Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 17:56

Clarksdale, siège du comté de Coahoma (Mississippi), fut fondée par John Clark en 1848. Clarksdale a été une véritable pépinière de musiciens ; c'est en effet la ville natale de Nate Dogg, Junior Parker, Bukka White, Son House, John Lee Hooker, Earl Hooker, Jackie Brenston, Ike Turner, Eddie Boyd, Sam Cooke, Willie Brown et Johnny B. Moore. Muddy Waters a vécu à Clarksdale jusqu'en 1943. Parmi les musiciens les plus actifs sur Clarksdale, il y a eu : Charley Patton, Big Jack Johnson, John Weston, Sam Carr, James Johnson, Robert Walker. La légende raconte que c'est là que Robert Johnson aurait vendu son âme au diable. La ville est considérée comme une des villes clé du Delta Blues. On y trouve le Delta Blues Museum. C’est aussi à Clarksdale qu’apparaissent les premiers « markers » de la « Blues Trail ». Il nous faudra deux bonnes heures de route depuis Memphis sur la HWG61. C’est la route qui traversait les champs de coton. En cours de trajet ,quelques arrêts. Un premier d’abord pour visiter la tombe de Memphis Minnie, chanteuse et guitariste de blues. Mariée avec Jo Mac Coyle, ils formeront un duo de guitaristes . Ils font ensemble leur premier enregistrement en 1929, et, fort du succès de leurs premiers disques, partent à Chicago en 1931. Le style qu'impose le duo préfigure le Chicago Blues. Ils divorcent en 1934, et Memphis Minnie s'affirme seule, accompagnée par un pianiste et un contrebassiste. En 1938, un second guitariste, Ernest Lawlars, est son concubin. Ernest Lawlars et Minnie enregistrent désormais ensemble, jusqu’à la fin de leur carrière. Leur influence se fait sentir sur de nombreux artistes du Chicago Blues comme Muddy Waters, Homesick James, ou Jimmy Rogers. Elle décèdera en 1973, laissant une œuvre majeure et des compositions classiques comme « When the Levee Breaks », « Bumble Bee Blues », « Me and My Chauffeur Blues », « If You See My Rooster » ou « Black Cat Blues »

La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - ClarksdaleLa route du blues - de Chicago à New Orleans - ClarksdaleLa route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale

Un peu plus loin, ce sera le « marker » de « Son House » à Clark. Eddie James House, Jr. plus connu sous le nom de Son House, est un chanteur et guitariste de blues. Il est l'un des pionniers du blues du Delta du Mississippi. Il joua au côté de Charley Patton, Willie Brown, Robert Johnson, "Fiddlin'" Joe Martin, et Leroy Williams, vers Robinsonville (Mississippi) puis à Memphis (Tennessee) jusqu’en 1942. La musique de Son House, est une musique de danse, faite pour être entendue dans l'atmosphère bruyante des « barrelhouse ». Son House a eu une grande influence non seulement sur Muddy Waters mais aussi sur Robert Johnson, qui a repris certains de ses morceaux. C'est Son House qui, par ses récits à de jeunes fans de blues ébahis des années 1960, répandit la légende selon laquelle Robert Johnson aurait vendu son âme au diable en échange de sa virtuosité musicale. Il est aussi connu pour avoir « récupérer » la musique traditionnelle noire, pour avoir créer des festivals en autre en Europe. Buddy Guy, Johnny Winter ont débuté leur première tournée en Europe grâce à lui. Nous continuerons jusqu’au «marker» suivant. Harold Hard Face Clanton. C’est une légende, pour le blues et aussi le jeu, à travers les Etats-Unis. Appelés le « shérif noir », il était propriétaire de nombreux bars et cafés (Harold Café , "La Grange des« quatre miles ….) dans lesquels il faisait jouer les musiciens noirs. Il fut le premier millionnaire noir. on

La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - ClarksdaleLa route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - ClarksdaleLa route du blues - de Chicago à New Orleans - ClarksdaleLa route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale

