillet 2017 5 14 /07 /juillet /2017 07:47

Terres du Son 2017

 

Retour en Touraine pour Terres du Son. Sous un ciel bleu et un soleil radieux, il me faudra trois heures de route pour rejoindre le Domaine de Cande et le festival.

Les festivités vont grand train à Tours, en même temps se déroule l’American Festival Tours.

C’est sur un espace de 250 hectares que la musique s’est installée pour ces trois jours.

Avec une programmation variée, alliant autant la pop, le blues, le jazz, l’électro…

Les artistes ont quatre scènes pour s’exprimer, allant de la scène locale aux artistes internationaux. Biloba et Ginko pour les plus connus et Chapitoo et Propulsion pour les découvertes.

En parallèles aux festivités musicales, il y a des animations proposées aux festivaliers. Un point fort qui différentie Terres du Son des autres festivals, c’est son engagement très fort sur l’écologie, le social et l’économie. Il est impératif de minimiser l’impact d’un tel regroupement sur l’environnement, de promouvoir les actions sociales et d’aider l’accès à tous, de booster l’économie locale.

Mais il ne faut pas pour autant oublier la programmation.

Pour l’ouverture, ce vendredi rassemble un beau cocktail.

Après une brève conférence de presse, Tété et son ami Lunaire rejoindront Biloba. Une porte pour ouvrir le conte et raconter l’histoire inventée avec l’aide de Thierry Fanfan le bassiste. Tété et sa poésie nous entraineront dans un imaginaire bordé de blues et de folk.

Une deuxième porte se refermera sous les applaudissements du public. L’histoire est finie.

 

Roche Musique et ses jeunes talents va nous proposer une ambiance radicalement différente. Tommy Jacob, Plage 84 sont des adeptes de l’électro hip hop. Il y aura aussi FKJ ou French Kiwi Juice, multi instrumentiste avec son sax et ses claviers, sa voix. Cà groove tout en douceur sur le parterre avec cette musique un peu jazzy qui sent bon le soleil, les amours éphémères. Nait à Tours, il est heureux de revenir chez lui.

 

FKJ a amené l’été avec sa musique et c’est maintenant au tour des Jamaïcains de garder la chaleur et la nonchalance des îles. ProtoJe et les Indiggnations évoquent toujours les thèmes  cher au reggae, violence, injustice, religion et l’amour sous les couleurs rastafaris. Ils rendent hommage au grand leader du reggae, Bob Marley. Pacifiste, la devise de ProtoJe est

 

« N’ est ce  pas détruire ses ennemis que d’en faire des amis « .

 

Naive New Beater est un groupe franco-canadien d’électro rock. Après Wallace en 2009 puis La Onda en 2012, David Boring, leader du groupe et chanteur, Martin Luther BB King à la guitare, et Eurobelix aux machines, ils lancent leur troisième album « A La Folie ». Un clip exceptionnel à 360 degré accompagne le titre Heal Tomorrow.

La soirée sera dansante et agitée.

 

Il est un peu plus de 21 heures et après une conférence de presse sympathique traduite par Alix, il est temps de rejoindre Morcheeba avec bien entendu Skyes et Ross sue la scène.

C’est toujours un grand plaisir de les rejoindre. Ils ont un nouvel album, mélange de hip hop, rhythm and blues et pop. Ils parlent de leur vie, des enfants, des amours, du quotidien. C’est encore une réussite et le succès est bien là.

 

La nuit est tombée, la chaleur elle ne descend pas et il fait toujours très soif. Pas que de l’eau pour un certain nombre qui se sont écroulés et dorment au sol.

 

Il est temps d’aller rejoindre un duo électro français, Synapson. Formé en 2009 par Alexandre Chiere et Paul Cururon, ils viennent de sortir un deuxième EP. Ils inviteront la chanteuse Anna Kova en autre pour le titre « All In You ».

