Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 avril 2011 6 30 /04 /avril /2011 09:14
Partager cet article
Repost0
24 avril 2011 7 24 /04 /avril /2011 06:59

 

Et bien , c'est fait, le jury du tour de France a délibéré et ma photo a été de nouveau sélectionnée.

 

 

happy_smiley_face_sticker-p217917178253030841qjcl_400.jpg

mont_saint_michel.jpg

 

Les lauréats du Tour de France MyN'club

Du premier au trente mai 2011, la ville de Toulouse organise pour la troisième année consécutive son festival de la photo, le MAP11.

Cette manifestation est l’occasion de faire sortir la photo des musées et d’exposer les clichés dans des lieux plus atypiques et plus accessibles au grand public. En effet les quais de la Garonne, les rues, les écoles, les entreprises ou les jardins publics se prêteront au jeu… les visiteurs pourront ainsi découvrir gratuitement à la fois des œuvres de grands noms de l’image comme celles de jeunes talents, sélectionnées grâce à divers concours et appels à projets.

L’un de ces concours est le Tour de France MyN'club auquel bon nombre d’entre vous ont participé. Pour rappel, cette compétition était divisée en quatre challenges autour de quatre grandes régions de France. À l’issue de ces derniers, vingt gagnants ont été désignés et auront le privilège de pouvoir exposer et présenter leurs réalisations à des professionnels et des passionnés de photo.

Félicitations à tous les participants du Tour de France myN’club et félicitations à nos 20 lauréats qui seront exposés à la MAP.

A ce sujet vous pouvez dores et déjà découvrir (dans l’ordre du classement) les 20 photos lauréates !

Le festival sera également l’occasion de remettre les prix aux 3 grands vainqueurs du Tour de France myN’club.

A savoir :
Thierry Raynaud 1er du classement, qui gagne un Kit Nikon D7000
Alain Doret 2ème du classement, qui gagne un kit Nikon D3100
Laurent Braud 3ème du classement, qui gagne un kit Nikon P7000

La remise des prix aura lieu le jeudi 5 mai à la MAP, encore félicitations à nos grands gagnants !

N’oubliez pas non plus que le Festival MAP, en partenariat avec Nikon, organise des conférences et des sorties photos gratuites avec des photographes professionnels et des formateurs comme Laurent Baheux et Vincent Munier. Le nombre de place est limité donc pensez vite à pré-réserver sur le site de la Nikon School MAP11 pour pouvoir participer à ces formations.

Rendez-vous donc à Toulouse entre le 1er et le 30 mai 2001 !

Partager cet article
Repost0
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 12:00

Soirée de clôture du blues de mars à la Traverse .C'est le dernier concert de la saison.

Rendez vous est déjà pris pour le 12 octobre.


Hier soir, pas trop de monde pour cette soirée plutôt rock que blues .

Les décibels plafonnent encore , et mon ami l'éclairagiste va encore nous faire des miracles à sa sauce ( et Davis , tu entend , çà suffit tes jeux    de lumière ).

Les Hundred Seventy Split démarrent .

 

C’est le duo composé du guitariste et du bassiste de Ten Years After , Joe Gooch et Leo Lyons, qui a décidé de former un duo de Power-Blues-Rock bien différent que ce qu’ils jouent en compagnie de leurs deux autres compères au sein de TYA. Damon Sawyer joue à la batterie .

 

hsscover.jpg  twwsalbum.jpg


 

Le résultat de cette nouvelle collaboration entre les deux songwriters est un CD de pur Rock aux guitares affutées avec des compositions que l'on a forcément hâte de découvrir sur scène.

Ils resteront une heure sur scène, alternant des morceaux très rock. Quelques rares moments d'accalmie , où il possible de profiter de la voix de Joe.

Dans la scène, il y a des fans, comme toujours qui interpellent Leo.

Il a un magnifique sourire, on sent qu'il est heureux de partager ses moments musicaux avec eux .

J'entendrai , dans la fosse , ses mêmes fans crier "une autre, c'est trop bon ".

Ils reviendront pour un morceau .

 

 

 

 

hundred-seventy-split_8286.jpg
hundred-seventy-split_8269.jpg
Les "The Love Me Nots " assurent la 2 ème partie.
Il faudra une vingtaine de minutes aux techniques pour modifier la scène et çà repart .


THE LOVE ME NOTS s’est formé  l’été 2006 à Phoenix dans l’Arizona. Destiné au début à n’être qu’un side-projet selon les membres des différents groupes qui le composent (Nicole Laurenne, Michael Johnny Walker, Christina Nunez et Jay Lien), The Love Me Nots est largement influencé par les sons des Animals, The Ventures, The Sonics, The Gun Club, The Dead Kennedys, The Seeds, The Detroit Cobras, April March et The White Stripes ainsi que par tout ce qui touche aux 60’s et au R&B. The Love Me Nots intitule sa sonorité comme étant de la “spy-surf-fuzz-gogo” et poste ses premiers enregistrements sur Myspace en Juin 2006. En quelques semaines, les titres sont repris sur les radios indépendantes au Royaume-Uni et aux U.S.A.

