Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 avril 2009 5 17 /04 /avril /2009 11:00
ce soir, c'est complet.
Même les administratifs du trianon ont été surpris de faire salle comble .
Le bar est remonté à l'étage, les gradins sont déployées et comme c'était insuffisant, des chaises ont été rajoutées.
Mais que est donc ce phénomène qui a rempli cette salle ???

La musique d'ambiance stoppe, les lumières s'éteignent, la salle est dans le noir, la scène aussi.
Quelques notes ..



et  Alexis HK apparait suivi des music men in black .


Costume sombre, chemise claire , cravatte et lunettes de soleil  , il y a
ALEXIS HK à la  guitare, voix
MATTHIEU BALLET au Piano et autres folies , accordéon
SIMON MARY à la basse, contrebasse
HIBU à la batterie
ils débutent   le programme de l'Affranchi, leur nouveau cd sorti le 23 mars .

Il a un air du repenti de Renan Luce ce 1 er morceau.






Alexis HK: " Les affranchis "
envoyé par Alexis_HK_Officiel


Et puis les autres morceaux s'enchainent .
Les textes sont corrosifs, l'attitude mafieuse de Alexis faire rir le public ...
Quelques unes comme
"c que t'est belle "
ou "Chicken manager "sont succulentes. Nic et Jacques en prennent pour leur grade .



Thank you for the add est bien drôle aussi . Il s'en prend à ce haut lieu de rencontre internet, myspace où tout le monde est l'ami de tous et Tom l'ami international.
Moi qui n'arrive à rien faire de ma page myspace , je l'ai trouvé délicieuse de subtilités aussi .


Tom Anderson de myspace




Alexis HK -
Les af­fran­chis

01. Les af­fran­chis
02. Chi­cken ma­na­ger
03. La fille du fos­soyeur
04. Mau­dits an­glois
05. La mai­son
06. Zou­zou
07. C'est le prin­temps
08. Là c'est moi
09. Thanks for the add
10. La paix des étoiles
11. Les sages
12. Par­don vieux ca­ma­rade




Quelques notes de mandoline, et une ambiance à la Martin Scorsese, période Goodfellas, Les Affranchis en version française… C’est sur le thème archi rebattu de la mafia que s’ouvre donc l'album, Les Affranchis : une sorte de clin d’œil à l’ami Renan Luce (co-auteur du déjà culte Thanks for the add) et son Repenti, et surtout à Akhenaton et son classique Métèque et Mat. D’ailleurs, l’analogie avec le rappeur marseillais ne s’arrête pas là, tant le phrasé d’Alexis HK emprunte à plusieurs reprises au flow saccadé et à la verve de conteur de ce dernier.

 

Exit, donc, les accordéons et la java de Belle Ville, ce nouvel opus s’ouvre à d’autres horizons, ambiances jazzy, folk et hip hop acoustique en particulier. La réalisation dépouillée, signée du chanteur lui-même et de Matthieu Ballet (collaborateur, entre autres, de Bashung), s’avère plus soignée que jamais. Mieux mise en avant, la voix grave et syncopée d’Alexis parvient sans mal à faire swinguer la langue française, à la manière de Nougaro.

Si l’auteur de C’que t’es belle se renouvelle musicalement, ses textes creusent quant à eux, avec bonheur, le sillon de la tradition française : le bon mot comique (l’excellent La Maison Ronchonchon co-écrit par Lise Cherhal), et la satire chère à Brassens dans Les Affranchis (une histoire de mafieux transposée dans le monde de la chanson) ou Chicken Manager, fable volaillère mettant en scène deux figures politiques bien connues ; la chanson médiévale, aussi, avec un Maudits Anglois en langue d’époque, et ce Pardon, Vieux Camarade qui clôt l’album sur des applaudissements fatigués. Une réussite.

Jérôme  Pichon


 


Pour en savoir lus , allez le voir, achetez son cd
ce sera un excellent moment .

