Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 octobre 2009 7 18 /10 /octobre /2009 18:32

 

J'ai découvert ou plûtot apprécié sa discographie il y a peu de temps .
Le graphisme de la pochette de son dernier cd m'a attiré, j'ai aimé les textes, l'humour de ses textes, l'irréalisme de ses textes, j'ai aimé la musique.
Il écrit des fables , comme La Fontaine , utilisant les animaux et les végétaux pour raconter ses histoires fabuleuses , imaginatives et tellement drôles. Les mots sont à double sens ,et décrivent Monsieur ou Madame Toulemonde dans leur univers sans adresse définie.





Je n'avais jamais vu Thomas Fersen sur scène, c'est fait .
Il donne concert un dimanche après midi dans une toute petite salle à côté de chez moi, je prend un billet. En octobre, il ne fera sûrement pas beau , je n'aurai que quelques kms de route donc pas d'hésitation .
En fait , il a fait très beau ce 18 octobre après midi d'octobre, il a fait très chaud dans cette petite salle et j'ai passé un sacré bon moment avec ces 4 musiciens .

1. Germaine
2. Ukulélé
3. Chocolat
4. Formol
5. Punaise
6. Les mouches
7. Gratte-dos
8. Ce qu'il me dit
9. Concombre
10. Embarque dans ma valise
11. La malle


Sa voie rocailleuse, son sourire coquin, son accordéoniste Alexandre nous ont transporté dans son univers intemporel .








Partager cet article
Repost0
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 22:36



Après la présentation des spectacles à venir pour la saison 2009 _ 2010 par Régis Senacal , une assiette garnie est offerte aux spectateurs pour l'inauguration des prochaines festivités.

Florence Carrou, artiste de la compagnie éolienne , alias Lola Montes animera cette soirée .

 

Marie-Dolorès Gilbert alias Lola Montes

naît le 23 juin 1818 à Iristown, en Irlande. Fille d’un officier de l’armée britannique, elle accompagne ses parents aux Indes en 1823. Le capitaine Gilbert, qui vient de combattre sur le continent, à Waterloo, face aux armées de l‘Empereur des Français est en effet affecté à Dinapore, sur les bords du Gange. La région est marécageuse, l’air insalubre. Les fièvres déciment son régiment et le père de Marie-Dolorès n’échappe pas à la mort. Après que le choléra l’eut emporté, l’enfant et sa mère sont confiés aux bons soins d’un ami de la famille, le major Craigie. Quelques mois plus tard, ce dernier s’unit à la jeune veuve, tandis que l’adolescente est envoyée en Europe, à Paris, afin d’y effectuer quelques études. A son retour, Marie-Dolorès est éblouissante de beauté et de charme. A Londres, accompagné du lieutenant Tom James, sa mère projette à présent de la marier à un juge au tribunal suprême de l’Inde, Abraham Limley, un fort beau parti. Âgé de soixante-deux ans, le magistrat bénéficie en effet de plus de 20.000 livres de rentes… Le beau militaire cependant déjoue les plans de la mère intéressée. En 1837, il enlève la jeune fille et l’épouse. Celle-ci est âgée de dix-neuf ans.

Au manoir familial de Castlarough, la vie est monotone pour celle qui est devenue Mrs James. Bientôt son mari s’éprend d’une certaine Mrs Lomer et la délaisse. Celle-ci demande le divorce et s’en revient auprès de sa mère. Cette dernière, qui n’a pas oublié la trahison passée, l’expédie alors chez de lointains parents en Ecosse. Sur le navire qui doit la reconduire vers l’Europe, Marie-Dolorès fait la connaissance de Charles Lennox, un dandy qui l’installe à Londres. Cette rencontre va décider de son destin futur. Le séducteur lui présente Fanny Kelly, une ancienne grande vedette de la scène. Après lui avoir dispensé quelques cours d’expression dramatique, celle-ci, devant le peu de résultat obtenu par son élève, lui conseille d’essayer plutôt la danse. Et voilà Marie-Dolorès Gilbert qui se transforme en « Dona Lola Montès, du théâtre royal de Séville ». Au mois de juin 1843, l’artiste se produit dans les théâtres londoniens, déguisée en gitane, et assurant ainsi un intermède de charmes au milieu des représentations des acteurs.

