Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 mars 2017 3 22 /03 /mars /2017 16:54

http://www.pierpoljak.net/

Pierpojak

Ce soir, la Traverse a abandonnée la couleur blues pour prendre le vert, jaune et noir de la Jamaïque. Ce sera donc reggae.

Il a voyagé sur les îles antillaises puis la Jamaïque à ses débuts. Puis il a découvert d’autres lieux comme la Nouvelle Calédonie, le Cap Vert, les Canaries aux décours de ses aventures avec la justice et de ses problèmes de santé.

Il ramènera de ses rencontres une musique influencée par le reggae bien sur, mais aussi un mix d’exotisme, de nonchalance et de révolte.

Aujourd’hui, il a un dernier album, « Chapeau de paille ».

Il fait perdurer ses voyages sur les flots de toutes les mers du monde avec une tournée bien fournie en dates.

Un air de vacances qui donne la pèche ou encore un morceau tout doux pour se la couler douce, c’est un spectacle varié.

Après plusieurs albums disque d’or, de nombreux pur jus jamaïcain, des titres qui martèlent la tête comme « Je ne sais pas jouer », »Pierpojak », »La Music ».

Il sait garder son public en haleine.

Ce soir, il invitera son ami William Brutus à partager le scène pour deux morceaux. Ils partagent déjà le même label « Garvey Drive Records ».

Pierpoljak à la Traverse
Pierpoljak à la TraversePierpoljak à la Traverse
Pierpoljak à la Traverse
Pierpoljak à la Traverse
Pierpoljak à la TraversePierpoljak à la Traverse
Pierpoljak à la Traverse

https://www.facebook.com/IshmelMcanuffMack1zilla

Ismael Mc Canuff

C’est un représentant de la scène reggae actuelle.

Fils de Winston Mcnanuff, et frère Matthew, décédé tragiquement en août 2012 à l’âge de 25 ans, il partage désormais sa vie entre Paris et la Jamaïque.

Il a assuré la première partie de cette soirée reggae .

Ismael Mc Canuff est un Jamaïcain pure souche, qui a baigné dans la musique dès sa plus tendre enfance.

Son père, lui-même chanteur lui a tendu le micro pur chanter alors qu’il n’était qu’un petit garçon de moins de trois ans.

Et depuis, il chante.

On peut également apercevoir Ishmel McAnuff quand il avait 3 ans sur la photo de la couverture du DVD documentaire "I and I after Bob Marley 21.000 Miles" .

A 7 ans, il se produisait régulièrement lors d'évènements , interprétant ses propres chansons .

Ishmel avait l'habitude d'utiliser plusieurs noms comme Little Lion, Little Dragon, Trouble Double, et Kenniyata, Ishmael ou Macklaw mais il a fini aujourd'hui par utiliser son vrai nom Ras Ishmel McAnuff

 

Pierpoljak à la Traverse
Pierpoljak à la TraversePierpoljak à la Traverse
Pierpoljak à la Traverse
Pierpoljak à la TraversePierpoljak à la Traverse
Pierpoljak à la Traverse
Repost 0
pixels et décibels - dans photos musique
commenter cet article
7 mars 2017 2 07 /03 /mars /2017 12:30
King Biscuit
D'emblée, on arrive dans le delta du Mississipi. Sylvain à la guitare a retrouvé quelques morceaux du coin, se les ai appropriés et réarrangés.
Avec son complice Fred, ils sortent des sons venus de loin avec un violon bricolé, un ventilateur de poche, une cigare box, un mégaphone et des pieds qui tapent fort sur une estrade en bois.
Ils s'amusent, ils nous amusent et nos oreilles font le  plein de décibels.
Line-up
Sylvain Choinier : compositions, guitare, chant, pied
Fred Jouhannet : co-pilote de road-trip, violons, bizarreries, pied

 

 

 

 

 

Les Nuits de l'Alligator - Luke Winslow King- King Biscuit et Theo Lawrence & the Hearts au 106- Rouen
Les Nuits de l'Alligator - Luke Winslow King- King Biscuit et Theo Lawrence & the Hearts au 106- RouenLes Nuits de l'Alligator - Luke Winslow King- King Biscuit et Theo Lawrence & the Hearts au 106- Rouen
Les Nuits de l'Alligator - Luke Winslow King- King Biscuit et Theo Lawrence & the Hearts au 106- Rouen

Theo Lawrence & the Hearts

ou facebook

La mèche rebelle, jean taille haute avec un large revers à la mode d'y il a quelques décennies en arrière, c'est Theo Lawrence et son groupe les Hearts. Ils ont plantés un décor de bambous en plastique et de lampions chinois, pas très en rapport avec leur rock'n' roll .