Le groupe décolle pour Détroit en septembre 2006 pour enregistrer son premier album sous la houlette de Jim Diamond (White Stripes, Romantics, Gore Gore Girls). Cinq jours plus tard, il revient à Phoenix avec sous le bras 12 titres produits, mixés et masterisés. Dès la mise en place des compositions sur Myspace, The Love Me Nots attire plus de 1000 écoutes le jour même. Le groupe est alors engagé pour des tournées dans le Southwest des Etats-Unis.

In Black & White, le premier album, a été enregistré par Jim Diamond (White Stripes, Romantics). Il est sorti sur le propre label du groupe, Atomic A Go Go en janvier 2007. Une semaine après sa sortie, le disque entre dans le Top 100 des Charts CMJ où il reste pendant dix semaines. Il reçoit un excellent écho auprès des radio du satellite (The Underground Garage channel sur Sirius et the XMU channel sur XM Radio), des radios collège et de certaines autres stations commerciales telles que KEDJ, KUPD, and KZON à Phoenix, d’autres en Europe comme les radios garage-rock, et autres podcasts et radio du web.

The Love Me Nots joue live lors d’émissions radiophoniques à Phoenix, New Jersey, Seattle, San Francisco et plusieurs autres villes. Le single Move In Tight figure parmi la liste des “ titres que vous devez télécharger de suite” dans le célèbre magazine SPIN. Une sélection de douze éditeurs du Billboard Magazine choisit The Love Me Nots afin qu’il se produise à l’Independent Music World Series 2007 à San Francisco. À la fin de l’année 2007, XM Radio cite In Black & White parmi les meilleurs albums de l’année (Top XMU 25 albums 2007), tandis que d’autres magazines de Rock, de stations de radios allant des U.S en passant par l’Europe jusqu’en Amérique du Sud, le sélectionnent également dans leurs listes. Stinkweeds Records à Phoenix le cite parmi les dix meilleures premières oeuvres de l’année en terme de vente.

En mai 2008, The Love Me Nots remplace sa section rythmique. Nicole Laurenne (chant et Farfisa) et Michael Johnny Walker (guitare) sont rejoints par deux autres vétérans de la musique rock de l’Arizona : la bassiste Kyle Rose Stokes et le batteur Vince Ramirez.

Le second album des Love Me Nots, DETROIT, une nouvelle fois produit par Jim Diamond pour Atomic A Go Go Records, sort en Août 2008 et a figuré dans plusieurs listes de ‘Top Albums 2008’ aux USA (The Village Voice, The Austin Chronicle, BreakThru Radio, The Phoenix New Times). Pendant ce temps, le single Give Em What They Want est sélectionné par The Underground Garage (Sirius Radio Channel 25) comme “The Coolest Song in The World”. La vidéo du single “You’re Really Something” est réalisée en novembre 2008. Le groupe effectue des prestations scéniques aux KUPD (Phoenix) et KEXP (Seattle), lors de sa tournée sur la Côte Ouest des Etats-Unis. The Love Me Nots se produit pour la première fois en Europe au printemps 2009 (La Boule Noire à Paris) et commence l’enregistrement de son troisième opus à paraître en Automne-Hiver 2009.

 


  Tout est sombre, les musiciens arrivent. 

On devine les jambes longues et fines de  Nicole  Laurenne et  Kylie Rose Stokes .

David, mon pote , allume .

Ces 2 deux dames portent une robe ultra courte, dans l'écossais pour Nicole et noire, plus classique pour Kylie.

Elles ont des collants noirs recouvert par de longues bottes .

Très sexy.

Nicole , très active sur scène entre sa danse, ses sauts, son clavier qu'elle parcoure à bout de bras  , chauffe régulièrement le guitariste Michael Jonnhy Walker .

Il lui rend bien . Le batteur aimerai bien jouer avec eux, mais il reste coincé là bas au fond. Il tape encore plus fort .

L'ambiance est chaude, sonore . Le public est excité et répond aux appels de Nicole .

Ils n'étaient que environ 300 dans la salle de 500 places, mais ils se sont fait entendre ....

 


 

the_love_me_not_8646.jpg

 

the_love_me_not_8693.jpg


Partager cet article
Repost0
10 avril 2011 7 10 /04 /avril /2011 16:31

Ils arrivent tout droit de la République démocratique du Congo, en fauteuil roulant pour la moitié d'entre eux .

Ils font salle pleine à chaque concert .


 

 

 

Atteints de poliomyélite dans leur jeunesse, les membres du groupe se déplacent en fauteuil roulant et vivent dans la rue, entourés par les  enfants vagabonds . Leur musique intègre des éléments de rumba congolaise, de musique cubaine, de rhythm'n'blues et de reggae, voire de funk. Staff Benda Bilili soutient que le handicap est principalement psychologique. Certaines de ses chansons prodiguent des conseils pour vivre avec un handicap.

 

 

 

le film est sorti sur grand écran en septembre 2010.

Il avait été présenté au Festival de Cannes , dans le cadre de la quinzaine des réalisateurs .