Notre périple sur cette ancienne portion de la route 61 est terminé. On se retrouve au carrefour des routes 61 et 49. Trois guitares surmontant l’indication The Crossroad marquent cependant l’endroit .lieu qui a inspiré une chanson « Crossroad ». Notre arrivée en début d’après midi nous laissera du temps pour visiter la ville. C’est une petite ville d'environ 20 000 habitants, traversée par la rivière Sunflower, et coupée en deux par une voie de chemin de fer. D'un côté, on trouve un quartier essentiellement à population blanche, et de l'autre, un quartier noir (où se trouvent les principaux juke-joints de la ville). Les « juke point » sont d’anciens « bistrots » illégaux où se retrouvaient les musiciens noirs pour jouer. Un des vestiges est le « Po Monkey ». En 1946, l’invention de la première machine à cueillir le coton, non loin de la plantation Hopson, transfigura le secteur. En même temps qu’elle assurait une meilleure productivité et des revenus plus élevés, elle mit au chômage beaucoup de travailleurs agricoles. Ceux-ci, privés de perspectives économiques et face aux tensions raciales grandissantes, émigrèrent massivement vers les villes du nord. Aujourd’hui, un climat très particulier se dégage de la ville partiellement désertée et qui vit en grande partie sur l’héritage du blues. Le Delta Blues Museum est d’ailleurs l’une de ses principaux points d’intérêt. Chaque année, Clarksdale accueille le Juke Joint Festival (avril) et le Sinflower River Blues & Gospel festival (août). En errant dans les rues de la petite ville, on passe devant l’hôtel Riverside. C’est un ancien hôpital. C’est ici que Bessie Smith est décédée , des suites d’un accident de voiture. Un peu plus loin, dans un carrefour, une institution musicale :le Red’s. A notre arrivée le patron est juste en train d’ouvrir les portes pour préparer la soirée. Petite salle avec seulement 3 tables et de nombreuses chaises, l’ambiance est très rouge. Nous y reviendrons deux soirs pour des concerts avec Leo Welch et une jam le samedi soir, animée également par Anthony "Big A" Sherrod & Allstars . Ambiance assurée.

La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - ClarksdaleLa route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - ClarksdaleLa route du blues - de Chicago à New Orleans - ClarksdaleLa route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - ClarksdaleLa route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - ClarksdaleLa route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - ClarksdaleLa route du blues - de Chicago à New Orleans - ClarksdaleLa route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale

En attendant les soirées musicales, quelques rendez vous sont prévus en journée. Tout d'abords, une plantation un peu particulière, celle de la grand mère de Muddy Waters. Il y est arrivé à l'age de 3 ans après le décès de sa mère et y travailla durant 30 ans. Sa "cabin" et juke point était un lieu de rendez vous pour jouer, boire le wiskey de sa production. Très tôt, il joue de l’harmonica puis 4 ans plus tard passe à la guitare. Il est alors très influencé par Robert Johnson et Son House, qu'il ne manque pas d'aller voir à chacun de ses passages dans la région. C'est en été 1941 ou d'Alan Lomax offre à Muddy l'opportunité d'enregistrer deux titres « I'll be troubled » et « Country blues » pour le compte de la Library of Congress En 1943, il quitte le sud pour Chicago et passe à la guitare électrique, il joue alors avec Blue Smitty et celui qui l'accompagnera longtemps, Jimmy Rogers guitariste et harmoniciste. Big Bill Bronzy lui permettra de rencontrer Sonny Boy Williamson et Tampa Red.Il enregistre sous le label des frères "Chess" en 1948, les Sessions avec Sunnyland Slim ne connaitront pas le succès escompté. Mais ce n’est qu’avec le titre "I Can't Be Satisfied/I Feel Like Going Home" que Muddy trouvera son public. Il recrutera pour l’accompagner de nombreux sidemen de grand talent au rang desquels on comptera parmi les plus grands noms du Blues à savoir : Otis Spann ou Pinetop Perkins au piano. Little Walter, devenu une star très rapidement, Big Walter Horton, James Cotton ou Junior Wells officieront à l’harmonica. Outre Muddy qui joue slide sur sa Fender Télécaster et son compagnon de route Jimmy Rogers à la guitare, il engagera également Buddy Guy ou l’excellent Luther Johnson. En fait Muddy Waters servira de révélateur de talent dans le blues. Willie Dixon devenu contrebassiste qui travaillant pour Chess deviendra l’un des plus grand paroliers du Blues et composera pour Muddy waters bon nombre de ces succès dont notamment : I’m ready, I Just Want to Make Love to You, The Same Thing et bien sûr le très célèbre Hoochie Coochie Man. Muddy aidera bien des années plus tard le jeune Chuck Berry à enregistrer sur le label Chess. Dans les années 1960, il traverse l'Atlantique et donne des concerts en Angleterre. Son jeu fait mouche et inspire une série de jeunes talents dont Led Zeppelin ou les Rolling Stones..