 

Terres du son 2017: vendredi 7 juillet
Terres du son 2017: vendredi 7 juilletTerres du son 2017: vendredi 7 juillet
Terres du son 2017: vendredi 7 juillet
Terres du son 2017: vendredi 7 juillet
Terres du son 2017: vendredi 7 juilletTerres du son 2017: vendredi 7 juillet
Terres du son 2017: vendredi 7 juilletTerres du son 2017: vendredi 7 juillet
Terres du son 2017: vendredi 7 juillet
Terres du son 2017: vendredi 7 juillet
Terres du son 2017: vendredi 7 juillet
Terres du son 2017: vendredi 7 juillet
Terres du son 2017: vendredi 7 juilletTerres du son 2017: vendredi 7 juillet
Terres du son 2017: vendredi 7 juillet
Terres du son 2017: vendredi 7 juillet
Terres du son 2017: vendredi 7 juilletTerres du son 2017: vendredi 7 juillet
Terres du son 2017: vendredi 7 juillet
Terres du son 2017: vendredi 7 juilletTerres du son 2017: vendredi 7 juillet
Terres du son 2017: vendredi 7 juillet
Terres du son 2017: vendredi 7 juilletTerres du son 2017: vendredi 7 juillet
Terres du son 2017: vendredi 7 juillet
Terres du son 2017: vendredi 7 juilletTerres du son 2017: vendredi 7 juillet
Terres du son 2017: vendredi 7 juillet
Terres du son 2017: vendredi 7 juillet
Terres du son 2017: vendredi 7 juilletTerres du son 2017: vendredi 7 juillet
Terres du son 2017: vendredi 7 juillet
Terres du son 2017: vendredi 7 juilletTerres du son 2017: vendredi 7 juillet
Terres du son 2017: vendredi 7 juillet
Repost 0
pixels et décibels - dans photos musique
commenter cet article
7 juin 2017 3 07 /06 /juin /2017 20:22

les festival des soirees du cameleon

"

La culture est comme la démocratie, elle s’use quand on ne s’en sert pas !

Le caméléon est de retour pour la 16e année .

D’un trio vocal à nos classes orchestres, d’un collectif festif à notre ensemble symphonique, d’un joueur égyptien à un chanteur de blues, d’un virtuose des cordes frottées à nos jeunes rockeurs, d’un reggae aux platines tropicales,… il y en aura pour toutes les oreilles et toutes les bourses.

Un choix assumé : des têtes d’affiche qui ont plus l’habitude de faire le tour de la terre que le tour des plateaux télé !

Une nouveauté : une scène extérieure gratuite !

Une continuité : le volet pédagogique avec des master class  (les 3Somesisters avec la classe voix, Pavel Sporcl avec la classe de violon/alto, David Jacob (Trust) avec la classe de basse électrique, Blue Clouds avec les ateliers « impro »…).

festival des soirees des cameleons

Il a maintenant pris ses marques au théâtre de l’Arsenal. La nouvelle salle de Val de Reuil peut accueillir 1000 personnes avec un espace extérieur en prime.

Le leit motif du festival, c’est la rencontre, rencontre entre musiciens professionnels et amateurs, rencontre entre les publics de tout horizon, rencontre entre les différents styles d’expression musical ou corporel. Comme partout, le financement est difficile , mais la ville de Val de Reuil met un point d’honneur à soutenir ce lieu d’échange entre toutes les mosaïques de sa population.

Les bénévoles, enfants de l’école de musique, parents d’enfants, adolescents assurent un gros travail pour l’aboutissement de l’évènement.

Le résultat est spectaculaire, la programmation est variée, mixant les musiques du monde, le reggae, le swing, le rock, le blues , les violons tziganes et l’électro, un DJ…Et bien sur tous les élèves de l’école viendront démontrer leur savoir.

Cette année les Caméléons ont reçu du beau monde avec les 3Somesisters, l’orchestre national de Barbes et son équipe métissée. Ils ont fait danser le public avec des sons venant d’Afrique du Nord, du rock.

20 ans de concerts et un tout nouvel album, et une énergie d’enfer, de bonne humeur. La soirée est festive.

En extérieur ce sont les amateurs de reggae qui vont prendre le relai avec Kimkiliba .

Et pour finir cette première soirée, "Soul et Tropiques" les DJ rouennais feront tourner les platines.

Dimanche, il est 14 heures et la musique repart avec les élèves de l’école.

Swing 276, avec son extraordinaire pianiste lance la danse. Il fait chaud mais des couples dans le public se forment pour danser quelques rocks.

Retour en salle avec un jeune égyptien, leader de son groupe, avec son oud, instrument reflétant la culture orientale. Mohamed Abozekry élu meilleurs joueur de oud du monde arabe en 2009 est revenu de Pragues pour une masterclasse et ce concert. Il repartira dès le concert terminé. Il enchaine les concerts partout dans le monde, faisant découvrir son instrument et sa culture en l’adaptant au monde occidental. L’ensemble a une consonance jazzy très agréable.