Une très belle voix accompagnée de musiciens performants, ils ont déjà sorti un EP en 2016.

Les grandes scènes ne leur font pas peur après avoir testé les Francopholies, le printemps de Bourges...

 

 

Theo Lawrence : Guitar, Vocal
Louis-Marin Renaud : Guitar, Backing Vocal
Olivier Viscat : Bass Guitar
Thibault L. Rooster : Drums, Backing Vocal
Nevil Bernard : Organ, Keyboard
Les Nuits de l'Alligator - Luke Winslow King- King Biscuit et Theo Lawrence & the Hearts au 106- RouenLes Nuits de l'Alligator - Luke Winslow King- King Biscuit et Theo Lawrence & the Hearts au 106- Rouen
Les Nuits de l'Alligator - Luke Winslow King- King Biscuit et Theo Lawrence & the Hearts au 106- Rouen
Les Nuits de l'Alligator - Luke Winslow King- King Biscuit et Theo Lawrence & the Hearts au 106- RouenLes Nuits de l'Alligator - Luke Winslow King- King Biscuit et Theo Lawrence & the Hearts au 106- RouenLes Nuits de l'Alligator - Luke Winslow King- King Biscuit et Theo Lawrence & the Hearts au 106- Rouen

Luke Winslow King

De retour en France avec un nouvel et cinquième album, il participe avec son groupe à la tournée des "Nuits des Alligators".

Basé à New Orleans, c'est toujours avec son sourire ravageur qu'il arrive sur scène pour sa dernière date dans le cadre du festival des Alligators.

Mais il reviendra cet été pour une tournée des festivals .

Avec lui, son fidèle ami et guitariste Roberto Lutti. A eux deux, ils nous feraient presque oublier leurs acolytes.

Et c'est parti pour un voyage américain, aux racines du blues, du jazz et de la country. Avec une interprétation très personnelle de cette musique traditionnelle , ils nous emmènent à Bourbon Street, la tête en l'air à regarder  les colliers qui tombent  des balcons.Luke, le leader du groupe reste très près de son public, cherchant toujours à le satisfaire autant qu'il prend de plaisir à jouer . Il donne tout .

Roberto, lui, ne parle jamais. Quelques regards échangés avec Luke, il plonge  dans sa guitare pour frôler la transe.

Ils vont nous offrir de bons moments, revenant encore pour satisfaire un public conquis.

Et il nous attendra à son stand de merchandising à peine sa prestation scénique terminée.

Merci les Alligators, ce fut une très belle soirée, vous nous avez gâté.

 

Les Nuits de l'Alligator - Luke Winslow King- King Biscuit et Theo Lawrence & the Hearts au 106- Rouen
Les Nuits de l'Alligator - Luke Winslow King- King Biscuit et Theo Lawrence & the Hearts au 106- RouenLes Nuits de l'Alligator - Luke Winslow King- King Biscuit et Theo Lawrence & the Hearts au 106- Rouen
Les Nuits de l'Alligator - Luke Winslow King- King Biscuit et Theo Lawrence & the Hearts au 106- Rouen
Les Nuits de l'Alligator - Luke Winslow King- King Biscuit et Theo Lawrence & the Hearts au 106- Rouen
Les Nuits de l'Alligator - Luke Winslow King- King Biscuit et Theo Lawrence & the Hearts au 106- RouenLes Nuits de l'Alligator - Luke Winslow King- King Biscuit et Theo Lawrence & the Hearts au 106- Rouen
Les Nuits de l'Alligator - Luke Winslow King- King Biscuit et Theo Lawrence & the Hearts au 106- Rouen
Repost 0
pixels et décibels - dans photos musique
commenter cet article
12 février 2017 7 12 /02 /février /2017 11:48

Il va nous envoyer quelques années en arrière , au temps de Dire Straits. Les fans du groupe mythique le suivent de ville en ville comme lorsqu'ils étaient adolescents. Ils viennent de loin pour quelques uns et ils ont rempli la salle qui affiche complet.

John Issley est le bassiste, le seul musicien qui a fait partie du groupe de sa naissance en 1977 à la séparation en 1990.

C'est bien sur à la basse qu'il sera , reprenant la voix à Mark Knopfler.

Il sera entouré de quatre musiciens, guitares, batterie et synthé et d'une choriste .

Il fait noir dans la salle, les ombres arrivent sur scène et c'est " Walk of Life" qui ouvre le concert. Et d'emblée, c'est un tonnerre d'applaudissements.

Suivront s le désordre  "Private Investigation", "Brothers in arm", "Romeo & Juliet", "Money for Nothing" , " Tunel of Love", "Calling Elvis"....