La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale

L'exploitation, les vieilles granges existent toujours. Il est tard, le soleil s'est couché sur les pieds de coton. Il est temps de rentrer pour une nouvelle découverte.

Ce soir, rendez vous est pris au "Ground Zero" . Diner bien entendu mais aussi de la musique avec Stacy Mitchhart (www.stacymitchhart.com ) et son nouvel et 12 ème album "Live my life".

La route du blues - de Chicago à New Orleans - ClarksdaleLa route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - ClarksdaleLa route du blues - de Chicago à New Orleans - ClarksdaleLa route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - ClarksdaleLa route du blues - de Chicago à New Orleans - ClarksdaleLa route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - ClarksdaleLa route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale

Pour le lendemain, à cette période, le "King Biscuit Festival" bat son plein en Arkansas, à Helena juste à quelques kilomètres de Clarksdale . La visite se fera tranquillement, au gré des groupes qui animent la petite ville. Certains d'entre eux vont nous arrêter pas mal de temps par leur jeu accrocheur.

La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale

Le lendemain, c'est un changement de style. Nous sommes dimanche et le dimanche c'est la messe. Et avec la messe, il y a les chants gospel. Le Révérent Mathew H Terrel officie ici depuis 4 ans et aujourd'hui, c'est l'anniversaire de cette venue. Il nous recevra et invitera à partager ce moment de joie avec lui et ses adeptes. Kathy Boyé partagera leurs chants.

La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale

L'après midi, c'est encore un lieu culte de Clarksdale qui nous attend,la plantation Hopson. C'est un lieu historique et en particulier celle de Joe Willie Pinetop Perkins. Il fut conducteur de tracteur mais aussi pianiste. Il a commencé à jouer du blues dans les années 1920 dans les juke joints. Mais avant le piano, il y a eu la guitare qu'il a du abandonner suite à une blessure. Dans les années 1940 Perkins a joué du piano sur les émissions de radio avec Nighthawk et avec Sonny Boy Williamson sur KFFA à Helena. A Clarksdale plus tard, il a encadré un jeune Ike Turner au piano et a commencé à travailler avec le guitariste Earl Hooker. Il a passé une grande partie de sa carrière en accompagnant des icônes telles que Sonny Boy Williamson et Muddy Waters,de 1969 à 1980 . Après il a commencé à tourner et enregistrer en tant que chanteur vedette et soliste dans les années 1980. Perkins n'a pas eu un album sous son propre nom aux Etats-Unis jusqu'à l'âge de 75 ans, mais au cours des deux dernières décennies, il a enregistré plus de quinze albums . http://www.pinetopperkins.com/ Aujourd'hui, les shacks sont réhabilités en "lodge".Les musiciens de blues qui jouent à "Hopson Plantation" aiment y résider. Nous y retrouverons Terry Bean Harmonica . Il reconnaîtra certains d'entre nous présents à Cahors. Il s'associera à Arnaud Fradin pour quelques morceaux harmonica et guitare. Kathy Boyé viendra les rejoindre pour un dernier morceau. Terry reprendra son harmonica en solo.