Remarquée par le pianiste virtuose Franz Lizt, alors en tournée dans la capitale londonienne, ce dernier fait de Lola sa maîtresse. L’artiste emmène la courtisane partout en Europe, puis la quitte, un soir, à Dresde, lassée de ses caprices. A Paris, Lola Montès se fait connaître par quelques exhibitions légères à la Porte-Saint-Martin. La police veille cependant aux bonnes mœurs, y compris sur les planches des théâtres. Aussi on interdit à Lola désormais de se produire en gitane. Elle décide donc de jeter son dévolue sur l’Allemagne voisine et la Bavière. Le 5 septembre 1846, le roi Louis Ier lui accorde une audience et est aussitôt ébloui par la beauté de la jeune femme. Les talents de séductrice de Lola Montès font le reste. Celle-ci obtient du roi de débuter le 12 octobre suivant à l’Opéra de Munich. Trois représentations se suivront, mais les sifflets du public mettent rapidement un terme à sa carrière munichoise. « Désormais vous ne danserez plus que pour moi », lui affirme le monarque, qui peu de temps plus tard offre à Lola Montès un splendide hôtel, baptisé Furstenried, dans le quartier de la Barestrass. Lola Montès, la courtisane, est parvenue à ses fins.



Cependant le scandale est grand dans le royaume : le roi Louis Ier entretient une femme de petite vertu. A t-elle point que l’archevêque de Munich demande audience au roi afin de l’adjurer de renvoyer la danseuse qui le détourne de son devoir de souverain. Le prince de Metternich, maître à l’époque de la diplomatie européenne, décide également d’intervenir. L’autorité du roi de Bavière est depuis quelques temps déjà fragilisée par la montée de l’opposition libérale. C’est sans compter sur le caractère de Lola Montès qui renvoie le baron von Lantenau, envoyé par le chancelier d’Autriche. Celui-ci venait de lui proposer de quitter la cour, moyennant finances…

Apprenant l’affront qui vient d’être fait à sa maîtresse, le monarque décide de donner à Lola Montès le titre de comtesse de Landsfeld, avec bien sur les droits, biens et privilèges afférents. Le 11 février 1847, Charles d’Abel, le premier ministre, apprend la nouvelle à ses collègues, consternés. L’ensemble du cabinet démissionne. Bientôt, la rue elle-même s’anime, le peuple manifeste jusque sous les fenêtres de la belle étrangère. Les étudiants figurent en bonne place dans le cortège qui défile. Qu’importe l’Université est fermée pour une année complète ! Devant l’ampleur du mécontentent cependant,  - la foule se masse à présent devant le palais royal - Louis Ier de Bavière finit par se laisser fléchir. Lola Montès est bannit du royaume de Bavière.

Revenue à Londres, elle décide de monter une pièce de théâtre, qui raconte sa propre histoire. Lola Montès, ou la comtesse d’une heure est interdit cependant. Celle-ci trouve un second mari, en la personne de George Trafford Heald, un officier des Life-Guards. Contrairement à ce qu’elle pensait cependant, Tom James est toujours en vie et, peu de temps après, un procès pour bigamie lui est intenté. Les juges lui sont cléments cependant et c’est en compagnie de son nouveau chevalier servant qu’elle gagne la France. Quelques mois plus tard, ce dernier demande le divorce, tandis que Lola Montès poursuit son existence aventureuse. Le 5 décembre 1851, la courtisane est à New-York. Trois semaines plus tard, elle interprète son propre rôle sur la scène du Brodway Theater dans une comédie intitulée Betty la Tyrolienne. Après avoir gagné la Californie à l’époque de la Ruée vers l’or, au mois de mai 1853, puis l’Australie en 1855, l’ancienne courtisane est gagnée par la foi. Elle se consacre dès lors à promouvoir des œuvres caritatives au sein de l’Église méthodiste




« Lola Montès était une charmeuse. Il y avait dans sa personne un je ne sais quoi de provocant et de voluptueux qui attirait. Elle avait la peau blanche, des cheveux ondoyants comme des pousses de chèvrefeuille, des yeux indomptés et sauvages et une bouche qu'on aurait pu comparer alors à une grenade en bouton. Ajoutez à cela une taille lancinante, des pieds charmants et une grâce parfaite. Par malheur elle n'avait, comme danseuse, aucun talent.»