Il sort en DVD depuis quelques jours .benda.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

leon-Likabu.jpgroger--landu-copie-1.jpg

 

 

Djunana-Tanga-Suele.jpgcoc-Ngambali.jpg

 
En 2005, à l'occasion des premières élections démocratiques depuis 1960, Staff Benda Bilili crée une chanson intitulée Allons voter. La MONUC (Mission de l'Organisation des Nations unies en République démocratique du Congo) décide de l'enregistrer pour pousser la population à aller aux urnes. Largement diffusée, notamment sur Radio Okapi, gérée par la MONUC, cette chanson obtient un tel succès que certains lui attribuent en partie le taux élevé de participation au vote (70% des inscrits). Staff Benda Bilili, qui n'a pas été rétribué pour l'utilisation de sa chanson, a porté plainte en 2007 contre l'Organisation des Nations unies .  
 

Paru en février-mars 2009 chez Crammed Discs, le premier album de Staff Benda Bilili, Très Très Fort, a été réalisé par Vincent Kenis, producteur également de Konono N°1, de Kasai Allstars et de la série Congotronics (musique typique des zones urbaines de Kinshasa). La majorité des titres a été enregistrée en plein air, notamment dans le jardin zoologigue de Kinshasa, où le groupe répète habituellement . Le style musical de Staff Benda Bilili est unique et très différent de ce qu'on connait de la musique congolaise habituelle (Papa Wemba, Koffi Olomide, Madilu System, Fally Ipupa, etc...) mais c'est un groupe qui dénote une grande richesse intérieure, et qui devrait certainement continuer à surprendre dans l'avenir.

La parution de l'album suscite des réactions enthousiastes dans les médias internationaux, particulièrement en France , en Grande-Bretagne et aux USA.

.

Le groupe a reçu le trophée de l'artiste de l'année lors de la cérémonie de clôture du festival World Music Expo 2009.
 
les membres sont

Ricky Likabu - leader, chanteur;

Coco Yakala Ngambali - guitariste, chanteur;

Théo Nzonza Nsituvuidi - chanteur;

Djunana Tanga-Suele - chanteur;

Zadis Mbulu Nzungu - guitariste, chanteur;

Kabamba Kabose Kasungo - chanteur;

Paulin "Cavalier " Kiara-Maigi - basse;

Roger Landu - satonge, chanteur;

Cubain Kabeya - batterie, chanteur;

Randy Buda - percussion.

 

staff.jpg

 504 places vendues pour une salle de 500, ils ont fait le plein depuis longtemps.

Il y a de nombreux handicapés dans la salle. Installé au premier, dans la fosse , il ne tarderont pas à rejoindre le bord de la scène .

Ils arrivent à 8 sur scène, 4 dans leur fauteuil roulant, 1 avec 2 très longues béquilles qui le soutiennent sous les bras

Les autres sont valides.

Je retrouve tous les visages du film Benda Bilili. C'est ce magnifique film, tourné un peu comme un reportage qui les a fait connaître au public.

Le producteur, lui les avait repéré depuis pas mal de temps .

 

Le film laissait présager une musique rythmée et entrainante.

Le public rouanais est en forme ce soir. Quelques notes, et tous descendent dans la fosse pour aller danser, gesticuler . Nos handicapés sont en tête .trois photos plus tard, je suis coincée entre les roues et les bras et les jambes des danceurs .

Il faut dire que nos musiciens y mettent tout leur coeur. Ils jouent, ils chantent , mais ils dansent aussi , assis sur leur fauteuil ou entre les béquilles .

Il y en a même un qui glissera de son fauteul pour danser un genre de copoeira  sur la scène directement . Le public l'encourage , l'ovationne .

Les morceaux s'enchainent et les applaudissements ne tarissent .

 

Au programme du Hangar 23, les morceaux de Très très Fort.

 

Moziki,

Moto Moindo

Polio,

Je t'Aime

Marguerite

Tonkara

Avramandole

Sala Mosala

Mwana

Staff Benda Bilili

 

Une heure et demie d'une belle leçon de vie, donnée par des hommes volontaires, sortant des rues d'une pays émergeant, en guerre .

A ne pas rater pour cette superbe ambiance .

 


 benda_bilili_2276.jpg

 

Partager cet article
Repost0
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 06:00

Après avoir vécu six ans à Paris, sa famille retourne au Nigeria et s'installe à Lagos[ (Asa a alors 2 ans). Asa suit les cours de l’école de musique ouverte par le saxophoniste britannique Peter King. En 2004, après avoir envoyé une maquette à l'AFAA, elle participe au projet « Assata » et revient en France pour donner des concerts.

Fin 2006, elle signe un contrat avec le label français Naïve Records. Son premier album, auquel elle donne son nom, est enregistré et mixé par Christophe Dupouy au studio Le Chantier à Montreuil, et sort l'année suivante[. Asa y chante en anglais et en langue yoruba, accompagnée entre autres par le flûtiste de jazz Malik Mezzadri[. L'album reçoit le Prix Constantin en 2008 et se vend à plus de 300 000 exemplaires.

Après plusieurs tournées fructueuses, dont est notamment issu l'album Live in Paris et suite à de nombreuses collaborations (Tiken Jah Fakoly, Yannick Noah), Asa sort un nouvel album sous le label Naïve Records intitulé Beautiful Imperfection.

