Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 janvier 2009 5 16 /01 /janvier /2009 10:00
Au cœur de l'Éthiopie, dans une région montagneuse, les onze églises monolithes médiévales de cette
« nouvelle Jérusalem » du XIIIesiècle ont été creusées et taillées à même le roc près d'un village traditionnel aux maisons rondes. Lalibela est un haut lieu du christianisme européen, lieu de pèlerinage et de dévotions.

Perché à 2630m d'altitude , Lalibela est à 700 kms de Addis Abeba.
Nous n'étions pas sur de pouvoir nous y rendre, mais finalement, nous aurons 1 journée sur place.
Départ de bonne heure de Mékélé, nous prenons la route .
La nuit a été difficile, la tourista est arrivée .
En gros, je ne suis pas du tout en forme.
Je propose à Jacques de s'installer à l'avant du 4*4 et je monte à l'arrière, seule pour essayer de dormir.
Je sais que la route va encore être longue, non parce qu'il y a beaucoup de kms, mais parce que le réseau routier éthiopien est un chantier . Il y a des pseudo pistes qui longent, croisent les axes normeaux, qui eux sont défoncés.
En plus les troupeaux circulent librement et il s'avère difficile de conduire , même sur ces grands axes.
Nous circulons , et Jacques me proposent de temps en temps de faire des arrêts photos, mais je tiens à peine debout.
Il ne fera voir ces clichés, dommage, çà a vraiment l'air superbe.
En début d'après midi , nous stopperons à Weldiya pour déjeuner. Chemey nous arrête dans un resto . Lui part un peu plus loin, avec la voiture . Il va déjeuner dans un resto typique .
Les lieux sont sales, les toilettes horribles . Elle se repèrent à l'odeur .
Les spaguettis à la sauce tomate sont servis. Ils ont un goût de savonnette et resterons dans l'assiette.
Seul le coca passe.
Au bout d'une bonne heure, notre chauffeur revient.
Il aimerait bien resté ici, la route va encore être longue et il a peur de ne pas arriver avant la nuit.
Mais c'est trop sale, trop bruyant et sans interêt .
La ville n'est qu'une immense tranchée . Les chinois creusent et préparent les " fondations " de la future route .
Nous refusons.
Chemey reprend sa voiture à contre coeur et l'ambiance est glaciale. Moi, de toute façon, je suis KO et je ne me rends compte de rien .
C'est vrai que çà tourne, çà pile....

Il fait nuit, nous ne sommes toujours pas arrivés.
Je lève la tête de temps en temps, mais de toute façon, je ne sais pas où nous sommes .
Au bout d'un moment, Chemey nous dit que nous sommes presque arrivés. Il va nous laisser à un hôtel restaurant qu'il connait et ira contacter un guide francophone pour les visites des églises, le lenemain matin .
Nous déchargeons nos baggages dans une chambre spacieuse, claire , propre avec des sanitaires et de l'électricité. Un miracle.

Nous allons manger un peu.
Le restaurant est sympa, une jeune femme souriante assure le service. Nous commandons .
En plus , c'est bon.
Nous reviendrons , c'est sur.
Un éthiopien ,dans la salle, nous a entendu parler français. Il nous invite à partager sa table .Je sens que dès que je vais aller mieux, je vais me plaire ici.
En attendant, dodo, il vaut que je récupère et que je sois d'attaque pour le lendemain.

La nuit a réparé en partie mes déboires .
Nous trouvons notre guide francophone juste après un excellent petit déjeuner.
Son français laisse à  désirer , il nous assure qu'il parle français, italien et espagnol. Nous avons des doutes à l'entendre. Mais en Ethiopie, ceux qui se debrouillent ont de bonne chance de mieux vivre, alors le culot fait partie des relations .
Il nous emmène sur le site, en fait tout près de notre hôtel .
Nous avons conclu un tarif pour ses services, il ne reste plus que l'entrée à payer.
400 birrs + 300 birrs pour le guide, ce n'est plus possible.
Conséquence du vol dans la voiture, il nous reste 500 birrs pour aller jusqu'à la capitale avec hôtel , repas à payer.
Nous n'avons plus assez d'argent local, nous ne pourrons pas rentrer dans le site  . Pourtant nous avons encore quelques euros et dollars, mais ici , bien que ce soit un haut lieu du tourisme, il n'est pas possible de changer d'argent.
Notre guide francophone est très en colère . Il perd sa matinée . Il va nous poursuivre une partie de la matinée pour nous faire changer d'avis. Mais nous n'avons pas la possibilité de changer d'avis .
Nous retournons nous isoler à l'hôtel, le temps qu'il s'éloigne et nous laisse.

Au bout d'une heure, le furieux est parti, nous pouvons sortir.
Nous irons confirmer notre vol de retour, puis nous balader dans les 2 seules rues de la ville.
je trouve un internet café, j'en profite pour envoyer quelques nouvelles.


Contrairement à nos craintes, les éthiopiens d'ici sont assez ouverts.
Les touristes doivent juste visiter les sites et repartir .
Bref, nous finirons par sortir les appareils photos  et faire quelques images.


le magasin de mode

le magasin de matériel photo

La journée passe ainsi,  nous finirons sur la terrasse de notre hôtel ,à discuter avec la jeune femme du bar.Elle a 25 ans et est célibataire. Elle veut rester seule pour accomplir ses rêves et partir d'ici . Ses amis se posent à coté, et ma foi, le début de soirée est plutôt sympa .
Demain ,c'est l'avant dernier jour et le départ pour la France.
Encore une étape et ce sera fini.




Partager cet article
Repost0

commentaires