 

 



       
Chicken manager
Album: Les affranchis
Et tandis qu'il cherchait un Campanile que jamais il ne trouva

Jack le manager rencontra Nick le coq
Dans la fosse à purin d'un camping municipal à la ferme
Dans les Alpes
À le voir ainsi tremper ses petites pattes
Et son bec de volaille frénétique dans la vase
À l'affût de quelques victuailles laissées là par mégarde
Par des poules surfriquées
Jack se dit qu'il avait affaire
Au coq de combat le plus malheureux que la Terre ait jamais porté
Mais il vit en lui

{Refrain:}
Le potentiel d'un géant
Redoutable coq à la ville comme à l'écran
Hercule à bec, au bout des pattes deux énormes serres
L'expert de l'attaque dorsale de l'adversaire
Il vit en lui le potentiel d'un géant
Redoutable coq à la ville comme à l'écran
Hercule à bec, au bout des pattes deux énormes serres
L'expert de l'attaque dorsale de l'adversaire

J'aime ton style un peu pouilleux, ton regard plein d'aigreur
Si tu veux, je peux devenir ton chicken manager
C'est pas du catch, du cinoche, c'est du fight à la dure
Et la devise "Pas de pitié" ta meilleure armure
Les coups bas sont conseillés et ton honneur tu le ranges
"Tue, tue, tue !" l'obsession qui te ronge
Pas un stratagème qui dit "Aime ton ennemi"
Je veux lire de la haine dans tes yeux jaunis

{au Refrain}

{x2:}
Puissant, rapide, fluide et léger
Nick est un véritable enfoiré
Attaquer l'ennemi à terre, par derrière
Fait partie de ses coups de vice préférés

Entraîné au speed bag, à la corde à sauter
À déchiqueter des mannequins de coqs en plastique
Jack motivait Nick
Lui donnait la réplique
Lui promettait de la dope, des femmes et du fric
Son premier combat dura dix-sept secondes, il tua son adversaire
En deux coups de bec
Un coup d'ongle et puis, comme pour combler
La foule en liesse
Le dévora tout cru jusqu'au sot-l'y-laisse

{au Refrain}

S'ensuivit une success story de blockbuster
Des combats annulés tant les adversaires avaient peur
Rails de coke, pipes de crack, bimbos, Pontiac
Nick et Jack profitaient de leur vie rêvée de macs
Mais le succès n'est pas toujours l'allié des amis
Nick ne tarda pas à faire enfler ses chevilles
Il voulait prouver à son maître qu'il avait bien appris
Ses déclinaisons de félonie
Il fit semblant de croire qu'un pélican traversait les airs
Jack se retourna le regard tendu vers le ciel
Mais c'est derrière lui qu'était l'oiseau
Lui perforant les vertèbres à grands coups de bec dans le dos
Jack mourut et Nick, qui voulait l'Élysée,
Deviendra le président de tous les Français

{au Refrain}
Les affranchis
Album: Les affranchis
Wapitam pam papwé, zipam pam pam pam, pam papwé {x2}

Je porte à l'auriculaire une chevalière
Un point quatre carat, large comme ma face
On dit que je prends des airs, je fais des manières
Mais quand je donne ma main, tu l'embrasses

Quand mes fesses plissées s'enfoncent dans le cuir
Mon pouvoir est bien en place
Et je lâche pour moi-même un sourire
Aussi loin que me ramènent mes souvenirs sur Terre
J'ai toujours rêvé d'être un gangster

Un affranchi, c'est tout réfléchi
Et je remercie Martin Scorsese et Joe Pesci
Nous célébrons toute votre classe éternelle
Lors de nos joutes au petit vin blanc, sous les tonnelles

Wapitam pam papwé, zipam pam pam pam, pam papwé {x2}

Entre toutes les familles du milieu
Les règles sont strictes et chacune a son territoire de jeu
Inutile pour un chanteur aphone de Noisy-le-Sec
De vouloir faire la nique aux voix surpuissantes du Québec
Un jour, un frimeur de Passy se mit à faire du ragga dub style
Des gars de Saint-Denis sont venus chez lui et l'ont criblé de balles vocales
Inutile de jouer l'imposture
Les faux Django se prennent des cartouches
De riffs manouches
À coup sûr