 

 

 

 

 En 2007, la chanteuse nigériane Asa dévoilait un premier album soul-pop jubilatoire, porté notamment par les titres "Jailer" et "Fire On The Mountain" devenus depuis des hymnes. 300.000 albums vendus et un Prix Constantin plus tard, Asa revient avec un second opus et le premier single "Be My Man" qui puise directement ses racines dans la soul des labels mythiques Stax ou Motown.

Malgré un succès public et la considération de pointures telles que Katie Melua, Jean-Louis Aubert ou encore Lenny Kravitz qui l’invitent à chanter à duo sur les plateaux télé, Asa reste fidèle à ceux qui l’ont propulsée. Pour son deuxième album, "Beautiful Imperfection", elle conserve ses repères gagnants – même label, équipe presque similaire. Dans son studio habituel, Le Chantier à Montreuil, elle débarque avec un bouquet de chansons en Anglais et en Yoruba composé chez elle à Lagos, dont elle a confié cette fois-ci la réalisation à Benjamin Constant. La « belle imperfection », titre paradoxe, marque bien sa volonté d’accepter le bonheur malgré les failles de l’existence – des doutes, errances, colères qu’elle transforme en joie, piste à piste. Voici sans doute la raison pour laquelle cet album se danse aussi bien : comme une envie pop d’être heureuse, et de le propager.

Il y a ainsi l’énergique "Dreamer Girl", façonné d’utopie, que l’on imagine aisément remixé style dancefloor. Ou encore le très optimiste "Be My Man", sorte de rock 60’s funky au grain façon Motown, rythmé à grand renfort de clap-clap. Mais Asa excelle aussi dans les ballades, les vagues à l’âme, avec sa voix pleine de force et de fragilité qui constitue le fil conducteur de cet album éclectique. Dans "The Way I Feel", elle rentre ainsi à chant feutré, souple, élégante, et convie l’ombre d’une autre diva : Nina Simone. Une douceur mariée à une forte personnalité que l’on retrouve dans "Baby Gone", l’aventure d’une rupture swinguée... Puis le titre "Preacher Man" évoque cette foi inébranlable, cette spiritualité inspirée du gospel. "Beautiful Imperfection" offre une variété de styles avec un infini goût du détail et une dimension quasi orchestrale, illuminée par le mix de l’ingénieur du son américain Tchad Blake dont les talents servirent Peter Gabriel, Elvis Costello, The Dandy Warhols ou encore Al Green...

 

 

  

Ce soir , au Trianon Transatlantique, tout est complet.

Le service d'ordre contrôle les billets....

Les tables façon terrasses du café de la marine sont rangées et la salle est en fosse  pour accueillir tout son public .

 

Ce public est de tout âge, pas que des très jeunes .

Ils sont tous fans, sont déjà allé à plusieurs reprise à ces concerts .

L'ambiance est bonne, sans bousculade , dans la bonne humeur .

Un peu d'attente et bientôt , les lumières s'éteignent pour laisser place au spectacle .

Les musiciens s'installent et très vite Asa arrive .

Les applaudissements fusent et ce sera un show de presque 2 heures .

Elle porte un pantalon et un haut noir, sous une jacquette dorée qui attrape la moindre lumière des projecteurs . Elle est coiffée d'un beau chignon, avec un très joli noeud bleu turquoise, assorti aux boucles d'oreilles .

Le plus , ce sont ces belles chaussures rose fuschia.

Elle finira par les abandonner dans un coin de la scène ...

 

Au programme, les chansons de son dernier cd, "Beautiful Imperfection ".

Bimpe, OK OK ,May Be , Fire , Why Can't We , 360° ,Preacher Man , Dreamer Girl , Be My Man , retour au premier rappel avec Ces Petits Riens , Bamidele , So Beautiful , Jailer , Broda Ole pour finir.

 

 

 

 

Tout s'enchaine, elle chante, elle danse avec le déhanchement naturel des africaines, elle joue de la guitare entre autre .

 

Arrive le moment des présentations du groupe, assez drôle pour retranscrire ses paroles , surtout qu'elle raconte toutes ces histoires avec un français encore approximatif.

Tout d'abord, Nicolas. C'est son guitariste, le meilleurs à ses yeux, le plus drôle aussi .Il est exceptionnel , il l'encourage dans ses moments de doute .Indispensable Nicolas ...

Et puis, il y a Janet, sa coiffeuse, son habilleuse, sa maquilleuse, sa choriste. Janet, c'est la petite main , elle trouve même ce qu'il faut quand elle a mal au crâne ....

Ensuite, il y a Romi, mais il y a beaucoup de bruit et son discours est inaudible .

Enfin ,Cyril et son clavier.C'est un homme au grand coeur, il est lui aussi exceptionnel.

Jean Michel , lui , ne parlera .Il est exclusivement anglophone , mais sourit tout le temps.Il a un bon esprit , il communique (sauf avec nous...)

En dernier, c'est Jeff à la batterie.Lui, il ne sort jamais les yeux de sa batterie, il est absorbé par la musique .