La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale

La musique bat son plein. Derrière la porte, le rythme est endiablé. C'est Bob Stroger et son groupe (Jimmie Mayes, John del Toro Richard Son et Gravie Cunnan,Tom Holland ) qui font danser le public.

La route du blues - de Chicago à New Orleans - ClarksdaleLa route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - ClarksdaleLa route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - ClarksdaleLa route du blues - de Chicago à New Orleans - ClarksdaleLa route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - ClarksdaleLa route du blues - de Chicago à New Orleans - ClarksdaleLa route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale

Suivra Super Chikan & the Fighting Cooks.

La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale

Puis entre deux, il y en a encore Je retrouve Arnaud par hasard qui a rejoint un groupe . Et pour bien finir la soirée, nous sommes de retour au Red's avec Anthony "Big A" Sherrod et les musiciens de la jam.

La route du blues - de Chicago à New Orleans - ClarksdaleLa route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - ClarksdaleLa route du blues - de Chicago à New Orleans - ClarksdaleLa route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - ClarksdaleLa route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
La route du blues - de Chicago à New Orleans - ClarksdaleLa route du blues - de Chicago à New Orleans - Clarksdale
Partager cet article
Repost0
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 20:54

MEMPHIS

Située à l’extrême sud-ouest de l’Etat, aux frontières de l’Arkansas et du Mississippi,

Memphis est la plus grande ville et la deuxième aire urbaine du Tennessee.

Une ville bourdonnante d’histoires.

Memphis est le point de départ du Mississippi Blues Trail.

Arrivés en fin d’après midi, juste à temps pour un évènement .Il faut être les rois du marketting pour provoquer la venue de plusieurs cars de touristes. Nous allons donc tout de suite au « Peabody ». Bati en 1869 puis reconstruit en 1925 sur le site actuel

,cet hôtel était autrefois maison d’enregistrement où ont enregistré de très nombreux artistes. Ils pouvaient même dormir sur place. Tout le quartier s’appelle « Peabody ».

Maintenant, tous les jours à 9 et 17 heures, c’est un rendez vous spécial pour l’ »attraction », la traversée du couloir par les quatre canards. Incroyable, des centaines de personnes attendent les oiseaux qui arrivent ou repartent sur un tapis rouge entre l’ascenseur et la fontaine .Les canards défunts ont même leurs empreintes à leur noms , sculpté dans le bitume de la Peabody Street .

Les boutiques de luxe avec entre autres Lansky’s qui fabriquait les chemises d’Elvis font le plein.

Un peu plus loin, c’est le royaume du blues.

Beale Street est bien entendu la première destination nocturne de la ville.

Avec ses néons scintillants, sa faune bigarrée, la musique et les accents de blues ou de rock s’échappant par la moindre porte de bar, il règne dans cette petite rue une ambiance festive que l’on ne trouve pas ailleurs.

C’est au BB King’club, ouvert en 1991 que nous passerons la première soirée .

Nous avons une salle qui surplombe la scène . Au programme, les King Beez qui jouent avec leur chanteuse dont la puissance de la voix fait trembler les murs. Leur répertoire est fait de classique du blues, il n’ont pas interprété de compositions personnelles .Kathy Boyé , qui fait partie du voyage est allée les rejoindre pour un morceau.

La soirée se terminera dans les rues de Beale Street, au son des musique des bars et de la rue, éclairé par les enseignes lumineuses .

La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis

Memphis c’est aussi la ville qui fait rêver les fans d’Elvis. C’est en effet ici que le King a fait ses premiers pas musicaux, qu’il a fait construire Graceland où il repose aujourd’hui, et qu’il a enregistré ses premiers tubes. Graceland, c’est la demeure qu’Elvis a acquis à 22 ans, au faîte de sa gloire. Il y a séjourné jusqu’à sa mort avec ses parents et sa grand mère . C’est ici aussi que le blues, « inventé » par W.C. Handy en 1908, a trouvé une ancre dans l’animation de Beale Street, que la soul s’est incarnée dans les studios Stax et que musiques blanches et musiques noires ont donné naissance au rock. Nous ne raterons pas cette visite grandiose de Graceland , de sa collection de costumes de scène , ses récompenses, ses disques d'or ,de la salle des trophées ,de ses jardins , des voitures dont la célèbre Cadillac Fleetwood rose bonbon ainsi que ses deux avions privés nommés Lisa Marie (un Convair 880) et Hound Dog II (un Lockheed JetStar).La maison musée est aussi un mausolée. C’est ici que repose Elvis, entouré de sa mère, grand-mère .