Élevé au Godfather un, deux, trois
Jamais vu de vrais guns ailleurs qu'au cinéma, au casino
En costard mauve un freak dans la mafia
Philosophie de Sicile, omerta
Mes amis, mon clan, mes frères, mes good fellas
Nos guitares sont des FAMAS
Et nos basses font trembler les bougnats
Quand dans les brumes du Quartier Latin
On entend se friter les petits chanteurs du quotidien

Je porte sous mon suaire un complet gris clair
Et les fils de soie recouvrent ma carcasse
Avoir l'art et la manière de quitter la Terre
Pleuré par la mamma et touché par la grâce
Et mon âme libérée retourne dans la Lune
Les étoiles ont trop la classe
Et je restitue mon corps sans rancune
Aussi loin que me mène mon chemin dans l'univers
Transporté par des airs de gangsters
De la chanson française d'après-guerre

Wapitam pam papwé, zipam pam pam pam, pam papwé
Wapitam pam papwé, twidibiwap idiwo, na twidibiwap idiwo
Eh eh oh wé !

Partager cet article
Repost0
15 avril 2009 3 15 /04 /avril /2009 23:38

Artiste français (e) = refus d'accréditation


c'est une équation sans inconnu.

Donc ce soir pas de photo . Et puis dans l'après midi , je rencontre Julien (de la Traverse ). Nous discutons un peu et je lui raconte mon refus pour ce soir.
Il me dit , "prends ton sac, tu connais les vigiles, ils bossent ici aussi .
Du coup, je prends mon sac photo . J'arrive à 19 heures 30, avec mon billet et je fais la queue .
Contrôle ......Mais qui y a t il  donc dans votre sac ????
Ils le savent, ils m'ont bien reconnu ......mais ils ont des consignes strictes. Pas possible pour ce soir .
Le sac reste à la consigne. Tans pis .

Je suis quand même devant, sur le bord de la scène, à ma place favorite ...pour prendre des photos ..
Trente minutes de retard et Grace entre sur scène .
C'est une grande jeune femme élancée, brune, au teint mat vétue d'une longue jupe rouge , tout de rouge vétue d'ailleurs.
Le show démarre. Je connais son répertoire , mais en live , çà swingue, çà chante , çà danse .
Ses longs doigts effleurent le micro  , ses hanches se déhanchent sans arrêt , et la danse reprend .
Elle parle en anglais ou plutôt en américain , mais c'est une surprise en français aussi .Elle a passé son CM2 en France et parle parfaitement notre langue . Elle aime venir dans notre pays pour entretenir son français.
Pour le plus grand bonheur de nos oreilles . Un petit tour sur son myspace pour saisir son rythme  ...
http://www.myspace.com/graceinmusic

En attendant un petit extrait de chez Deezer .




 



Et j'ai vu et écouté cette première partie avec mon oeil formaté en 24*36. Il y avait de quoi faire de très belles images .

Maintenant, après une pause d'une vingtaine de minutes, c'est le tour d'Emily Loizeau.
Je connais vaguement ce qu'elle fait et je n'acroche pas trop .
La salle ou plutôt le chapiteau du 106 c'est rempli . Elle a son public.
A la fin des 3 premiers morceaux , j'hésite à partir . Et puis une chanson différente arrive .
Et le contact avec le public se fait. Elle a un humour un peu sarcastique. Elle a aussi une énergie terrible . Elle est accompagnée par ses musiciens, François, Mathis , Cyril à la batterie  et Olivier  au violoncelle . Une bonne équipe, un simple regard ou un petit geste et la musique redémarre , s'arrête  , reprend .
Au bout de 3 morceaux de plus, je n'ai plus envie de partir. Donc je reste et je me laisse embobiner par les textes , par la musique . Je resterai  encore . Après le 1er rappel et encore après le 2 ème rappel et le summum est maintenant .
Les amplis sont éteints, les micros debranchés .Elle s'assied devant nous, avec Olivier et Cyril et à eux 3 , ils nous chantent une drôle de chanson d'amour .....
où les concessions sont la règles  ....au cimetière ....de Jasseron.







affiche olympia

Bref, je suis contente d'y être allée, d'y être restée même sans avoir fait de photos .

http://www.myspace.com/emilyloizeau

Partager cet article
Repost0
5 avril 2009 7 05 /04 /avril /2009 12:01
Du bruit à tous les étages, ce sera le titre de l'article de Dan pour son journal....et pourtant David, l'éclairagiste allumé n'est pas là ce soir. Et les éclairages seront un peu plus subtils aussi ...Enfin....

