Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 11:54
Petite soirée au Trianon hier soir.
Quelques connaisseurs sont là pour écouter Bevinda.
Elle est originaire du Portugal, vit en France depuis de longues années .
C'est 2 ans après son arrivée à Paris qu'elle enregistre son premier album, Fatum (qui signifie "Destin " en portuguais ).
Après avoir longtemps chanté sa vie, en portuguais, rien ne s'étant passé dans sa vie, elle a décidé d'inventer une histoire pour écrire son dernier album.
Lusitania.
Ses acolytes musiciens composeront pour elle .
Lucien Zerrad à la guitare et au oud,
Philippe de Sousa à la guitare portugaise et
Gilles Clément à la guitare.
guitare_portugaise_2.jpg  instruments-oud.jpg

 
lusitania.jpg Lusitânia

Bem-vinda

O linda

Nua na tua rua

Deixei a minha terra

Fado do armandinho

Ai que saudades

Resignaçao

Naviu navega

Primaveira em berlim

Laliguras

Fado oud

O pescador

 
Ce sera donc la vie d'une très jeune femme qui quitte la pauvreté de sa vie des bas quartier de quelque part pour découvrir l'Amérique et surtout New York.
Désargentée, elle voyage comme femme de chambre sur un navire de luxe .Au cours de cette croisière, elle rencontrera l'amour.
Elle deviendra folle d'un bel officier et tous les deux resteront à New York. La vie est difficile et notre héroïne se rend vite compte que la vie de pauvre est la même partout .
Son amoureux la quitte pour un très long voyage . Mais un jour, il l'appelle. Il l'attend encore et toujours. Elle retraversera l'Atlantique pour le rejoindre .......C'est un conte qui fini bien....
 
Au programme, ce soir:
les morceaux de son dernier album, quelques rares morceaux de cordes avec les 3 musiciens
et Fatum au rappel.
bevinda_2678.jpg
bevinda_2701.jpg
 
Le Fado « ivrogne et vagabond » est né au début du XIXè siècle, dans les ruelles du Barrio Alto et de l’Alfama, quartiers populaires de Lisbonne. La réputation sulfureuse de cette musique nocturne est liée à ce premier public : prostituées, marins, marginaux, mauvais garçons de ces vieux quartiers de la capitale portugaise.
Ses origines sont nombreuses et encore controversées : Vient-il du Lundum brésilien (mélange de rythmiques noires importées par les esclaves africains) ou de la modinha (musique de cour portugaise) ? Descend-il des joutes oratoires des troubadours, présents depuis le XIIè siècle dans le sud de l’Europe ? Est-il un héritage des chants arabes et juifs ? Les Portugais préfèrent l’idée selon laquelle, le fado, ce chant profond du manque, a été colporté par les marins au long cours. Il semble que ce soit un peu tout cela à la fois.
A l’instar du flamenco pour l’Espagne ou du tango pour l’argentine, le fado est devenu la musique emblématique du Portugal : il exprime l’âme de son peuple, l’odeur de sa terre. Il est l’expression même de la saudade lusitanienne, grande constante de l’âme portugaise qui désigne un mélange de regret et de désir, sentiment nostalgique teinté de sensualité et de fatalisme, qui rend sensible l’absence. Plus qu’un chant, c’est une complainte qui interroge un destin contre lequel on ne peut rien. Le terme ’’ fado ’’ est d’ailleurs issu du latin fatum (l’inéluctable destin). L’amour inaccompli, la jalousie, la nostalgie des morts et du passé, la difficulté à vivre, le chagrin, l’exil… en sont les thèmes récurrents.
Le chanteur soliste, homme ou femme (fadista) est traditionnellement accompagné par deux guitaristes. L’un joue de la guitarra : guitare au son métallique en forme de poire, typiquement portugaise, de la famille des cistres ; l’autre de la viola : guitare espagnole classique.
« Le fado est né un jour
Où le vent soufflait à peine
Où le ciel et la mer se confondaient
Sur le pont d’un voilier
Dans le cœur d’un marin
Qui était triste et chantait. »
José Regio
Partager cet article
Repost0