La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis

La soirée se terminera au Charles Vergos' Rendez vous où sont cuisinés les meilleurs ribs de Memphis.

La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - MemphisLa route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis

Mais ce n’est pas fini. Memphis n’est pas qu’Elvis. Après un petit déjeuner à l’Arcade » , lieu prisé d’Elvis, nous avons un rendez vous avec Jay Sieleman, directeur de la Blues Fondation pour une photo de famille devant le « marker »de la « Blues Fondation ». Il était présent à Cahors pour l’inauguration du nouveau « marker » hors USA.

La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - MemphisLa route du blues - de Chicago à New Orleans - MemphisLa route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - MemphisLa route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis

Pour sortir de la musique, ou plutôt mieux comprendre son évolution, nous irons à « Lorraine Hotel »

C’est dans ce motel rétro qui acceptait indistinctement Blancs et Noirs, que Martin Luther King avait décidé de séjourner pour soutenir la protestation des éboueurs de la ville. Il y fut assassiné le 4 avril 1968 sur le perron de la chambre 306 située à l’étage. La veille de son assassinat, MLK, conscient des menaces qui pesaient sur lui, avait prononcé son discours resté fameux, le Mountaintop Speech. Il y prévoyait sa fin prochaine. C’est un lieu de pèlerinage et de mémoire incontournable. Rien n’a bougé depuis le jour du meurtre, ni l’ameublement de la chambre ni les deux Cadillac stationnées sous le balcon. C’est aussi devenu un musée situé dans le prolongement du Lorraine Motel. Ce lieu est devenu le bâtiment principal de l’exposition. Au troisième étage, le musée retrace la vie de Martin Luther King et l’enquête qui a suivi le meurtre, en avançant la théorie du complot. En effet, pour beaucoup, les zones d’ombres qui entourent l’assassinat du pasteur par James Earl Ray ne sont toujours pas élucidées. Le second étage est consacré à l’évolution des droits civiques aux USA. Il abrite également un mur de photos des personnes auxquelles un Freedom Award (un prix créé en 1991 par le musée et attribué chaque année) a été décerné pour leurs actions en faveur des droits civiques et des droits de l’Homme. On y reconnaît entre autres Bernard Kouchner, B.B. King, Colin Powell, Jimmy Carter, Al Gore, Leich Walesa, Bono (du groupe U2), Bill Clinton ou encore Yitzhak Rabin.

La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - MemphisLa route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis

Ensuite, nous irons dans la « ville » de la soul, chez STAX. Une visite complète des anciens studios où ont été enregistré les plus grands de la soul dans les 1960 et 1970 et jusqu’à sa fermeture en 1975. Otis Redding, Isaac Hayes, Al Green ,Ray Charles, Rufus Thomas, The Templation, The Staple Singers, Carla Thomas ou encore Ike et Tina Turner sont passés par là. Ce musée retrace les origines de la soul, dans le gospel, la country et les spirituals pour expliquer l’alchimie incroyable que fut ce courant musical. Attenant au musée, le Satellite Record Shop était une sorte de centre communautaire où se retrouvaient les voisins du quartier pour écouter les nouveaux enregistrements avant leur sortie sur les ondes.