Voilà, une présentation des musiciens, en musique, sous les applaudissements du public.

Il y  aura une reprise de Gainsbourg , au 1 er rappel.

Un chouette retour pour ces petits riens.

 

 

Pour nous aussi , Asa  c'est

Bisous , bisous, bisous, i love you

 

 

 

 

 

 

 

 

 
cover-album-BEAUTIFUL-IMPERFECTION-RVB-e1285689251803.jpg
 

1. Why Can’t We
2. Maybe
3. Be My Man
4. Preacher Man
5. Bimpé
6. The Way I Feel
7. OK OK
8. Dreamer Girl
9. Oré
10. Baby Gone
11. Broda Olé
12. Questions

 

  asa_7561.jpg

Partager cet article
Repost0
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 11:00

Mais avant The Do , il y a eu   Nadeah.

Nadeah est une jeune australienne , née à Melbourne.

Elle a monté un groupe qui se nomme The Lovegods. Elle participe à un projet de reprises des Beatles .Elle chantera sur la chanson " Happyness is a warm Gun ".

Ensuite, elle rentrera dans le groupe "Nouvelle Vague ", à la place de Phoebe Killdeer.

Elle sera sur le cd 3 de Nouvelle Vague.

 

Son 1 er album solo est en cours d'enregistrement et devrait sortir début mai.

En attendant , elle chante (en autre ) Odile.

Olivia de The Do reprend sa chanson.

Aujourd'hui, à Rouen, elle assuré la 1 ère partie de The Do avec brio.

Elle a le gout de la scène et surement aussi du théâtre.

Elle se présente dans une toute petite robe volantée sexy qu'elle fait ondulé sur ses hanches .

Elle nous parle souvent, en français .Aujourd'hui, il n'y aura pas le batteur du groupe, la place est réduite , The Do est gourmand .



nadeah.jpg

 

 

 
 

 

 
 
 
 
   
 
 
The Dø  
 
   
 
Olivia Merilahti et Dan Levy se sont rencontrés en 2005 pour la composition de la musique du film L'Empire des loups. Ils composent leur première œuvre commune sous le nom de The Dø quelques mois plus tard : un EP de 3 titres incluant The Bridge is Broken, pour le spectacle de danse contemporaine Scène d’amour du chorégraphe finlandais Juha-Pekka Marsalo. Ils continueront régulièrement à travailler pour le cinéma (musique de The Passenger primée au Festival Premiers Plans d'Angers et celui d'Aubagne, de Camping sauvage, puis de Darling), la danse (Prologue, Perle et Cinderella de Juha-Pekka Marsalo et des lectures de poèmes de Carolyn Carlson) et le théâtre (Laure de Colette Peignot).

Le nom du groupe est formé des initiales des prénoms ( Dan et Olivia ) de ses deux membres mais renvoie aussi à la note do.  Il est écrit avec un o barré et parfois (comme sur la pochette de leur album, sur leurs t-shirts etc.) avec une note de musique, une noire, en guise de « D ». Le o barré peut laisser penser aussi à l'origine de la chanteuse, mais à tort car cette lettre n'existe pas en finnois.

La page myspace du groupe est ouverte début 2007. Les quatre premières chansons mises en ligne (The Bridge is Broken, At Last, On My Shoulders et Playground Hustle) créent rapidement un buzz et les amènent à jouer leur premier concert au Nouveau Casino à Paris le 20 février. Ils réalisent ensuite une série de concerts à guichets fermés à la Flèche d'Or et dans plusieurs salles de la région parisienne pour finalement ouvrir l'édition 2007 des Transmusicales de Rennes.

Ils ont entre temps signé chez Cinq7, label fraichement fondé par Wagram Music, et le titre On My Shoulders est utilisé dans une publicité pour les cahiers Oxford.

 

 

  Nouvel album , nouvelle tournée.

  Both Ways Open Jaws est sorti le 7 mars 2011

 
 

 


 

 

  Coqueluche deux ans durant de toutes les salles de concerts et festivals de France (voire de l'Europe entière... ), le duo franco-finlandais The Do revient début 2011 avec un nouvel album intitulé Both Ways Open Jaws, un disque que les fans du premier opus - A Mouthful - devraient apprécier même s'il est un peu moins accrocheur au premier abord... L'écriture d'Olivia Merilahti/Dan Levy et leur son pop 'n folk world avec arrangements aussi bohèmes que bricolos sont en effet immédiatement reconnaissables, mais le couple de musiciens a cherché à être original et à ne pas suivre à la lettre une formule toute faite... On pense à plusieurs options en découvrant les nouveaux morceaux : mini fanfare d'Europe de l'Est ? musiques tribales ? bande son idéale pour une aurore boréale ? hip hop jazz des ages farouches ? Björk du 21ème siècle ? Les mâchoires grandes ouvertes - Both Ways Open Jaws donc -, Olivia et Dan semblent avoir croqué à pleines dents dans la liberté que leur a apporté leur foudroyant succès. Sachant pertinemment que leur future musique serait écoutée avec attention, ils en ont profité pour expérimenter avec tous leurs instruments (en évitant souvent la guitare électrique), en se servant de mystérieuses machines à faire des bidouillages et autres ustensiles de cuisine. Sans chercher à façonner des tubes calqués sur On My Shoulder, The Do donne ainsi une suite bienvenue à son opus inaugural. De l'irrésistible ballade inaugurale Dust It Off (où comment provoquer beaucoup d'émotions avec juste une voix, un orgue et quelques beats électroniques) au final spectral, Moon Mermaids, en passant par les futurs hits de pop joliment folkloriques et Lo-Fi Bohemian Dances, Gonna Be Sick !, Too Insistent, Slippery Slope, The Calendar et Smash Them All (Night Visitors), The Do réitère l'exploit de son premier opus... C'est à dire arriver à être dans l'air du temps tout en incorporant des sons bizarres et décalés dans son shaker musical, rester très accessible la plupart du temps, mais sans sombrer dans la drague éhontée du grand public.