Le papa du chanteur de Purple Haze vient me faire la bise...sous entendu , fais de belles photos pour mon fiston stp....
Le groupe entre sur scène et là, ils ont la grande forme . En guise de blues, ce sera très rock. Avec entre autre des reprises de Led Zeppelin. Une belle prestation ...Cà promet pour l'avenir .



Une pose de 20 minutes environ, j'en profite pour saluer Marius . Ce sont ses photos qui ornent les murs de la traverse pour le festival de mars. Que du noir et blanc . Bravo Marius .
Nous buvons une bière ensemble et je repars dans la salle.
Juste avant , un homme m'accoste.
Il a été renseigné par Julien. Il souhaiterai obtenir quelques unes de mes photos pour lui et un de ses amis. Nous prenons un rendez vous téléphonique pour le lendemain .

La lumière revient, le groupe prend possession de la scène et c'est reparti pour 2 heures de musique .

http://www.theblockheads.com/
http://www.myspace.com/theblockheads

Ils reviennent devant la scène avec un nouvel album.

Tracks:
  1. Roll Over
  2. Greed
  3. A Little Knowledge
  4. George The Human Pigeon
  5. No Go Central
  6. Prophet of Doom
  7. Hold Tight
  8. Life In Your Hands
  9. Dirty Money
  10. Elegant Style

The Blockheads se sont formés en Angleterre en 1978 autour de Ian Dury, musicien-poète aux textes drôles et acérés.

Dans la mouvance punk, new-wave, The Blockheads livrent une dizaine de hits comme "Hit Me With Your Rhythm Stick" ou "Sex & Drugs & Rock & Roll".

Leur musique est un mélange unique, une fusion d'influences aussi variées que le jazz, le rock, le funk, le reggae, en passant par le music-hall?Après la mort de Ian Dury en 2000, The Blockheads cessent de se produire.



 

Partager cet article
Repost0
28 mars 2009 6 28 /03 /mars /2009 11:30
Hier soir, c'était le 2 ème concert du blues de mars.
Au programme, New line up et la tribu des "Pascal". Avec
Jérôme LEMESLE (Chant & Harmonica) , Pascal HERNANDEZ(Basse & Contrebasse) et Pascal RIGAULT (Guitare) puis Pascal DELAHAYE  (batterie ).

Ils ont remporté le tremplin du blues de traverse 2008 , et comme c'est la tradition, ils redonnent un concert pendant le blues de mars.
A l'arrivée sur scène, un clin d'oeil. Ils reconnaissent les photographes qui les ont shootés au cours du tremplin, ils ont eu plein de photos " pour satisfaire leur égo..". Ils se prêtent au jeu , espérant bien avoir quelques images de ce nouveau concert. Belle prestation musicale, le public en  redemande .
Je rencontrerai l'un d'eux à la sortie et une surprise qui m'a fait très plaisir m'attend.
J'entends mon prénom, c'est un des Pascal qui m'offre le cd qui a été enregistré à la suite de leur victoire  au tremplin.
Merci les Pascal.
www.newlineup.fr

 




Ensuite ,c'est le tour de Joe Louis Walker ,bluesman américain , originaire de San Francisco.

