Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 09:00
Pour cette soirée d’ouverture du nouveau festival de traverse, deux mondes bien différents ont fait sonné les cordes des guitares et touches des claviers.

Le blues du désert de Amar Sundy m’ a transporté dans mes voyages en Algérie. J’ai revécu ces quelques début de nuit au son du oud , autour du feu de bivouac, après une longue journée de marche ou de route .

http://www.myspace.com/amarsundy

http://www.amarsundy.com/





 Cette musique traditionnelle du désert est née de la révolte des Tamasheq . Depuis des siècles, les hommes bleus du désert contrôlaient le trafic caravanier allant de Ghat , en Libye à Gao , au Mali. Au moment de l’indépendance du Mali et du Niger, en 1960, ils ont été confrontés à la dominance des populations sédentaires du sud de ces régions . La répression s’abat alors sur les populations nomades et les contraint à l’exil . La sécheresse, le chômage , le déclin du transport caravanier les oblige à la sédentarité. C'est pendant ces périodes agitées, jusqu’aux années 80 où furent signés des accords de paix qu’est né le blues du désert.
C’est une musique accompagnés de chants lancinants, et d’une guitare. Les Touareg, apprennent à manipuler simultanément les cordes de leur guitare et les kalashnikovs.

Ce soir, c’est l’un d’entre, armé seulement de sa guitare qui est venu . Il est né dans la région de Tamanrasset. «
"Je suis né dans le désert au milieu des hommes fiers et invincibles, conscient, très tôt, de la force de la nature qui règle toutes choses. »
Bien sûr, il a été influencé par d’autres.
Il a sillonné l’Europe aux côtés de Albert King et Albert Collins, il a parcouru les routes américaines avec James Cotton, Otis Rush, Screaming Jay Hawkins et une bonne partie de la scène locale de Chicago . Il a chanté , souvent dans sa langue natale, il a parlé, plutôt en français .


 « Je cherche à être authentique. La seule façon de l’être, c’est de laisser tout venir en moi jusqu’au moment où le corps devient souffrant et ne résiste plus à délivrer le message dont il est porteur. Laisser tout ressortir, exprimé au plus juste, au plus vrai. N’être que l’instrument de la force de la vie. La musique traverse la vie .... la vie est dans ma musique... et le rythme traverse ma vie ».
 Son dernier Cd vient de sortir






 L’autre partie de la soirée, ce sont des vedettes du blues canadiens qui l’ont tenue , Dawn Tyler Watson, le guitariste Paul Deslauriers.

Dawn Tyler est d’origine anglaise, a migré dans sa petite enfance à Ontario, où dès l’age de 5 ans , elle chantait à l’église. Elle a appris la guitare, le violon, puis étudié le jazz à Montréal. A peine diplômée, elle chantait du rythm & blues dans les bars et les clubs locaux . Elle a fondé un groupe de gospel, les « sisters spirit ,
 Interprète vibrante et souple, Dawn est très occupé par ses divers projets. Chanter devant une foule de 1500 personnes dans une discothèque de Milan, devenant funky avec son groupe " les Jamm " lors d’un hotspots de Montreal, ou chanter les standards avec les meilleurs musiciens canadiens au club de jazz de Biddles, Dawn est à la maison sur la scène. Elle vient de finir son album : "Ten Dollar Dress". Ce long effort attendu est le reflet de sa personnalité, juste comme l'artiste elle-même. Surnommée "la Princesse du Blues" son approche du chant blues est beaucoup plus fine que les chants des "vielles mamas".

Paul Deslauriers
Un parcours un peu similaire, des voies différentes,
C’est à l’âge de 6 ans à Cornwall en Ontario que sa carrière musicale débuta en passant par le violon, le piano, la trompette, la basse électrique et finalement opter pour la guitare électrique. À l’âge de 15 ans il joue déjà du rock ‘n’ roll dans les clubs des alentours. À 19 ans il déménage à Montréal et entame des études en jazz à l’Université Mc Gill. Quelques temps plus tard, il forme son premier trio blues/rock
Paul Deslauriers est un guitariste chanteur , auteur compositeur canadien . Il a crée son groupe en 1977 . Il aime le rock, il aime le blues , il aime la musique qui le fait vibrer . Au cours de sa carrière musicale, il a partagé la scène avec de nombreux artistes comme Amanda Marchall , France d’Amour ,Garou et Nicolas Ciccone et encore d’autres .



Sur scène, ensemble, ils forment une superbe équipe. Leur programme est un mix de leurs compositions respectives et il est facile de se laisser emporter autant par la voix chaude et chaleureuse de Dawn , que par le son de la guitare et la voix de Paul.


La reprise de « Ne me quittes pas » de Jacques Brel fut peine d’émotion.
 Ce fut un régal, de profiter de cette complicité musicale, de cette bonne humeur .
On en redemande , on les rappelle et on les applaudit .
Bravo pour ce concert .




Ils ont enregistré un cd ensemble. En situé près des Etats-Unis’’.
Quelques extraits à partir de leur site
http://www.dawnandpaul.com/press.html

Partager cet article
Repost0

commentaires