La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - MemphisLa route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis

Nous enchainerons avec Sun Studio A 18 ans, Elvis Aaron Presley pousse la porte du 706 Union Avenue. C’est un studio d’enregistrement qu’a monté Sam Phillips au tout début des années 1950. Ingénieur du son désargenté mais fan de blues, il enregistre les grands de Beale Street comme Howlin’ Wolf, B.B. King ou Ike Turner. Jusqu’à ce fameux jour de 1953 qui change la vie du studio et du jeune Elvis. Sam Phillips n’est pas là pour le recevoir mais quand son assistante lui demande : « How do you sound ? », le futur King lui répond : « Ma’am, I don’t sound like nobody ». Il enregistrera That’s All Right Mama dans ce studio, son premier tube qui le propulse au rang de star. Le nez de Sam Phillips lui fera découvrir d’autres stars du moment dont Carl Perkins (Blue Suede Shoes), Jerry Lee Lewis (Great Balls of Fire) et Johnny Cash (Walk the Line). Rien n’a changé ou presque depuis les années 1950 et vous ressentirez l’atmosphère de l’époque dans le petit café qui fait office d’accueil et de gift shop aujourd’hui. Et comme il n’y a pas de blues sans guitare, c’est chez Gibson que se terminera l’après midi. L’usine du légendaire fabricant de guitares est ouverte au public pendant les heures de travail du personnel . On y découvre le processus de transformation d’un simple bout de bois en instrument mythique. Il est même possible de s’essayer à la guitare dans la salle d’exposition vente

La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - MemphisLa route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - MemphisLa route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - MemphisLa route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis

Un autre grand rendez vous nous attend pour la soirée. Arnaud Fradin, chanteur et guitariste arrive ce soir à Memphis pour un bout de voyage avec nous. Nous rencontrerons Toni Green avec qui il vient d’enregistrer un album qui sera dans les bacs le 4 novembre. La soirée initialement prévue est annulée suite à des événements personnels. Mais c’est compter sans notre bande de joyeux lurons. Miss Nikki viendra nous rejoindre et elle a bien l’intention de faire la fête toute la nuit. Notre petit groupe de musiciens partira à la recherche d’une scène pour jouer quelques morceaux. Finalement après deux heures de « jouera, jouera pas », ils reviennent nous chercher. Le King Palace les accueille. Ils rejoindront « Fuzzy Jeffries & the King of Memphis » et « The marquee of Soul » pour une bonne partie de la nuit . Kathy Boyé partagera un morceau avec ce petit monde . Encore un bon moment et des souvenirs inoubliables de bonne humeur et de partage .

La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - Memphis
Partager cet article
Repost0
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 20:45

Chicago, c’est fini.

Route vers Memphis en empruntant la route 66, qui débute à Chicago.

Les voitures se suivent, se perdent, se retrouvent .Les déviations et travaux nous feront changer de tracé à plusieurs reprises.

Mais les étapes ne manquent pas pour se retrouver.

Memphis via plein de petits villages où l’on peut encore visiter quelques « monuments » de la route 66 à la belle époque.

Berwyn

Joliet avec la station de remorquage de Dick’s

Elwood ,Dwight et leurs anciennes stations service

Willington et son premier géant , le Gemini . Le Muffler Man Gemini Giant du Launching Pad Restaurant de Wilmington est un vrai symbole de la 66. Cet astronaute géant entièrement vêtu de vert signale aux abords de la route le restaurant toujours en service qui le jouxte.

Pontiac .Ville un peu plus grande, elle a son musée sur la route 66.

La ville a de beaux et anciens bâtiments. De grandes fresques murales peintes sont à decouvrir à travers les rues.Pontiac y a aussi un musée avec des voitures rutilantes.

Funks Grove réputé pour son sirop d’érable.

Atlanta et le géant au hot dog. Le Muffler-man Tall Paul est sans doute le personnage géant le plus emblématique de la 66 avec son hot-dog gigantesque entre les mains.

Lincoln, lieu d’étape .

C’est la ville de Lincoln, Abraham Lincoln. 16 ème président des Etats-Unis. Un petit tour de visite assez rapide et retrouvailles au Mill, le moulin.C’est un restaurant qui a ouvert en 1929 sous le nom de « Blue Mill ». Il est en restauration depuis 2006.

Une nuit de repos et c’est de nouveau reparti.