Artiste reconnu sur la scène Blues internationale, Joe Louis Walker n'a pour autant pas encore accédé au statut de "géant", auquel il est en droit de prétendre.
Avec "Great Guitars", paru en 1997, Walker redistribue les cartes en invitant douze guitaristes parmi les grands noms du Blues contemporain, à enregistrer chacun une (ou deux) chansons avec lui. Au fil de l'album, Joe Louis Walker se trouve ainsi associé successivement à Little Charlie Baty, Clarence "Gatemouth" Brown, Steve Cropper, Otis Grand, Robert Lockwood Jr., Taj Mahal, Scotty Moore, Matt "Guitar" Murphy, Otis Rush, Ike Turner et Bonnie Raitt... en évitant soigneusement de se faire voler la vedette. En effet, il garde à tout instant un contrôle de l'enregistrement. Co-producteur, auteur et compositeur de toutes les chansons de l'album, à l'exception de "Every Girl I See" (reprise à et interprétée avec Buddy Guy), Walker ne partage le chant qu'avec Bonnie Raitt ("Low Down Dirty Blues") et figure seul au micro sur les autres titres. Par ailleurs, le rôle de certains des "guest stars" est finalement réduit à un unique solo.
Certains pourront regretter l'absence de démonstrations de guitare, de solos déchaînés et de boeufs endiablés que pourraient interpréter ensemble les différents artistes présents sur ce disque. Au final, "Great Guitars" est un album de Joe Louis Walker plutôt qu'un album à plusieurs artistes, avec pour particularité sur chaque titre, une distribution de luxe pour constituer le groupe qui l'accompagne.
Le style conducteur de l'album est un Soul Blues énergique, riche en cuivres, clairs, sonores, interprétés alternativement par les "Johnny Nocturne Horns" et les "Tower of Power Horns", également invités pour l'occasion.



Il est  accompagné de :
Linwood TAYLOR : Guitare
Henry Lee ODEN : Bassiste
Stephen ELDRIDGE : Batterie







Le public habituel de la traverse est là, avec une canette de bière à la main et les hanches qui suivent la musique.
Un autre qui est là, c'est l'éclairagiste.
Et lui, j'aimerai bien qu'il soit à notre place à nous aveugler par son éclairage arrière et laissant les musiciens dans le noir, sans éclairage d'avant  scène.
C'est une vraie galère de sortir une image potable . Bref, je craque .
Voilà, j'avais besoin de pousser un "coup de gueule ", çà ne changera surement rien, mais çà soulage.....

Partager cet article
Repost0
21 mars 2009 6 21 /03 /mars /2009 09:17

Premier concert du "blues de mars " hier soir avec en ouverture China Moses.

Fille de la chanteuse de jazz Dee Dee Bridgewater, China Moses est à la fois
animatrice sur la chaîne MTV et artiste soul.
Son nouveau disque « This one’s for Dinah » réalisé avec Raphaël Lemonnier vient
de sortir sur le label de jazz Blue Note.
China rend hommage à l’une de ses chanteuses préférées, Dinah Washington.

 

 


 



Dès l'arrivée dans la salle le décor est planté.
A l'écran tourne un film en noir et blanc sur Dinah Washington .




Deux posters, façon Andy  Warhol sont suspendus au fond de la scène .

En première partie, So leslie nous invite à redécouvrir la musique de Charlie Parker, Sonny Rollins, Clifford Brown en associant au timbre brillant des cuivres le grain hors du commun de l'orgue hammond.


http://www.myspace.com/soleslie.



20 minutes d'entracte et la vedette de la soirée ne va pas tarder.
Le spectacle commence par une longue lecture . Henry joue avec le vieux poste radio pour retrouver les morceaux de Dinah Washington . Il nous lit une histoire , celle de l'artiste fétiche de China Moses.

Les musiciens entrent sur scène, tout d'abord Anne Acéoà la batterie , puis le contrebassiste et enfin Raphael Lemonnier au piano. Daniel Hucks , au  saxo viendra plus tard .
China a parfaitement interprété cet hommage à Dinah Washington dans une atmosphère qui sent la cigarette, l'alcool et la chaleur lourde des salles de concert des années 50.



http://www.myspace.com/chinamoses



les photos de tout le concert seront sur le site
http://eveball.free.fr
bientôt...




 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
19 mars 2009 4 19 /03 /mars /2009 12:00

Mardi après midi, un coup d'oeil sur mon agenda et je vois  Karpatt au trianon ce soir.
Tiens, je n'ai pas de nouvelles de mon accréditation...Bizarre...
Je contacte le trianon.
 C'est normal, j'ai oublié de faire ma demande , donc je n'ai pas de réponse.
Le groupe va arriver en fin d'après midi, et rapidement mon oubli sera corrigé.