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 22:43

Retour à la traverse pour ce soir
Au programme , en première partie, "la bestiole ", un groupe ou plutot un duo , tendance rock, qui cogne, qui cogne...
Delphine Labey  tient la guitare, Olivier Azzano  gratte la guitare basse et les 2 chantent .
Cà decoiffe, du rock brut de coffrage .






B comme la Bestiole
envoyé par <

 




 

Ensuite Clarika


http://www.clarika.net/blog/
http://www.myspace.com/iamclarika
http://gaetlebrun.free.fr/clarikav4/accueil.html


L'afiche est plutôt aguicheuse et on s'attend tous à voir une blonde.  Mais il y a une ruse .
La blonde , ce n'est pas elle, mais elle y est quand même , cherchez la ...
Bref, elle brune, pas très grande coiffé style decoiffé , tout comme son humour qui nous fera rire toute la soirée .





Bien mérité
Les bavards
Moi en mieux
Rien de tel (qu'une p'tite chanson)
Lâche-moi
je ne serai pas
Escape Lane
De fille à femme
C'est l'hiver
La petite boite
Des bulles
Dans les cabines d'essayages
L'ennui
 
 





Il y a eu les garçons dans les vestiaires, j'attendrai pas 100 cents ans, Moi en mieux, de fille à femme  , Dans les cabines .......




Il y a eu plein de chansons, pleins de rythme, de danse , de magnifiques lumières et beaucoup d'humour décapant, mais tellement vrai et dit avec tant de légéreté .
Il y a eu aussi Supe pop rock, supertoshop, teleshop et le roi de la pop. Une ironique pensée au roi de la pop, Mikael Jackson avec son pas de danse, son chapeau . Trop drôle .
Pierre Bellemare aussi a eu son moment de solitude, pendant un entre deux au teleshopping , qui aurait pu changé leur vie ....


Elle reviendra en janvier dans la région, j'y retournerai surement .C'est trop bien , trop drôle, trop poétique .



Partager cet article
Repost0
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 09:00
Pour cette soirée d’ouverture du nouveau festival de traverse, deux mondes bien différents ont fait sonné les cordes des guitares et touches des claviers.

Le blues du désert de Amar Sundy m’ a transporté dans mes voyages en Algérie. J’ai revécu ces quelques début de nuit au son du oud , autour du feu de bivouac, après une longue journée de marche ou de route .

http://www.myspace.com/amarsundy

http://www.amarsundy.com/





 Cette musique traditionnelle du désert est née de la révolte des Tamasheq . Depuis des siècles, les hommes bleus du désert contrôlaient le trafic caravanier allant de Ghat , en Libye à Gao , au Mali. Au moment de l’indépendance du Mali et du Niger, en 1960, ils ont été confrontés à la dominance des populations sédentaires du sud de ces régions . La répression s’abat alors sur les populations nomades et les contraint à l’exil . La sécheresse, le chômage , le déclin du transport caravanier les oblige à la sédentarité. C'est pendant ces périodes agitées, jusqu’aux années 80 où furent signés des accords de paix qu’est né le blues du désert.
C’est une musique accompagnés de chants lancinants, et d’une guitare. Les Touareg, apprennent à manipuler simultanément les cordes de leur guitare et les kalashnikovs.

Ce soir, c’est l’un d’entre, armé seulement de sa guitare qui est venu . Il est né dans la région de Tamanrasset. «
"Je suis né dans le désert au milieu des hommes fiers et invincibles, conscient, très tôt, de la force de la nature qui règle toutes choses. »
Bien sûr, il a été influencé par d’autres.
Il a sillonné l’Europe aux côtés de Albert King et Albert Collins, il a parcouru les routes américaines avec James Cotton, Otis Rush, Screaming Jay Hawkins et une bonne partie de la scène locale de Chicago . Il a chanté , souvent dans sa langue natale, il a parlé, plutôt en français .