 

Bref, il nous renverra dans notre subconscient pour remettre à jours nos souvenirs lointains et tous ces moments d'évasion .

Parce que même si la voix est différente, même si le jeu de guitare n'est pas le même malgré le renvoi des solos entre les deux guitaristes d'un bout à l'autre de la scène, l'ambiance et la magie opèrent toujours .Et ce ne sont pas les morceaux du derniers albums de John Issley qui feront changer les fans d'avis .

 

Membres du groupe de John Illsley :

Jess Greenfield : Chant (The Herbalizer, Roy Ayers)
John Illsley : Chant, Basse (DIRE STRAITS)
Robbie McIntosh : Guitare, Chant (The Pretenders, Paul Mc Cartney...)
Paul Stacey : Guitare, Chant (Oasis, The Black Crows)
Steve Smith : Clavier, Chant (Robert Plant, Pete Townsend)
Stuart Ross : Batterie, Chant

John Illsley of Dire Straits à la Traverse
John Illsley of Dire Straits à la TraverseJohn Illsley of Dire Straits à la Traverse
John Illsley of Dire Straits à la Traverse
John Illsley of Dire Straits à la Traverse
John Illsley of Dire Straits à la TraverseJohn Illsley of Dire Straits à la Traverse
John Illsley of Dire Straits à la Traverse

Alan Corbel

Il remporte le tremplin Jeunes des Vieilles Charrues et de se produit sur le festival en 2007. Miossec l'a également choisi personnellement pour assurer toutes les premières parties de sa tournée 2009/2010.

Il a eu la dure tache d'assurer la première partie, et comme il dit, difficile rôle lorsque le public attend quelqu'un d'autre.

Le groupe breton avait le soutien des élèves du lycée Maurois avec qui avait eu lieu des échanges à priori très apprécié des élèves.

C'est un deuxième album que va présenter le groupe .

Un album à la fois mélancolique, délicat et élégant, teinté de rock.

John Illsley of Dire Straits à la Traverse
John Illsley of Dire Straits à la TraverseJohn Illsley of Dire Straits à la TraverseJohn Illsley of Dire Straits à la Traverse
John Illsley of Dire Straits à la TraverseJohn Illsley of Dire Straits à la TraverseJohn Illsley of Dire Straits à la Traverse
Repost 0
pixels et décibels
commenter cet article
12 février 2017 7 12 /02 /février /2017 10:00

Trianon Transatlantique

Clarika

De quoi faire battre mon cœur

 

Avec un septième album autobiographique sorti en février 2016, Clarika continue sa tournée et arrive en Normandie.

C’est l’histoire d’une rupture avec l’homme qui a partagé  sa vie professionnelle et familiale pendant 25 ans. Des chansons écrites sur le ton de la dérision mais qui traduisent la douleur d’une séparation.

« Les ruptures amoureuses génèrent parfois de grandes chansons d’amour » écrit elle.

C’est sous un ciel translucide, parsemé de plumes légères que se déroule le spectacle.

Tout commence avec « Je suis Mille » et les cordes de Budapest, ville de naissance de son père. Je suis mille, je suis l’ingénue, je suis la guerrière, je suis la douceur, je suis la colère…

Très vite arrive « La vie sans toi ».

« Hemult « Tellier devait venir pour le duo « La Cible », duo qui parle de l’amour qui s’épuise, du temps qui passe. Finalement, il n’est pas disponible …

Un peu d’amour avec « Les garçons dans les vestiaires » puis vient le temps de la gravité, du choix de mourir avec « Le lutécia », et le suicide de Georgette et Bernard, octogénaires qui ont voulu partir ensemble.

« Je ne te dirai pas « , parce que j’ai eu tant d’amour, que si çà s’arrête, j’en aurai pour le reste de ma vie.

Une petite reprise avec « My sweet lord », de George Harrison et une interprétation très personnelle.

Et encore beaucoup d’autres titres surtout du dernier album.

 

Si le ton est grave, l’ambiance , elle est gaie, souriante, dansante.

Chant : Clarika
Batterie, claviers : Jérémie Pontier
Violon, clarinette, trombone, claviers Fanny Rome
Musicien guitare, basse : Ludovic Leleu
Lumières Vincent Mongourdin
Son : Vincent Lustaud

 

Sur Facebook, à la sortie du concert 
Salle pleine .... de gens et de chaleur et d' énergie communicative ! Quelle belle soirée .
Terminé dans cette chambre de Hotel De l'europe Rouen à me prendre pour Patti Smith quelques heures ! Bah ouais, on a les rêves qu' on peut :-) et ça fait du bien de se la péter de temps en temps !
 