Donc j'arrive pour 20 heures 30.
Et là , encore une surprise.
Le décor a changé . Le bar est arrivé dans la fosse .Il y a plein de petites tables et chaises de jardin, façon cabaret.
Au bar, boissons habituelles et surtout la bière et quelques friandises à grignoter sont en vente . Je fais quelques photos du nouveau décor.
Le concert démarre.

Le groupe est composé par Fred (Frédéric Rollat) à la compo, à la guitare et au chant, Hervé à la contrebasse et à la chemise à fleurs, pour finir Gaëtan à la guitare et au chapeau. Pascal , le batteur vient de rejoindre les autres . Ils parcourt les routes avec leur nouvel album, "Montreuil ".

 Une musique festive, deux guitares et une contrebasse redécorée , des textes engagés et bien écrits et puis un capital bonne humeur et sympathie très communicatif.



http://www.myspace.com/karpatt




 




les photos du concert sont en ligne sur le site de eveball
Partager cet article
Repost0
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 13:34
1 ère soirée de la St Patrick pour moi.
3 groupes, Foumagnac, Keltan et Startijenn animeront cette soirée celtique .
La salle est aménagée pour que les fans puissent danser toute la durée des concerts.
Dès notre arrivée, la musique va bon train.

C'est Foumagnac qui démarre avec 3 musiciens.

« Du rythme, de la gaieté, un zeste de rock, un zeste de folklore, un peu de musique tzigane, voilà Foumagnac...Les Foumagnac ne s’interdisent rien, ou presque, à part peut-être la musique contemporaine. Leur tasse de thé reste festive et populaire.Il y a du Pogues dans ce répertoire emprunt d’accents voyageurs, de folklore celte ou tzigane, parfumé d’un zeste de ska-rock pour secouer le bouzin. Voilà comment les Rouennais mettent le feu aux planches. »[

http://foumagnac.free.fr/



Originaire de Belle Ile , Keltan est un groupe de 6 musiciens.
Alexandre Sallet : Chant, accordéon diatonique, flûte irlandaise et hautbois
Aurélien Daniélo : Chant, guitare acoustique, harmonica et oud
Nolwenn Verrière : Violon, violon électrique et chant
Arnaud Grosset : Claviers et guitare électrique
Jean-François Capela : Batterie et percussions
Lionel Neyssensas : Guitare basse et contrebasse

http://fr.myspace.com/keltangroup



Phénomène désormais incontournable de la scène bretonne, Startijenn s'affirme comme une référence. Depuis leur premier album sorti en 2006, ils n'ont cessé d'écumer les scènes aussi bien en Bretagne qu'à l'étranger. Témoignant de leur vitalité et créativité ils sortent en 2008 un deuxième album : « Pakit Holl ! ». Avec un son rock, un sens de la mélodie et de la composition qui leur est propre, la musique de Startijenn interpelle. Ces cinq jeunes musiciens ont de l'énergie à revendre ! Symbole d'une jeunesse fière de sa culture et vivant avec son temps, Startijenn n'a pas fini de se faire remarquer.

Konogan an Habask  : Biniou, uillean pipes

Tangi le Gall-Carré : Accordéon diatonique

Tangi Oillo : Guitare

Kaou Gwenn : Percussions

Youn Roue : Bombarde

 

http://startijenn.online.fr/
http://www.myspace.com/startijenn



Partager cet article
Repost0
17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 14:12
le 14 mars , le père de Joséphine est parti rejoindre d'autres poètes , auteurs, compositeurs  interprètes.
Presque un an après la sortie de "bleu pétrole ", une tournée dans toute la France et une dernière consécration aux victoires de la musique, il a tiré sa révérence pour toujours .



Je ne l'ai vu qu'une fois sur scène, aux concerts de l'Armada de Rouen en 2008. Il était la tête d'affiche du festival .
Adieu Alain.



Partager cet article
Repost0
17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 00:00

 La tournée de Tina Turner, 69 ans, a débuté en octobre aux Etats-Unis et est arrivée en Europe au début de l'année. Après Paris, elle se poursuivra aux Pays-Bas, au Royaume-Uni, en Norvège, en Suède, en Finlande et en Belgique.