Retour en extérieur avec Alex Massmedia, l’enfant de la Traverse comme il aime dire.

Il a gagné le Tremplin de Traverse et pour lui , c’est toujours une grande joie de revoir le public de la région.Il sera accompagné de son guitariste Philippe Odge . Il est possédé par le blues, vit à travers sa musique et ces vibrations intenses sont ressenties par le public. Pour ne rien gacher, il est d’une extrème gentillesse, ouvert à son public .

Il vient de sortir un EP 4 titres « Devil deal ». A écouter d’urgence.

Alors quoi lui souhaiter de mieux que de parcourir les scènes de blues, les festivals d’été et pourquoi pas s’exporter vers des publics sensibles à travers le monde.

Pour clore cette 16 ème édition, Pavel Sporci viendra faire chauffer les cordes de son violon. Il est avec son groupe les « Gipsy Way ».

Un final très apprécié du public pour un final sur la musique des balkans .

 

Mohamed Abozekry
Mohamed AbozekryMohamed Abozekry
Mohamed Abozekry

Mohamed Abozekry

Swing 276
Swing 276Swing 276
Swing 276

Swing 276

Orchestre national de Barbes
Orchestre national de BarbesOrchestre national de Barbes
Orchestre national de Barbes

Orchestre national de Barbes

festival les soirees du cameleon 2017
festival les soirees du cameleon 2017festival les soirees du cameleon 2017
festival les soirees du cameleon 2017
festival les soirees du cameleon 2017
festival les soirees du cameleon 2017
Repost 0
pixels et décibels - dans photos musique
commenter cet article
25 mai 2017 4 25 /05 /mai /2017 10:35

« Enjamber un passé qui nous a brimé, écarté ou déformé et le besoin d’être sincère, que cela plaise ou pas ; de dire, de s’amuser, de bouger, de se dépasser. Musicalement, je suis amoureuse de ces mélodies du début 20e siècle, de ces images des champs de coton et chants d’esclave qu’on entend aussi dans sa musique. Un chant a capela et tout est là, comme ce verse qu’elle chante seule de St Louis Blues et nul besoin d’autre chose. Elle parle, elle dit, elle est là et par elle je me suis permise de le faire avec ce 3e album, je le fais sur scène et c’est magique de se laisser aller ainsi. »

Sarah Lenka parle ainsi de Bessie Smith.

L’Impératrice du blues née le 15 avril 1894 à Chattanooga (Tennessee) n’a pas eu beaucoup de temps pour chanter en musique des « lamentations » sur la dure vie des noirs américains de cette époque .Un accident de voiture aura raison d elle à Clarksdale. L’hôpital où elle rendit son dernier souffle existe toujours, c’est une petite maison transformé en hôtel.

Cette vie difficile, elle l’a bien remplie. Sexe, drogue et rock’n roll animaient ses jours et ses nuits de débauche. Les nuits blanches se succédaient, l’alcool clandestin coulait à flots, le cannabis enfumait et les amours interdits s’enchainaient . A l’ère de la Prohibition, Bessie chantait "Any bootlegger is a pal of mine" - "N'importe quel fabricant d'alcool clandestin est mon copain".

C’est le répertoire de cette vie, bravant et décriant les interdits  qui a séduit Sarah Lenka.

Les paroles restent d’actualité, les mélodies ont été revues à la mode actuelle. La voix de Sarah Lenka incarne parfaitement le personnage de Bessie Smith.

Ce sera un moment très agréable que nous offrira le quintet, redécouvrant une nouvelle adaptation des racines du blues.