 
 Merci à toi pour ces moments magiques que tu nous offres à chaque concert, et c'est avec une impatience certaine que j'attends le concert du 23 février prochain au Trianon de Paris !!! A quand un CD live ou acoustique au choix, et même les deux, mais là j'abuse . Merci oui encore merci de nous faire oublier le temps d'un concert la mocheté du monde .
 
 
 Clarika ,Patti Smith,pour moi c'est du même niveau, une énergie entière,vraie,unique!vous pouvez vous la jouer sans pb, vous êtes légitime dans ce rôle !
Clarika - De quoi faire battre mon coeur au Trianon Transatlantique
Clarika - De quoi faire battre mon coeur au Trianon TransatlantiqueClarika - De quoi faire battre mon coeur au Trianon Transatlantique
Clarika - De quoi faire battre mon coeur au Trianon Transatlantique
Clarika - De quoi faire battre mon coeur au Trianon TransatlantiqueClarika - De quoi faire battre mon coeur au Trianon TransatlantiqueClarika - De quoi faire battre mon coeur au Trianon Transatlantique
Clarika - De quoi faire battre mon coeur au Trianon Transatlantique
Repost 0
pixels et décibels - dans photos musique
commenter cet article
16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 11:51

"Battan l'Otto présente son nouveau spectacle au Trianon, près de Rouen

Vendredi 13 janvier 2017, le groupe de Rouen Battan l'Otto présente en avant-première la troisième création réalisée au Trianon transatlantique, sur les traces des contest songs."

Battan l’Otto

13 janvier 2017

http://battanlotto.fr/

 

 

Groupe crée en 2007 après la rencontre de Sylvia Morini et hOli, ils sont qualifiés de « rock, blues et punk sur une musique ethno /folk. Bref beaucoup de mots pour arriver à décrire un ensemble original tant par sa musique que par ses textes engagés et militants.

Le duo rouannais vient de sortir un tout nouvel album.

Ils terminent leur semaine de résidence au Trianon Transatlantique et honorent les spectateurs de la région de leur tout nouveau spectacle avant de partir en tournée.

 

Emmené par la chanteuse Sylvia Morini, nous traverserons l’ Italie en fredonnant l’inévitable tarentelle , de la traditionnelle Sardaigne à la moderne capitale romaine .

De là, nous repartirons vers les Etats-Unis pour redécouvrir l’histoire des flux migratoires et ouvriers de cette époque. Un éternel recommencement ….

Utilisant le répertoire folklorique américain et en s’inspirant du contestataire Joe Hill ils remettent à jour les idées de l’époque .

 

 

En seconde partie du show, c’est derrière une toile semi transparente qu’apparaitra la silhouette d’un percussionniste. Autrement, c’est hOli au clavier et à la guitare qui amusera le public, Christian Rosset à la guitare qui lui, restera sérieux dans son rôle de musicien.

 

 

Avec : Silvia Morini (chant, guitare, percussions…),

hOli (guitares, claviers, chant, batterie…),

Christian Rosset (guitares, basse…),

Philip Brossard (pour la production).

Battan l'Otto au Trianon Transatlantique
Battan l'Otto au Trianon Transatlantique Battan l'Otto au Trianon Transatlantique
Battan l'Otto au Trianon Transatlantique
Battan l'Otto au Trianon Transatlantique
Battan l'Otto au Trianon Transatlantique Battan l'Otto au Trianon Transatlantique
Repost 0
pixels et décibels - dans photos musique
commenter cet article
23 décembre 2016 5 23 /12 /décembre /2016 09:45

Suite à un malaise qui s’est produit sur scène lors du concert qu’elle donnait hier soir à Toul, Joanne Shaw Taylor, est contrainte d’annuler la fin de sa tournée française et n'était  donc pas à La Traverse .

Blues de Traverse- Le tremplin - Jesus Volt et Loscar Combo

Aujourd’hui c’est la clôture du « Blues de Traverse ».

Mais ce n’est pas encore la fin de la saison 2016, Beth Hart et Trust sont attendus dans quelques jours et c’est complet pour les deux artistes.

Rendez-vous est donné à 15h 30 pour le 14 ème tremplin du Blues de Traverse avec quatre groupes blues- rock. L’ordre de passage a été tiré au sort le jour de l’ouverture du festival.

Le jury est là avec en autre Marc Loison, Alain Gires, Fred Delforge, Loïc Kohler, l’Oreille Bleue, Manuel Valero, Michel Gaudray….. et encore d’autres. Avec le vote du public qui compte pour une voix, Ils vont choisir le vainqueur et donc le groupe qui reviendra en première partie d’une soirée pour l’an prochain.