 « Je cherche à être authentique. La seule façon de l’être, c’est de laisser tout venir en moi jusqu’au moment où le corps devient souffrant et ne résiste plus à délivrer le message dont il est porteur. Laisser tout ressortir, exprimé au plus juste, au plus vrai. N’être que l’instrument de la force de la vie. La musique traverse la vie .... la vie est dans ma musique... et le rythme traverse ma vie ».
 Son dernier Cd vient de sortir






 L’autre partie de la soirée, ce sont des vedettes du blues canadiens qui l’ont tenue , Dawn Tyler Watson, le guitariste Paul Deslauriers.

Dawn Tyler est d’origine anglaise, a migré dans sa petite enfance à Ontario, où dès l’age de 5 ans , elle chantait à l’église. Elle a appris la guitare, le violon, puis étudié le jazz à Montréal. A peine diplômée, elle chantait du rythm & blues dans les bars et les clubs locaux . Elle a fondé un groupe de gospel, les « sisters spirit ,
 Interprète vibrante et souple, Dawn est très occupé par ses divers projets. Chanter devant une foule de 1500 personnes dans une discothèque de Milan, devenant funky avec son groupe " les Jamm " lors d’un hotspots de Montreal, ou chanter les standards avec les meilleurs musiciens canadiens au club de jazz de Biddles, Dawn est à la maison sur la scène. Elle vient de finir son album : "Ten Dollar Dress". Ce long effort attendu est le reflet de sa personnalité, juste comme l'artiste elle-même. Surnommée "la Princesse du Blues" son approche du chant blues est beaucoup plus fine que les chants des "vielles mamas".

Paul Deslauriers
Un parcours un peu similaire, des voies différentes,
C’est à l’âge de 6 ans à Cornwall en Ontario que sa carrière musicale débuta en passant par le violon, le piano, la trompette, la basse électrique et finalement opter pour la guitare électrique. À l’âge de 15 ans il joue déjà du rock ‘n’ roll dans les clubs des alentours. À 19 ans il déménage à Montréal et entame des études en jazz à l’Université Mc Gill. Quelques temps plus tard, il forme son premier trio blues/rock
Paul Deslauriers est un guitariste chanteur , auteur compositeur canadien . Il a crée son groupe en 1977 . Il aime le rock, il aime le blues , il aime la musique qui le fait vibrer . Au cours de sa carrière musicale, il a partagé la scène avec de nombreux artistes comme Amanda Marchall , France d’Amour ,Garou et Nicolas Ciccone et encore d’autres .



Sur scène, ensemble, ils forment une superbe équipe. Leur programme est un mix de leurs compositions respectives et il est facile de se laisser emporter autant par la voix chaude et chaleureuse de Dawn , que par le son de la guitare et la voix de Paul.


La reprise de « Ne me quittes pas » de Jacques Brel fut peine d’émotion.
 Ce fut un régal, de profiter de cette complicité musicale, de cette bonne humeur .
On en redemande , on les rappelle et on les applaudit .
Bravo pour ce concert .




Ils ont enregistré un cd ensemble. En situé près des Etats-Unis’’.
Quelques extraits à partir de leur site
http://www.dawnandpaul.com/press.html

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2009 5 18 /09 /septembre /2009 06:32

http://www.thekooks.com/home


Ils sont un groupe de rock anglais originaire de Brighton. Ils ont vendu des milliers d'exemplaires de leur dernier cd.,Inside In, Inside out .



Inside In / Inside Out

Seaside
See The World
Sofa Song
Eddie's Gun
Ooh La
You Don't Love Me
She Moves In Her Own Way
Matchbox
Naive
I Want You Back
If Only
Jackie Big Tits
Time Awaits
Got No Love
The Kooks - Inside In / Inside Out

The Kooks,  dont la traduction serait  "Loufoque "', en hommage à David Bowie proposent une musique "active " , au contraire de statique .