9 ans après son dernier concert en France, Tina Turner est descendue de sa colonne sur la scène de Bercy pour sa première date parisienne .


Chevelure de tigresse, costumes à  paillettes , talon aiguille, elle n’a rien perdu de sa fougue.

Elle débute son show par  « River Deep Mountain High »

 

Tous les tubes , estampillés années 80, qui ont fait la gloire  de  Tina : « Private Dancer », « Typical Male », « What’s Love Got Do Do With It », ou « The Best ».


Elle chantera, dancera tout .

La public reçoit et donne .

Ninjas, danceuses, guerrier de Mad Max seront là .

 Alors oui, on se suprenait à sourire, voire à rire, parfois, pendant ce show kitsch à souhait. Mais avec une vraie sympathie pour cette star septuagénaire, très en voix notamment, quand elle reprenait en version jazzy le « Help » des Beatles. Un tempérament de feu, cette Tina Turner, sourire jusqu’aux oreilles, visiblement ravie d’être là et de défendre un show aux grosses ficelles, qu’elle tenait en parfaite maîtresse femme.
 

      Tina Turner le 16 mars 2009 à Bercy ...
Partager cet article
Repost0
13 mars 2009 5 13 /03 /mars /2009 11:00
Le New Morning, tout le monde connaît ce nom. C'est une "vieille " salle parisienne, dans un quartier peut être un peu chaud de la capitale, près de Chateau  d'eau et de Strasbourg St Denis.
J'arrive dans la rue, je passe le numéro sans rien voir. Et puis, une affiche de concert sur le mur attire mon oeil.

Concert Kristin Asbjornsen C'est ici, sous l'échafaudage.
Je suis arrivée un peu en avance.
Plusieurs personnes entrent, j'emboîte le pas. Une jeune femme s'approche de moi, elle va me sortir.....
Et bien non, elle veut juste savoir ce qui m'a conduit ici.  Nous discutons 5 minutes et je reste dans la salle.
Les murs sont couverts de grands panneaux photographiques .



Des musiciens , bien sûr . Photos de Philippe Levy Stab

http://www.philippelevystab.com/


Je fais le tour , et bien sûr, j'entend ce qui ce passe .
Notre groupe de ce soir est aux balances . La chanteuse , Khristin a un charme fou, un immense sourire qui éclaire son visage, encadré d'une chevelure rousse et frisée . Je m'assied à une table après avoir choisi un angle de prise de vue qui me plaise.
J'écoute , je regarde , je vise, j'écoute , je regarde....Les photos se mettent en place dans ma tête, je repère les mimiques, la répétition des mouvements .
Les balances sont finies, ils quittent la scène . Moi, je reste ici.
Une bonne demie heure passe et le public arrive doucement. La salle se remplit . Je suis seule à une table de 4 et bientôt, je vais avoir de la compagnie. Nicole et sa fille s'installe avec moi, et nous entreprenons une conversation. Nicole me raccompagnera même à destination après le concert.
La lumière baisse et la musique recommence.
Khristin se présente dans une jolie robe longue, noire, toujours avec son grand sourire .
Bien entourée, de Rune Arnesen aux percussions, Jostein Ansnes à la guitare lap steel et Olav Torget au konting, elle présentera  l´intégralité de son premier album solo «Wayfaring Stranger».
Un grand plaisir pour les yeux, un régal pour les oreilles.
Encore une belle découverte pour moi, une soirée sympa .


Kristin Asbjornsen est une chanteuse soul jazz de la nouvelles scène norvégienne,
elle chante en anglais avec une voix veloutée aux
 distorsions organiques sur son répertoire actuel Gospel jazzy.
Son dernier album "Wayfaring stranger" est inspiré par les
classiques afro-américains. Kristin allie l'élégance scandinave
et l'émotion du negro spiritual. Une présence scénique envoûtante
à découvrir absolument!



http://www.myspace.com/kristinasbjornsen



 




 
 




 

Partager cet article
Repost0