Par ordre de passage,

 

 

Breaky Boxes

Le groupe Breaky Boxes a été fondé en Juillet 2014 après la rencontre de Simon ( Batterie ), Brice ( Basse ), Valentin ( Guitare ) et Jeff ( Chant ).

Groupe rouannais qui en peu de temps a sillonné la France pour jouer mais aussi pour organiser des concerts au travers de leur organisation.

Ils sont quatre et plutôt adepte d’un rock énergique, bien carré. Le bassiste a plus d’une corde à son arc, et rejoint le clavier, la basse en bandoulière. De quoi retrouver le son de quelques années en arrière, puissant, anglophone.

Ils ont une belle présence sur scène et d’emblée, placent la barre haute.

 

Blues de Traverse- Le tremplin - Jesus Volt et Loscar Combo
Blues de Traverse- Le tremplin - Jesus Volt et Loscar ComboBlues de Traverse- Le tremplin - Jesus Volt et Loscar Combo
Blues de Traverse- Le tremplin - Jesus Volt et Loscar Combo

K dessa

de son vrai nom Géraldine Nianga Gomis.

Une voix plutôt soul, l'ambiance est bien différente.Une voix venue d'Afrique, de Guinée Bissau.Le public se laisse enrober dans cette voix chaude.

Elle compose et interprète ses morceaux avec délicatesse.

Elle est déjà venue, il y a longtemps en première partie de Zaho à la Traverse. Avec cette belle voix, elle nous offrira un très beau set de blues, soul .

Seul le dernier titre sera une reprise du célèbre " Ain't Nobody" , mais le jeu est difficile surtout après autant de reprises de ce morceau si connu.

Le jury ne restera surement pas indifférent.

 

Blues de Traverse- Le tremplin - Jesus Volt et Loscar Combo
Blues de Traverse- Le tremplin - Jesus Volt et Loscar ComboBlues de Traverse- Le tremplin - Jesus Volt et Loscar Combo
Blues de Traverse- Le tremplin - Jesus Volt et Loscar Combo

The Barnguys

Avec eux, on rentre chez les pros. Rien n’est fait au hasard. Clavièriste et chanteur, Alexandre Lesueur nous fait décoller aussi souvent qu’il se lève pour jouer. Ils ont déjà un premier EP 7 titres mélangeant blues, funk, soul montant qu’ils sont loin d’être des débutants. Un savant mélanges de traditions et de modernités qui en fait de redoutables adversaires pour les 3 autres groupes candidats

Blues de Traverse- Le tremplin - Jesus Volt et Loscar Combo
Blues de Traverse- Le tremplin - Jesus Volt et Loscar ComboBlues de Traverse- Le tremplin - Jesus Volt et Loscar Combo
Blues de Traverse- Le tremplin - Jesus Volt et Loscar Combo

Elegant Tramp

Un tout jeune groupe de Rouen qui s’oriente plus vers la country que les autres . Ils ont aussi déjà un album. Un peu d’humour, un hommage à la ville de Laredo mais le tout manque un peu de punch.

Bref, ils ne vont surement pas faire d’ombre ce jour au groupes précédents mais pourrait bien revenir un autre jour de tremplin avec le trophée

Blues de Traverse- Le tremplin - Jesus Volt et Loscar Combo
Blues de Traverse- Le tremplin - Jesus Volt et Loscar ComboBlues de Traverse- Le tremplin - Jesus Volt et Loscar Combo
Blues de Traverse- Le tremplin - Jesus Volt et Loscar Combo

En attendant que le jury délibère, ce qui est toujours difficile et long, pendant que la technique prépare le plateau pour le concert suivant, c’est au bar qu’il y a de la musique. Live bien entendu.

Ce soir, les invités sont « Loscar Combo ». Groupe de trois avec Charles Ducroux au chant et à la guitare, Pascal Hernandez à la contrebasse et Fred Foucard à la batterie , ils sont connus ensemble ou dans le sein d’autres groupes. Ils commencent leur set avec « Combay Rock », morceau un peu swing que l’on garde dans la tête pendant un bon moment.

Entassés sous l’escalier en face le bar, ils vont nous réjouir avec leur blues traditionnel où se mèlent des sons des Caraïbes , un peu de Ryth’m & blues, de la folk . Ils profiteront de ce set pour que les amis se chargent de vendre leur premier album. Et çà va bien marcher….