 


 
the-do.jpg  

 

 

 
 

 

    motssons_TheDo_MarianneMaric.jpg
   Ce soir , à rouen, la salle est bien remplie.

Le groupe est déjà passé il y a 3 ans, ils en gardent un excellent souvenir.

Ils chantent surtout leur dernier Cd mais On my Shoulders reviendra dès le 5 ème morceau sous les applaudissements du public.

Impression bizarre que ces nouveaux  titres.

Parfois même crispant , c'est une musique décalée qui dérange, mais aussi parfois sait séduire.

La voix d'Olivia gravit et descend les arpèges .Dan l'accompagne.

Les percussions sont exceptionnelles .

Il y a une multitude d'instruments , percussion, vibration , guitares,violons , instruments divers à vent . Et pour animer tous ces instrumets, il y a plein de musiciens bien entendu .Tous morceaux sont différents. Le jeu de scène est magnifique, la lumière au top.

J'ai quitté la salle , pas trop imprégnée de cette musique si particulière.

Il faudra que je réécoute ce CD , et surement que je finirai par apprécier tous ces sons . 


 

 

Pas de photo ce soir .



Partager cet article
Repost0
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 09:00

 

Deuxième soirée du Blues de Mars avec Bettye Lavette

 

bettye-lavette-biography.gif

Bettye Lavette est une Icône Soul américaine née en 1946 a Muskegon dans le Michigan (Etats-unies). l’enfance de Bettye Lavette se passe a Detroit ou elle enregistre sont 1er single en 1962 à l’age de 16 ans seulement. Ce single “My Man - He’s A Lovin’ Man” devient un Tube grâce à la force de distribution de Atlantic Records, ce qui lui permet de faire une tournée nationale avec des stars du moment comme Ben E. King, Otis Redding, Barbara Lynn et The Soul Brother N°1 “James Brown”.

Son 1er album aurait du sortir en 1972 mais Bettye Lavette ne trouve pas de labels qui lui donnent sa chance malgré une popularité grandissante ! C’est enfin en 1982 que le célèbre label soul “Motown” lui donne l’occasion de réaliser son 1er album “Tell Me A Lie”, suite au départ du label de Diana Ross. Suivent 4 albums qui vont confirmer sa réputation d’icone soul et lui donne le nom de “The Great Lady Of Soul”

 

 

Pas de première partie ce soir .
La grande dame de la soul joue solo .

Les décibels grimpent encore bien haut et notre éclairagiste tant aimé commence à comprendre que n'importe quoi n'est pas toujours du plus bel effet. Il se calme donc sur les manettes, et les projecteurs ne tournent plus sur eux même sans jamais s'arrêter.
Après quelques minutes d'un silence inquitant, les musiciens entrent sur scène et démarrent entre eux.
Ils sont quatre, Alan Hill au clavier, Danyl Pierce à la batterie, Bret Lucas à la  guitare, Charles Bartels à la basse .
Ils préchauffent l'ambiance .A la deuxième chanson, une voix arrive , doucement, mais de plus en plus fort .
Elle est enfin là, tout de noir vétue, chaussée de hauts talons qui affine une silhouette fluette.
Elle chante, elle danse , elle parle.
Elle s'appelle Bettye Lavette .
Elle a un jeu de grimaces peu ordinaire.
Elle transmet les vibrations qu'elle ressent et tout le public est conquis .
Elle chante en autre son dernier album  'The British Rock Songbook', une reprise de Ringo star ,Change Is Gonna Come .

bettye-lavette.jpg
Produit par Bettye, Rob Mathes et Michael Stevens, l'album est un voyage en 13 chansons, des classiques des Beatles, Rolling Stones, Led Zeppelin ou Pink Floyd, entre autres. L'idée de cet album est née d'une performance de Bettye au Kennedy Center Honors, en 2008, durant laquelle elle reprit le 'Love Reign O'er Me' des Who. Saluée par Townshend en personne, cette reprise était pleine d'une émotion que même son créateur n'avait imaginée. S'en suivit un duo avec Jon Bon Jovi et leur interprétation du 'Change Is Gonna Come' de Sam Cooke lors du concert d'investiture de Barack Obama.
Avec
The Word, Take me as I am , Choices , Joy ,It don't come easy , Souvenirs , Sleep to dream , Heaven , You turn to cry ,.....
Lentement, les musiciens nous quittent , un par un . Elle finira seule, à capella.
Elle posera doucement son micro à ses pieds , et partira dans le noir lointain.
Il n'y aura pas de rappel malgré les acclamations et trépidations du public.
Un peu court , mais tellement bon.
Thank you so much, Bettye, ce fut une belle rencontre.
bettye_lavette_7718.jpg

Partager cet article
Repost0
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 13:24

Juste une apparition pour cette reprise du blues de mars.