A l'époque de la fac, Luke, Paul, Hugh et Max font leur gamme dans une école de musique où ils côtoient notamment Lily Allen et Katie Melua avant de se frotter à une reprise de 'Reptilia' des Strokes.
L'énergie pop des quatre chevelus enchante le public des salles britanniques. C'est donc tout naturellement qu'un album intitulé 'Inside In - Inside Out' voit le jour en 2006. Forte d'une galette encensée et de concerts envoûtants, la vague 'The Kooks' s'exporte dès lors hors de ses terres et déferle sur l'Europe.
Avec
  • Luke Pritchard (Chant, guitare)
  • Paul Garred (Batterie)
  • Hugh Harris (Guitare, chœurs)
  • Peter Denton (Basse, chœurs)

 

Ils ont subi les influences de'autres groupes comme

The Beatles , Blur , The Kinks , Madness , Pulp , Supergrass , The Who , The Strokes , David Bowie , The Rolling Stones







Partager cet article
Repost0
16 septembre 2009 3 16 /09 /septembre /2009 16:00
Artiste français , il a donné son concert samedi en fin  après midi , avec un soleil qui lui fera cligner des yeux du début à la fin .

 Fan de Brassens, Regiani, Moustaki, il écrit pour eux ou interprête volontiers une partie de leur répertoire. Après un long silence, il réapparait en 2008 avec son album "Restons amants". Il en a écrit les textes et Julien Clerc a lui, écrit la musique de 2 titres .


L'Ere Etrange
Grain D'Sel
Restons Amants
Tuer L'Temps
 Histoire Grise
Là-Bas, La Terre
Le Juge Et La Blonde
Sur Deux Tons
 La Meute Et Le Troupeau
 Tell'ment Je M'Aime
Empreintes
Hymne A La Soie

 


sorti  en juin 2009,
ce double Cd reprend
une partie de son
ancien répertoire
 
 
et des morceaux
de "Restons amants 
 "     
 




C'est avec beaucoup d'émotions que j'ai écouté ses nouvelles chansons, écouté ses nouveaux textes.C'est avec beaucoup de nostalgies que j'ai réentendu les anciens titres , ceux de mon adolescence comme Mon frère, San Francisco, Fontenay aux roses...

Un petit rappel de sa discographie 

Maxime Le Forestier - L'echo Des Etoiles  Maxime Le Forestier - Le Cahier Récré   Maxime Le Forestier - Chienne De Route    
 Maxime Le Forestier - Passer Ma Route  Maxime Le Forestier - Né Quelque Part  Maxime Le Forestier - Les Rendez-Vous Manqués    
 Maxime Le Forestier - Le Forestier Chante Brassens - Chansons De Rappel  Maxime Le Forestier - Mon Frère  Maxime Le Forestier - Sage    








Partager cet article
Repost0
15 septembre 2009 2 15 /09 /septembre /2009 19:27
Arthur H  comme Higelin.
et son dernier album , "l'homme du monde"


En rupture nette avec ses précédentes perles musicales, Arthur H livre ici un témoignage sonore et lyrique qui dépeint avec justesse et subtilité ce début de siècle ; plus particulièrement l'ère dans laquelle nous sommes entré il y a peu et qui n'a de cesse d'accentuer les contrastes, les différences... Le titre de l'album est en ce sens particulièrement bien choisi. Il explore avec brio de nouvelles sonorités plus dans cette nouvelle "ère" justement, mais dans l'objectif de servir le message. L'-H-omme a évolué mais reste intègre et fidèle au talent duquel il nous inonde depuis le début des années 90 ! Album à conserver dans sa CDthèque au même titre qu'un grand cru de Bourgogne dans sa cave (à consommer de suite mais qui se bonifiera également avec le temps) !!

http://www.arthurh.net/
http://www.myspace.com/arthurhigelin




Le chanteur à la voix rocailleuse s’est créé un univers musical fantaisiste, riche d’influences variées. Le reflet d’une imagination débridée qui vagabonde autant dans ses albums que sur scène.



Partager cet article
Repost0
14 septembre 2009 1 14 /09 /septembre /2009 16:30
Une petite vidéo pour partager l'ambiance du concert de Manu Chao



Manu Chao Fete Huma 2009
envoyé par HumaWebTV. - L'actualité du moment en vidéo. 



et une autre photo du concert





Les Wampas sont la preuve que Dieu existe....en 2009



http://www.myspace.com/wampas
Groupe français crée en 1983, c'est un groupe de rock alternatif qui repose essentiellemnt sur la présence du chanteur Didier, électricien à la RATP. Le groupe est actuellement composé de

  • Didier Wampas - chants
  • Phil Almosnino - guitare
  • Tony Truant - guitare
  • Jean-Mi Lejoux - Basse
  • Niko Wampas - Batterie