On les reverra surement bientôt

Blues de Traverse- Le tremplin - Jesus Volt et Loscar Combo
Blues de Traverse- Le tremplin - Jesus Volt et Loscar Combo

Et maintenant, après l’annulation de Joanne Show Taylor, c’est les « Jesus Volt » qui vont assurer avec brio le dernier concert du festival. Bravo à l’organisation de la Traverse d’avoir fait aussi vite à trouver une solution de remplacement pour cette dernière soirée.

Nos quatre blues-rockeurs français arrivent en plein forme et avec le plein de bonne humeur.

Ils ont encore un nouvel album mais leur set sera un mélange de toutes leurs compos.

Avec Lord Tracy au chant et harmonica

Jacques Mehard à la guitare

Julien Boisseau à la basse

Olivier Hurtu à la batterie.

Ils emmèneront avec eux tout le public de la Traverse sur le rythme endiablé de leur rock, partageant entre eux une bouteille de Jack Daniel.

La bouteille d’eau , elle, servira seulement à rafraichir la chevelure du batteur, rechargeant du même coup ses batteries, ce qui l’aidera à taper encore plus fort. Le guitariste lui grattera frénétiquement ses cordes pendant presque les deux heures de concert.

Quant au chanteur, Lord Tracy sa voix rauque sera relayée par son harmonica .

Bref, tout ce petit monde très agité donne une impression de désordre, mais ce n’est qu’une impression.

Il y aura un bel hommage aux disparus de l’année avec une mention particulière pour Lemmy de Motörhead qui a beaucoup inspiré les Jesus Volt.

Blues de Traverse- Le tremplin - Jesus Volt et Loscar Combo
Blues de Traverse- Le tremplin - Jesus Volt et Loscar ComboBlues de Traverse- Le tremplin - Jesus Volt et Loscar Combo
Blues de Traverse- Le tremplin - Jesus Volt et Loscar Combo
Blues de Traverse- Le tremplin - Jesus Volt et Loscar ComboBlues de Traverse- Le tremplin - Jesus Volt et Loscar Combo
Blues de Traverse- Le tremplin - Jesus Volt et Loscar Combo
Blues de Traverse- Le tremplin - Jesus Volt et Loscar ComboBlues de Traverse- Le tremplin - Jesus Volt et Loscar Combo

Il est déjà tard et maintenant c’est l’heure des résultats du tremplin.

C’est sans vraiment grande surprise que l’on nomme vainqueurs les

« The Barnguys ».

Ils reviendront en 2017 pour ouvrir une soirée.

Repost 0
pixels et décibels - dans photos musique
commenter cet article
21 décembre 2016 3 21 /12 /décembre /2016 17:17

Huit Nuits

Un duo et même un couple, quatre mains, deux voix , une guitare et un violoncelle, ceux sont les Huit Nuits. Deux voix en symbiose pour des chansons d'amour, c'est doux, c'est beau. Ils nous offert une première partie de qualité.

Avec Manon Basille à la contrebasse et Pierrick Le Bras à la guitare

Lisa Leblanc et Huit Nuits
Lisa Leblanc et Huit NuitsLisa Leblanc et Huit Nuits
Lisa Leblanc et Huit NuitsLisa Leblanc et Huit Nuits

Lisa Leblanc

Elle arrive d'un tout petit village du fin fond du  Canada, via Montréal.

Elle est acadienne , fière de l'être et amoureuse de la musique et de la culture cajun. D'ailleurs, elle soigne particulièrement son accent.

Son premier album, qu'elle a entièrement écrit, a rencontré un succès fulgurant et l'a propulsé sur le devant de la scène. Depuis, elle a tourné dans tout le Canada et les Etats Unis et même en France. Sa réputation a traversé l'Atlantique.

Le Trianon Transatlantique est pour elle un retour.

Elle avait remporté du succès et ce soir la salle affiche complet.

Elle est toujours auteure, compositeure, interprète et musicienne, tantôt à la guitare, tantôt au banjo. Elle en est à son troisième album.

Sans complexe, pleine de sincérité et de vérité, elle chante avec une énergie incroyable, emmenant le public dans son élan de bonne humeur, de rires et de paroles parfois incompréhensibles. Et le public chante et danse sur ces airs cajun, un peu rock, un peu blues , un peu folk .

Un vrai bout en train, un sacré phénomène authentique  qui ne veut que chanter le plus souvent possible.

Avec Lisa Leblanc au chant, guitare et banjo

Maxine Gosselin à la batterie

Jean Philippe Hebert à la guitare

Benoit Morier à la guitare

Lisa Leblanc et Huit NuitsLisa Leblanc et Huit Nuits
Lisa Leblanc et Huit Nuits
Lisa Leblanc et Huit NuitsLisa Leblanc et Huit Nuits
Lisa Leblanc et Huit Nuits
Lisa Leblanc et Huit NuitsLisa Leblanc et Huit Nuits
Lisa Leblanc et Huit Nuits
Repost 0
pixels et décibels - dans photos musique
commenter cet article
20 décembre 2016 2 20 /12 /décembre /2016 10:01

Trust

 

Après dix ans d’absence de la scène, le groupe ou plutôt Bernie Bonvoisin et Norbert Krief , se recompose pour fêter ses 40 ans. Ils n’ont pas pris une ride.