commentaires

ZECA AFONSO 24/10/2012 04:38

E recorrente dizer-se que o fado passou a ter "mais visibilidade" a partir do seculo xix e so nao se afirma que foi "parido pelo cu_pido, numa esquina de taverna da mouraria", porque os "imbecis"
ainda nao tiveram essa ousadia!
O josé Régio, que Amalia imortalizou (dentro do nosso meio) com o Fado Português- palavras que você traduziu em frances - superou a "fantasia" dos apaixonados do fado e nao nos
resta qualquer duvida que se o fado nao é "intemporal" é certamente mais velho que a fundaçao do reino; arabe ou mouro nao é...senao existiria em Marrocos (ainda cantam o genero "andaluzia" que
levaram de Espanha( proximo da rumbilha),dos fenicios fundadores de Olassipo( hoje Lisboa),sabemos que acompanhavam os enterros com melopeias
de sofrimento ( proximas do fado menor); infelizmente os Sirios, Assirios e Jordanos "fizeram-nos desaparecer" TAL E QUAL ME ACONTECEU NA HISTORIA DO FADO EM PARIS , por vontade de um "curioso" que
se diz parente de um colega falecido...sao contingências da Historia e você teve direito a uma curta linha porque o nosso jovem e talentoso colega Filipe colabora no seu grupo!
E tudo isto porquê?!!
Porque gostei da sua apresentaçao, o seu gosto e oportunidade de lembrar que nos somos um povo herdeiro do
gosto musical dos visigodos e fenicios, uns alegres outros
('navegadores)mais sofredores e tristes;SEGUNDO ANTONIO MARTIN MORENO CATEDRATICO DA UNIV. DE GRANADA ...a musica
no sul da HISPANIA( peninsula iberica, hoje)desde a PRE-HISTORIA nao parou de crescer em generos musicais e diversidade instrumental ( LISBOA nao estava compreendida no espaço da Lusitania )nem a
romanizaçao nem a ocupaçao islamica sofregaram o culto e o gosto musical dos nossos antigos, invadiram-nos para tirar proveito economico( como
mais tarde fizemos a outros - é a lei da vida. AINDA HOJE, ISSO ACONTECE...TENTIVAS CONSTANTES DE GENTE SEM "ESCRUPULOS" a invadir o nosso espaço, e ainda se admiram
do estado a que chegamos!!!!Do alto dos meus 67 anos, 53 DE MUSICA LIGEIRA E 40 de fado(5 ANOS COMO AMADOR), violista profissional (carteira 1313)eu vejo pouco, muito
pouco quanto a "substancia" que faz crescer o fado em PARIS. Da ultima estadia em Paris ( 1985/1992) fiquei com
a sensaçao que o fado estava no caminho certo; havia uma perspectiva de crescimento que nao se verificou; quando regressei em 2010 FIQUEI DESCONCERTADO COM O ESTADO DA NACAO FADISTA EM PARIS!!!A
tendencia é para piorar, ainda
sao os "velhos" a safar a coisa, com alguns novos " importados" la de baixo; O aprendizado no fado é lento e
muito esforçado...OXALA OS JOVENS MUSICOS DO FADO TRABALHEM
ARDUAMENTE; ( OS PRIMEIROS 20 ANOS SAO OS MAIS DIFICEIS!!!)
oxala os "convencidos"(que estragam o fado) continuem assim
ate que a morte os leve (sem pressa) ...que é para "nos",que percebemos da "poda"...e ainda vamos aprendendo, tenhamos um bom motivo para umas risadas.
Conheço, no Algarve, a Viviane ( mulher do musico TO VIEGAS) que faz um trabalho muito ninteressante e proximo ao seu género; Parabens ZECA