    Ils ont enregistré de nombreux albums
    • Tutti frutti (1986)
    • Chauds, sales et humides (1988)
    • Les Wampas vous aiment (1990)
    • Simple et tendre (1993)
    • Trop précieux (1996)
    • Chicoutimi (1998)
    • Kiss (2000)
    • Never trust a guy who after having been a punk, is now playing electro (2003)
    • Rock'n'Roll Part 9 (2006)
    • Les Wampas sont la preuve que Dieu existe (2009)
       


 

 

 

 

Universal

Georges Marchais
Partager cet article
Repost0
13 septembre 2009 7 13 /09 /septembre /2009 19:40
Merci aux organisateurs pour l'accrédidation , et aux membres de parlons photos . Un petit coucou de Normandie à ceux que j'ai eu le plaisir de renconter.

Donc cet après midi, en route pour le parc de La Courneuve et la fête de l'humanité .
La route pour commencer, la traversée d'une partie de Paris, la recherche d'une place pour me garer, un peu de métro, la navette , la cohue , une bonne vingtaine de minutes pour arriver à la grande scène et , enfin, j'y suis .
Rien à voir avec les petites salles, c'est noir de monde .

Les grands rassemblements ne me plaisent pas plus que çà, mais j' ai exceptionnellement l'autorisation de shooter les  premiers morceaux de chaque concert .

Pour Vendredi , C'est Cocoon qui ouvre le festival .
http://www.myspace.com/listentococoon

Mark (guitars, vocals, ukulele, banjo, songwriting) and Mo' (piano, vocals, beatbox, eggs).
Live Band : Oliver (bass) / Raphaël (drums) / Sophie & Julie (strings).
Bastien (Tour Manager) / Vincent & Manu (Sound Engineers) / Jay (Light Engineer)

MarK et Morgane sont 2 français qui chante en anglais.
Ils terminent la préparation de leur 2 ème album sur les animaux marins .- ,Back to  the Panda mountain . Ils chanteront quelques extraits de ce cd ..Sushi, baby seal...






20 minutes de pauses, préparation et bientôt  Keziah Jones apparait. Le rythme est bien plus virulent, la chanteur nous fait aussi quelques pas de danses .
Il est né au Nigeria et ses tendances viennent du blues , de la soul et du funk.
Il a fait ses début comme musicien du métro, où il  s'est fait repéré .
http://www.myspace.com/keziahjones

Il a même redonné un concert "anniversaire " dans le métro , il y a quelques mois .
Son dernier album, Nigerian wood est dans les bacs depuis très peu de temps

 
 





Et puis , c'est le grand groupe vedette de la soirée .
Manu Chao et sa bande envahissent les bandes son par leur énergie

http://www.manuchao.net/
http://www.myspace.com/manuchao
 


 

Français d'origine espagnole, près de 60 000 personnes sont venus l'applaudir devant la grande scène.
Quatre rappels furent nécessaires pour satisfaire le public , tellement il était attendu.
L'auteur interprete de Clandestino a donné un magnifique concert .


Partager cet article
Repost0
18 août 2009 2 18 /08 /août /2009 18:11
Pas de vacances pendant l'été, j'aime mieux partir hors saison.


En attendant, je n'ai pas rangé mon appareil photo.
Ces derniers temps, je suis allée investir une maison de retraite pour faire des portraits de personnes âgées .
Fatiguant mais intéressant.
Ils ont toute une vie à raconter, et même si leurs jambes ne sont plus fiables, leur cerveau parfois absent, ce fut une expérience enrichissante.

   

Je suis repassé leur dire bonjour, ils attendent leur photo avec impatience. Quand, c'est la seule question qu'ils posent, comme s'il était possible qu'ils ne les voient pas  ou qu"elles soient prêtes trop tard.Alors , je travaille à mon ordinateur pour retrouver ma vision d'eux à la prise de vue.

 


Et puis, septembre, c'est la rentrée.
Les programmes des salles commencent à sortir, et j'affûte mes lettres pour obtenir ces satanées autorisations .
Donc pas encore de réponse à ce jour, c'est beaucoup trop tôt.
.Patience .
Partager cet article
Repost0