Avec

SarahLenka :Chant
FabienMornet :Banjo
TaofikFarah :Guitare
ManuelMarches :Contrebasse
Malo Mazurié : Trompette

 

 

Sarah Lenka chante Bessie Smith
Sarah Lenka chante Bessie SmithSarah Lenka chante Bessie Smith
Sarah Lenka chante Bessie Smith
Sarah Lenka chante Bessie Smith
Sarah Lenka chante Bessie SmithSarah Lenka chante Bessie Smith
Sarah Lenka chante Bessie Smith
Sarah Lenka chante Bessie Smith
Sarah Lenka chante Bessie SmithSarah Lenka chante Bessie Smith
Sarah Lenka chante Bessie Smith
Repost 0
pixels et décibels - dans photos musique
commenter cet article
25 mai 2017 4 25 /05 /mai /2017 09:58

Magma a été fondé en 1969 par le batteur Christian Vander et le bassiste Laurent Thibault deux ans après la mort de John Coltrane. Traumatisé à vie par ce dernier qu’il considère comme guide musical et spirituel, Christian Vander va entreprendre de créer une musique complexe mêlant les sonorités du jazz, y combinant les influences classique, contemporaine, le psychédélisme.

Ils nous livrent des histoires dans un langage créé de toute pièce. Magma conte l'histoire de Kobaïa, "une planète où tout se passerait bien, où les gens seraient de bonne volonté, où il n'y aurait ni guerre, ni problème ». Ses habitants, les kobaïens, ont pour mission de punir les Terriens de leurs mauvais agissements. Le langage de Magma est à prendre comme sa musique. C’est tout ou rien. On est pris et on adhère, et dans le cas contraire on rejette totalement.

La musique de Magma, parfois emportée ou bien apaisée, et la rythmique de Christian Vander, autant chanteur que batteur apporte un soutien massif au chœur. Magma irrite ou fascine.

Stella - Tauhd Zaïa : chant, percussions
Isabelle Feuillebois - Enör Zanhka : chant
Hervé Aknin : chant
James Mac Gaw - Staiïss Ësslëhnt’ : guitare
Jérome Martineau-Ricotti : Piano, Fender
Benoît Alziary : Vibraphone, Fender
Philippe Bussonet - Gëhnohr Dügohnn’ : basse
Christian Vander - Zebëhn Straïn de Geustaah : batterie, chant, percussions

MAGMA à la Traverse
MAGMA à la TraverseMAGMA à la Traverse
MAGMA à la Traverse
MAGMA à la Traverse
MAGMA à la TraverseMAGMA à la Traverse
MAGMA à la Traverse
MAGMA à la Traverse
Repost 0
pixels et décibels - dans photos musique
commenter cet article
10 mai 2017 3 10 /05 /mai /2017 20:03

Spring Break Blues 2017

 

C’est la quatrième édition du Spring Break Blues , qui comme les autres années clôturera le « Blues from Mars ».

Au programme, que des normands avec Miss Victoria Crown et son rockabilly, Slaughterhouse Brothers et leur rock psyché et enfin Little Bob, l’incontournable rockeur français.

Pour inaugurer cette soirée normande, Michel Gaudray a présenté une conférence sur la naissance du rock en Normandie. Une belle tranche de vie qu’il a vécu comme guitariste et chanteur avec ses amis et concurrents des autres groupes de l’époque. Il nous quittera vers 20 heures avec encore beaucoup de choses à partager pour laisser la place à Miss Victoria Crown.

 

 

Elle, elle toute jeune, débordante d’énergie. Elle reprendra pas mal de morceaux des années 50 accompagné en autre de Zio à la contrebasse, plutôt un vieux routard de la scène qui a tagué son instrument à l’effigie d’Elvis Presley.

Une reprise remarquée de « l’Homme à la Moto » qui a bien plus au public. Cà swingue bien, çà danse et çà donne la banane, pas que dans les cheveux. Un beau set qui promet un belle avenir à la Miss.


Victoria : Chant
Nico : Guitare
Vincent : Guitare
Zio : Contrebasse
Thierry : Batterie

Petit changement de plateau, les Hot Slap animeront le hall de la Traverse. Ils reviendront en entracte et en after avec beaucoup de décibels.

4 ème Spring Break Blues avec Little Bob et les Blues  Bastards, Miss Victoria Crown et Slaughterhouse Brothers
4 ème Spring Break Blues avec Little Bob et les Blues  Bastards, Miss Victoria Crown et Slaughterhouse Brothers4 ème Spring Break Blues avec Little Bob et les Blues  Bastards, Miss Victoria Crown et Slaughterhouse Brothers
4 ème Spring Break Blues avec Little Bob et les Blues  Bastards, Miss Victoria Crown et Slaughterhouse Brothers
4 ème Spring Break Blues avec Little Bob et les Blues  Bastards, Miss Victoria Crown et Slaughterhouse Brothers
4 ème Spring Break Blues avec Little Bob et les Blues  Bastards, Miss Victoria Crown et Slaughterhouse Brothers4 ème Spring Break Blues avec Little Bob et les Blues  Bastards, Miss Victoria Crown et Slaughterhouse Brothers
4 ème Spring Break Blues avec Little Bob et les Blues  Bastards, Miss Victoria Crown et Slaughterhouse Brothers