La première partie , ce fut Asa.

Donc sortie vers 22h 40 du Trianon Transatlantique, je m'arrête en route à la Traverse pour Robert Gordon .

 

280px-Robert_Gordon-2.jpg Robert-Gordon-rg.jpg

 

 

Ce soir, c'est une soirée complétement rock, et même rockabilly .

Le public est très au fait des artistes de la soirée.

Tatouages, bananes (au masculin et au féminin ) , verre de bière à la main.

Ils dansent , ils fredonnent ...ils accompagnent l'artiste qui lui, vient de fêter sas 60 ans et même un peu plus maintenant .

 

10gu1xs0.jpg  cn-rockabilly4.jpg

 

Robert Gordon est un chanteur américain né le 29 mars 1947 dont les genres musicaux vont du rock 'n' roll, country et rockabilly. Il participe au renouveau du Rockabilly dans les années 1970 en reprenant des adaptations des œuvres de Billy Lee Riley, Eddie Cochran, Gene Vincent, Sanford Clark, Jack Scott, Elvis Presley, Bill Haley, Conway Twitty. Il se présente aux côtés d'autres artiste comme les Stray Cats, mais n'arrive pas à s'imposer face à cette vague qui a assuré la fortune de ses successeurs.

Ex-chanteur du groupe punk et rock 'n' roll new-yorkais Tuff Darts (premier album, Sire en 1978 sans lui) signe d'abord pour le label de Blondie, Private Stock, il est aussi produit par Richard Gottehrer qui lui présente Link Wray Ils réaliseront ensemble les deux premiers 30 cm de Gordon, accompagné par les WildCATS, puis partiront en tournée. Robert Gordon est un inconditionnel du rock'n'roll et choisi soigneusement ses reprises. Il développe un jeu de scène qui est proche des chanteurs de rockabilly des fifties. Il engage en 1978 le frère d'Elliott Murphy, Matthew comme manager. En pleine vague Punk, Robert Gordon s'allie avec Link Wray en remettant au goût du jour le rockabilly grâce à des adaptations des œuvres de Billy Lee Riley, Eddie Cochran, Gene Vincent, Sanford Clark, Jack Scott, Elvis Presley, Bill Haley, Conway Twitty, etc. Il adopte le style cheveux gominés et banane. Dans les années quatre vingt, il écume les clubs et les salles aux quatre coins de la planète qui lui permettront de se faire une certaine renommée auprès des amateurs de rockabilly et de rock'n'roll.

Sa carrière avec Link Wray (créateur de Rumble en 1958, s'accommode mal et ne correspond pas avec le style Rockabilly dont il se sépare. Il est remplacé par Chris Spedding un guitariste britannique. En 1978 il produit l'album Fresh Fish Special où figure une composition de Bruce Springsteen Fire accompagné au piano par ce dernier. En novembre 1979, il enregistre à New York une composition de Johnny Burnette, Rock Billy Boogie qui rencontre un succès en Europe en compagnie des Wildcat. Les critiques sont généralement élogieux. L'album suivant sortie en 1980 Bad Boy sera un échec.

En 1982, il participe dans le film The Loveless aux côtés de Willem Dafoe.

 

Je ne resterai pas longtemps, le son est tellement fort que mes oreilles me font malgré les bouchons, et du coup, je n'apprécie pas du tout la musique ,

 

 

 
robert_gordon_7674.jpg
robert_gordon_7665.jpg
Partager cet article
Repost0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 20:00

Dans le vif du sujet, son tube .

 

 

 

Dans le style pop, rock, chanson française, Brune compose , écrit, interprète, chante sur scène , et son son ancien métier de profde musique ne lui convenait pas, il faut reconnaître que le nouveau lui colle à la peau .


Après un passage précoce par le conservatoire, Brune devient professeur de musique dans un collège. “C’est un métier ingrat lorsque tu veux faire de la scène. Même si j’avais un auditoire qui parfois m’applaudissait ! Mais la plupart du temps, je me demandais vraiment ce que je faisais là”. Après la classe, la jeune femme essuie les regards des passants dans les couloirs du métro parisien. A l’époque, elle côtoie Soan, futur vainqueur de la “Nouvelle Star”.

“Je me rappelle qu’il m’avait viré de ma place, je l’avais trouvé un peu abrupt... Depuis, j’ai fait sa première partie !” Repérée par 3ème Bureau, le label de Pony Pony Run Run et Orelsan, Brune s’est déjà produite sur les scènes de grands festivals comme Solidays. Cet été, son single “Rupture Song”, diffusé en boucle sur les radios, a donné un avant-goût de l’album sorti fin septembre.