Et il n’a fallu que quelques heures pour vendre tous les billets pour la Traverse, les dates restant assez rares.

Ils ont choisi de jouer dans des petites salles, au contact de leur public, après voir connu assez de succès pour remplir les Zenith de France.

Ce n'est pas la première fois que le groupe se reforme. La première séparation du groupe remonte à 1985. Nono est alors devenu le guitariste de  Johnny Hallyday puis a sorti deux albums solo, en 1995 puis 2011. De son côté, Bernie Bonvoisin s'est lancé dans une carrière de chanteur solo, avec quatre albums à la clef entre rock et blues.

Le groupe évolue désormais plus dans un univers oscillant entre Rock et Blues, abandonnant la formule hard rock.

Leurs nouvelles chansons sont toujours aussi contestataires, voire prémonitoires.

La F haine « vogue » sur la vague marine, jeu de mots qui n’a rien de voiler, si par hasard nos peurs faisaient place à la réflexion….Bernie ne se privera pas de faire chanter bien fort le public.... histoire que les esprits comprennent le message.

 

Le leitmotiv du groupe lors de sa création était l’injustice sociale, avec le titre phare « Antisocial » . Avec la « reformation « quarante ans plus tard » , leur idées « pertubatrices » restent d’actualité .Une situation politique morose, une extrême droite trop présente et des élections présidentielles qui vont flirter avec une tournée internationale, le moment semble parfaitement bien choisi pour eux.

Ce soir, il y a les crash barrières. L’accès devant la scène est limité à trois morceaux pour les photographes accrédités. Et les lumières de ces trois morceaux seront indigestes, ingérables, difficile à exploiter. Mais l’ambiance démarre très vite et après tout, c’est pour cela que nous sommes tous ici.

 Quelques images plus tard, après « Marche ou crève », « Instinct de mort », « Au nom de la race » c’est le retour dans le public et avec le public .

Public qui lui a pris quelques rides, et Bernie ne se privera pas de le secouer un peu, le faisant se lever, lui demandant de chanter et de participer. les grosses blagues fusent, les réponses ne  se font pas attendre, et çà repart pour un nouveau titre. Il y en aura pour deux heures avant un faux départ.

Faux départ suivi d'un retour sur un rappel scandé par le public.

Ils veulent LE Titre du groupe. Il faudra encore attendre, mais ils vont être satisfait.

"Antisocial" est de retour, ils pourront rentrer heureux de cette soirée révolutionnaire.

 

 

Bernie Bonvoisin: chant
Norbert “Nono” Krief: guitare
Ismaila “Izo” Diop: guitare
David Jacob: basse
Franck Mantegari: batterie

Trust à la Traverse - Au nom de la rage .
Trust à la Traverse - Au nom de la rage .Trust à la Traverse - Au nom de la rage .
Trust à la Traverse - Au nom de la rage .
Trust à la Traverse - Au nom de la rage .
Trust à la Traverse - Au nom de la rage .Trust à la Traverse - Au nom de la rage .
Trust à la Traverse - Au nom de la rage .
Repost 0
pixels et décibels - dans photos musique
commenter cet article
14 décembre 2016 3 14 /12 /décembre /2016 18:53

Dès 19h, pour les titulaires d’un billet pour le concert d’Imperial Crowns/Simo, une conférence est accessible dans la salle de La Traverse :

“Le Rock’n’Roll Américain des années 50”,

présentée par Michel Gaudray.

 

 

 

 

Ils arrivent de Nashville Tennesse et ce ne sera pas de la country, mais un rock bien dynamique.

Leur jeu, c’est une fusion du rock, du blues et de jazz avec une pointe de psychédélique.

Les deux compères, JD Simo à la guitare et au chant et Frank Swart à la basse s’unissent au batteur Adam Abrashoff  pour former un groupe en 2010.

Ils seront rejoints par Elad Shapiro en 2015 après le départ de Frank Swart .

Après de nombreux concerts et festivals dans les états du sud des US, ils tournent dans le nord en première partie de Deep Purple, Greg Allman…rejoignant comme invité  Joe Bonamassa , Blackberry Smoke, Jack Pearson…

Avec l’aide de Bonamassa, ils signent avec Mascot Label et sortent un deuxième album » Let love the way ". De là, ils démarrent une carrière nationale avec quelques dates en Europe.