Place maintenant au deuxième groupe, les Slaughterhouse Brothers. Ils arrivent de Caen.C’est un rock plus actuel qui nous ramènent seulement une quarantaine d’années en arrière. Elvis est loin, ils se disent influencé par Elvis Costello, Love, Pink Floyd. Ils ont deux albums à leur actif. Le dernier « The man is gone » est tout nouveau. C’est une belle découverte que ce groupe qui aime la scène, mais quel dommage de ne pouvoir les voir sur cette scène plongée dans l’obscurité….


Lancelot : Chant, Guitare, Clavier
Vincent : Chant, Guitare
Florian : Chant, Basse, Guitare
Nick : Batterie

4 ème Spring Break Blues avec Little Bob et les Blues  Bastards, Miss Victoria Crown et Slaughterhouse Brothers
4 ème Spring Break Blues avec Little Bob et les Blues  Bastards, Miss Victoria Crown et Slaughterhouse Brothers4 ème Spring Break Blues avec Little Bob et les Blues  Bastards, Miss Victoria Crown et Slaughterhouse Brothers

Maintenant la place est à la légende du rock français, l’homme au perfecto rouge …Place à Little Bob et aux Blues Bastards.

Lui qui cherche depuis longtemps à jouer à Rouen dans une salle récente, au 106 pour les citer, se retrouve à Cléon.

Il est heureux d’être parmi nous. L’été dernier, il a fêté ses quarante années de carrière avec un grand concert gratuit sur la plage du Havre. Une compilation « live » vient juste de sortir et pour l’automne, c’est un nouvel album qui est en préparation. Son actualité est chargée. En plus du studio et de la scène, il va enregistrer un titre en français pour le film documentaire « La Classe Ouvrière « .

Pour cette soirée rouennaise, ou presque le public s’est déplacé et la Traverse a fait le plein.

Une vingtaine de morceaux prévus, quelques uns non prévus, de toute façon, le guitariste les connait tous et peut jouer n’importe quel titre du répertoire de Little Bob. Sans compter au moins les six titres du rappel.

Cà bouge dans la salle, Little Bob invite le public à chanter en tendant le micro, donne des poignées de mains chaleureuses à ses fans admiratifs.

Il chante le rock et le blues avec sa voix puissante , met le public en émoi.

Rouen a bien fait de ne pas le programmer, nous étions tous heureux de l’avoir à Cléon…

Little Bob : Chant
Bertrand Couloume : Contrebasse
Gilles Mallet : Guitares
Jérémie Piazza : Batterie
Mickey Blow : Harmonica

4 ème Spring Break Blues avec Little Bob et les Blues  Bastards, Miss Victoria Crown et Slaughterhouse Brothers
4 ème Spring Break Blues avec Little Bob et les Blues  Bastards, Miss Victoria Crown et Slaughterhouse Brothers4 ème Spring Break Blues avec Little Bob et les Blues  Bastards, Miss Victoria Crown et Slaughterhouse Brothers
4 ème Spring Break Blues avec Little Bob et les Blues  Bastards, Miss Victoria Crown et Slaughterhouse Brothers
4 ème Spring Break Blues avec Little Bob et les Blues  Bastards, Miss Victoria Crown et Slaughterhouse Brothers
4 ème Spring Break Blues avec Little Bob et les Blues  Bastards, Miss Victoria Crown et Slaughterhouse Brothers4 ème Spring Break Blues avec Little Bob et les Blues  Bastards, Miss Victoria Crown et Slaughterhouse Brothers
4 ème Spring Break Blues avec Little Bob et les Blues  Bastards, Miss Victoria Crown et Slaughterhouse Brothers
Repost 0
pixels et décibels - dans photos musique
commenter cet article
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 16:10

Gilles Adam et « Mon tour de champ est un hectare ».

 

Auteur, compositeur, interprète mais aussi comédien, originaire du Havre, Gilles Adam est un magicien, un humoriste.