Elle est arrivée sur scène dans une toute petite robe rouge, accompagnée de Valentin aux guitares  et de Gregory aux drums .

Elle nous interprète les morceaux de son premier cd , le seul pour le moment dont le celèbre "Rupture", une chanson drôle sur la rupture amoureuse .Il y en a bien d'autre bien sur, Sur ta bouche, Paris, Un cheveu blanc , Tout çà, Hey ,  l'hiver en été , toutes les roses, je n'oublie , l'araignée, John, Elea  .

 

brune.jpg


 

Un bon moment de scène et de musique, une interaction avec le public sympathique ,ce concert pour lequel peu de monde s'est finalement déplaçé fut vraiment plaisant et énergisant .

 

brune_7456.jpg

Avant Brune , il y a eu "32 ".

Un groupe réduit à deux jeunes femmes , rouanaise, comme il est assez souvent de tradition au trianon.

Claire et Melou (Mélanie ) tiendront sans difficulté leur part de la soirée.

Elles sont débutantes, mais expérimentées , Claire chante et c'est Melu qui joue de la guitare  électrique , électro acoustique ,  looper, djembé  , voix et arrangements.


 

 

 

 
32_7340.jpg
Mélou

32_7445.jpg

Claire

 


Partager cet article
Repost0
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 17:33

Courdoue jouent ce soir à la Traverse.

Cordoue et Lublin sont également candidates en tant que capitale culturelle de la culture, pour 2016.

Ce soir , ce sera guitare.Et il y en a de toutes  sortes, classiques , romantiques , anciennes , baroques, Renaissance. Il y aura aussi un contrebassiste.


Tout d'abord de la guitare classique avec "Orquesta de guitarras ".

Cet orchestre de 10 musiciens est dirigé par Alfonso Serrano Ruz , chef du département de guitares du conservatoire Professionnel de Musique de Cordoue .

Partie intégrante du folklore andalou, la guitare classique a  inspiré  de nombreuses musiques telle la Suite Espanola d'Issac Albaniz.

La première partie du concert sera consacrée à cette suite célèbre, puis le programme abordera Bach et Scarlatti qui se sont souvent inspirés des rythmes espagnols tels le fandango.

Le concert démarre donc après un  accordage de tous ces instruments.

Le chef , francophone, nous explique que le 1 er morceau est un Addagio de Mozard pour violon , qu'ils ont adapté à la guitare. Ils ont beaucoup travaillé pour cette interprétation .

 

 

 

cordoue_7068.jpg

Ensuite , les musiciens changent de place , et doucement, le ryhtme évolue , s'accélère. On commence à entendre au loin arriver les sons flamencos.

Dans cette salle habitués aux puissants décibels du rock et du blues, ce soir, les cordes délivrent un son tout en délicatesse et subtilité.

Même mon "pôte " l'éclairagiste ne joue pas (encore ) avec les manettes de  ses projecteurs qui nous aveuglent complétement  .Tranquilité  de courte durée d'ailleurs .

Trente cinq minutes plus tard, ce premier groupe quitte la scène, les techniques modifient légèrement les micros et les chaises.

Ils entrent sur scène.

Ils sont encore dix, ces nouveaux musiciens. Huit à la guitare, un au chant, un (Juan José Castellon ) aux percussions .

Ils arrivent aussi de Cordoue, le Cuadro Flamenco intègre des oeuvres de Paco De Lucia ou de Gabriel Munoz.

Le chanteur Francisco Carvajal dira des textes populaires de Camaron de la Isla.

Ils sont également vétu de noir, avec les cheveux bruns gominés, et une allure bien plus machiste que le groupe précédent .

Cette deuxième partie débute par un solo de guitare et de chant .

Les autres enchaineront dès le second morceaux.

Le clou de la prestation, c'est Carlos David Alvarez et sa chorégraphie de flamenco qui nous l'offrira.

Ce soir, il n'y aura qu'un danseur, pas de femme.Le rythme est marqué par les claquettes et les frappements de mains .

Le chanteur accompagne parfois le danseur.

Une très belle prestation ...

 

 

Le cante flamenco consiste en un certain nombre de formes traditionnelles (et d'autres plus modernes), ayant des structures rythmiques et harmoniques différentes. Le rythme (compás) est sans doute la caractéristique la plus importante pour distinguer les différentes formes du flamenco. Les pièces sont composées de plusieurs « phrases » ou falsetas dont la sensation intense, rythmique est définie par la forme principale du morceau accompagné de la guitare flamenca.

Certaines formes sont chantées sans accompagnement, alors que d'autres utilisent une guitare, voire un autre accompagnement. Certaines formes ne s'expriment que par la danse. En outre certaines danses ou chants sont traditionnellement le privilège des hommes, et d'autres sont réservés aux femmes. Cependant de nombreux aspects traditionnels perdent de leur rigidité. La farruca par exemple, traditionnellement une danse masculine, est aujourd'hui également pratiquée par les femmes.

 

cordoue_7154.jpgcordoue_7115.jpgcordoue 7099cordoue_7247.jpg

Partager cet article
Repost0