Ils sont donc ce soir à la Traverse dans le cadre d’une nouvelle tournée européenne.

Leur réputation ne fait que se confirmer.

Il y aura quelques morceaux un peu « balade » mais l’ensemble du set sera très fort, très énergisant , très rock puissant. 


JD Simo : Guitare, Chant
Adam Abrashoff : Batterie
Elad Shapiro : Basse

Festival "Blues de Traverse"; Simo et Imperial CrownsFestival "Blues de Traverse"; Simo et Imperial Crowns
Festival "Blues de Traverse"; Simo et Imperial Crowns
Festival "Blues de Traverse"; Simo et Imperial CrownsFestival "Blues de Traverse"; Simo et Imperial Crowns

Imperial crowns

Et c’est reparti pour le deuxième plateau de la soirée.

Ils viennent de Los Angeles, Californie.

Ils ont déjà joué à la Traverse il y a dix ans. Ils nous réserverons une petite surprise en milieu de concert.

Jimmy Wood au chant, à la guitare et à l’harmonica, Billy Sullivan à la batterie, JJ Holiday à la guitare, Danny Avilla à la  basse Rachele et  la fille de Jimmy Wood à la danse et au chœur.

La salle est loin d’être remplie mais qu’importe, Jimmy Wood mouillera sa chemise qu’il finira par enlever et finir torse nu, découvrant des tatouages dessinant de superbes couronnes.

Il est totalement investi dans son blues rock, lâchant un regard attendri envers Rachele de temps en temps.

Un de leur fidèle ami rockeur avec qui ils ont régulièrement travaillé  viendra les rejoindre. Little Bob partagera un morceau, remuant le public de la Traverse qu’il trouve un peu trop tranquille.


Jimmie Wood : Chant, Harmonica
JJ Holiday : Guitare

Billy Sullivan : Batterie
Danny Avilla : Basse
Rachelle C Wood : Chœur

et Little Bob en Invité

Festival "Blues de Traverse"; Simo et Imperial Crowns
Festival "Blues de Traverse"; Simo et Imperial CrownsFestival "Blues de Traverse"; Simo et Imperial Crowns
Festival "Blues de Traverse"; Simo et Imperial Crowns
Festival "Blues de Traverse"; Simo et Imperial Crowns
Festival "Blues de Traverse"; Simo et Imperial Crowns
Repost 0
pixels et décibels - dans photos musique
commenter cet article
9 décembre 2016 5 09 /12 /décembre /2016 18:49

Adelys comme Adelaïde

D’origine normande, chanteuse et pianiste, de formation Classique et Jazz, Adélys a déjà sorti deux Opus avec ses musiciens, Danse P’tite Fille en 2014 et Le Sel en 2015, son troisième Opus solo Tactile est sorti  le 24 novembre.

 

Une toute jeune musicienne en première partie avec son piano et une pédale loop. Ses textes sont des poésies sarcastiques.

Elle n’est pas vraiment timide Adélys et nous emmène sans détour dans son univers humoristique.

Agnes Bihl et Adelys
Agnes Bihl et Adelys

Agnes Bilh

Tout fout le camp

 

Pour la première fois, elle ne chante pas ses textes.

Ambiance cabaret du début du siècle dernier, c’est presque une comédie musicale.

Elle a repris les textes de vieilles chansons des années 1830 à 1920, refais les arrangements avec Frédéric Feugas qui l’accompagne au piano, pour présenter une version moderne.

Ces chansons sont toujours d’actualité. Crise de nerf, crise de jalousie, crise économique ou même crise de rire, tout y passe.

Vêtue d’une redingote noire, coiffée d’un chapeau haut de forme, tenant à la main une fume cigarette qui lui allonge les doigts, petites lumières tamisées, l’ambiance est posée- sexe, alcool et autres dépendances sont à peine voilées.

Les jeux de mots sont forts, l’esprit part vite chercher ce qui ne sera pas dit….

 

A quel plaisir quand on vous aime comme çà, La Môme catch catch pour sourire

Où sont tous mes amants, Ma p’te chanson pour s’émouvoir

Fille d’ouvrier, Dollar pour s’engager….

 
 

Frédéric Feugas au piano et autres objets et Marylou Nézeys au pianon

 

Agnes Bihl et Adelys
Agnes Bihl et AdelysAgnes Bihl et Adelys
Agnes Bihl et Adelys
Agnes Bihl et Adelys
Agnes Bihl et AdelysAgnes Bihl et Adelys
Repost 0
pixels et décibels - dans photos musique
commenter cet article