Avec lui, les mots jouent avec l’orthographe. Même Bernard Pivot aurait eu du mal avec la correction de sa dictée tant l’écriture change avec le sens caché des mots.

Il s’amuse avec la langue française et parle d’amour, de la guerre, de l’enfance, de la religion et de tout ce qui fait notre actualité quotidienne avec  humour .

Et pour dynamiser la représentation, il joue sur la durée des morceaux, allant de quelques secondes à quelques minutes.

Le temps de comprendre la ruse et le morceau suivant est déjà lancé….

Gilles Adam au Trianon Transatlantique
Gilles Adam au Trianon TransatlantiqueGilles Adam au Trianon Transatlantique
Gilles Adam au Trianon Transatlantique
Gilles Adam au Trianon Transatlantique
Gilles Adam au Trianon TransatlantiqueGilles Adam au Trianon Transatlantique
Gilles Adam au Trianon Transatlantique
Repost 0
pixels et décibels - dans photos musique
commenter cet article
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 19:55

Hat Fitz and Cara

Il  est australien , du Queensland pour être exact, porte une barbe à la ZZ pop, la tête couverte par un large chapeau.

Elle, elle est irlandaise, plutôt frêle, blonde, bouclée avec un nœud rouge dans les cheveux.

Tous les deux sont à la mode des années 30...du siècle dernier ou même celui d'avant.

Elle , elle jouait de la musique celtique, lui c'est le blues depuis toujours.

Ils sont un duo et même un couple atypique. Leur culture musicale différente s'est mêlée  pour donner naissance à un blues rugueux accompagné d'une slide et de la voix puissante de Cara. Elle, c'est la batterie, le washboard et pour revenir sur ces origines irlandaises, une petite flûte comme dans "Shakedown".

Elle parle beaucoup, lui, il grogne, ils rient ensemble, heureux de  jouer, heureux de nous satisfaire.

Ils tournent tous les deux pour leur dernier album "After the rain " .

S"ils passent près de chez vous, n'hésitez pas, allez y.
Sugaray Rayford et   Hat Fitz & Cara à la Traverse
Sugaray Rayford et   Hat Fitz & Cara à la TraverseSugaray Rayford et   Hat Fitz & Cara à la Traverse
Sugaray Rayford et   Hat Fitz & Cara à la Traverse
Sugaray Rayford et   Hat Fitz & Cara à la Traverse
Sugaray Rayford et   Hat Fitz & Cara à la TraverseSugaray Rayford et   Hat Fitz & Cara à la Traverse
Sugaray Rayford et   Hat Fitz & Cara à la Traverse

Sugaray Rayford

sur FB

Notre texan est de retour en France, il aime la France et surtout sa cuisisne et son public...Et çà se voit.

Avec ses musiciens, c'est sans tambour ni  trompette qu'ils arrivent sur la scène de la Traverse , le public, encore au bar revient vite dans la salle .

Il s'en suit une rigolade avec les musiciens montrant une belle complicité entre eux.

Et puisqu'il faut commencer, c'est parti.

Pas de danse et déhanchements mettent en valeur les généreuses fesses de notre colosse.

Le guitariste, Gino Matteo participe également , esquissant quelques pas.

Le public abandonne les sièges pour rejoindre le groupe devant la scène et participer à l'ambiance.

Sugaray s'offrira deux bains de foule pour mobiliser les récalcitrants.

Il y aura deux trente de musique, d'énergie sans faille  et des litres de sueur déversée sur les planches.

Belle soirée énergisante et généreuse .

Membres du groupe de Sugaray Rayford :
Sugaray Rayford : Chant
Gino Matteo : Guitare
Lavell Jones : Batterie
Ralph Carter : Basse, Chant
Drake Shining : Clavier, Chant

Sugaray Rayford et   Hat Fitz & Cara à la Traverse
Sugaray Rayford et   Hat Fitz & Cara à la TraverseSugaray Rayford et   Hat Fitz & Cara à la Traverse
Sugaray Rayford et   Hat Fitz & Cara à la Traverse
Sugaray Rayford et   Hat Fitz & Cara à la Traverse
Sugaray Rayford et   Hat Fitz & Cara à la TraverseSugaray Rayford et   Hat Fitz & Cara à la Traverse
Sugaray Rayford et   Hat Fitz & Cara à la Traverse
Repost 0
pixels et décibels - dans photos musique
commenter cet article