Springfield où se trouve la tombe de Lincoln,

Jérome et le géant Lanherbach,

Irwins Park où il est possible de rouler sur une partie en brique rouge de la route 66, entourée de champs de maïs. Il est rare que la Route 66 ait conservé son revêtement d'origine. Ici, il s'orne de larges briques rouge vif sur un long tronçon entre Auburn et Farmersville. Cette route étonnante et sur laquelle il est recommandé de conduire avec prudence est encore utilisée par les quelques habitants du coin.

Virden, le petit village du passé et ses silos à grains.

Girard, Nilwood, Donaldson,

Carlinville et sa magnifique place d’époque, récemment restaurée,

Chain of Rocks et son impressionnant pont métallique, construit en 1929.

Il traverse le Mississipi mais il est maintenant fermé à la circulation. Il permet de relier le Mississipi et le Missouri.

Il est déjà tard , il fait nuit et au loin nous apercevons l’arche de Saint Louis où nous stopperons pour la nuit .

C’est reparti pour le nouveau jour de descente vers le sud.

Une pause à Chester, le village où sont nés Popeye et Olive .Il reste encore un pont couvert, comme celui du film « la route de Madisson ».C’est l’un des derniers ponts en état des USA.

La route 66 est assez peu intéressante sur cette partie, ce sera donc la I55 qui nous fera arriver plus à Memphis.

La route du blues - de Chicago à New Orleans - de Chicago à Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - de Chicago à Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - de Chicago à Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - de Chicago à Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - de Chicago à Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - de Chicago à Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - de Chicago à Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - de Chicago à Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - de Chicago à Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - de Chicago à Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - de Chicago à Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - de Chicago à Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - de Chicago à Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - de Chicago à Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - de Chicago à Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - de Chicago à Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - de Chicago à Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - de Chicago à Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - de Chicago à Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - de Chicago à Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - de Chicago à Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - de Chicago à Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - de Chicago à Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - de Chicago à Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - de Chicago à Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - de Chicago à Memphis
La route du blues - de Chicago à New Orleans - de Chicago à Memphis
Partager cet article
Repost0
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 17:52

CHICAGO

Troisième grande ville des USA, elle se situe au NE de l’état de l’Illinois , au bord du lac Michigan.

Ville associée à la révolution industrielle, aux grandes migrations, aux émeutes raciales et à la prohibition, Chicago est aussi une ville où le blues de la rue est rentré dans les clubs.

La musique du Delta, des noirs des plantations juste affranchis, avec juste une guitare sèche et un harmonica s’est enrichie de guitare électrique, piano, batterie , guitare basse , voire cuivre.

De nombreux artistes ont joué et enregistré là bas.

La route du blues - de Chicago à New Orleans
La route du blues - de Chicago à New Orleans La route du blues - de Chicago à New Orleans
La route du blues - de Chicago à New Orleans La route du blues - de Chicago à New Orleans
La route du blues - de Chicago à New Orleans La route du blues - de Chicago à New Orleans

le Chess Records

A l’époque de Phil et Léonard Chess, ce fut un des plus grand label du blues de Chicago.

De nombreux artistes comme Muddy Waters, Chuck Berry, John Lee Hocker, Albert King, Buddy Guy, Koko Taylors ,Bo Diddley, Willie Dixon , Billy "The Kid" Emerson ,Etta James, Johnnie Johnson , Laura Lee ,Jimmy Rogers ,Otis Rush ont enregistré chez Chess Records.

Maintenant, c’est un petit musée géré par Willie Dixon. La visite commence par le « store » et très vite, on retrouve une grande salle où sont exposés les visages des bluesmen sculptés par Sharon Mc Connell-Dikerson.

Un étage au dessus , c’est une série de photos en NB des artistes de l’époque, et également un film ,ainsi qu’un enregistrement des début des Rolling Stones, jouant avec Muddy Water et Buddy Guy. L’escalier , réservé aux noirs est encore en place. Maintenant, tout le monde utilise le même, la ségrégation est sensée ne plus exister.

La route du blues - de Chicago à New Orleans
La route du blues - de Chicago à New Orleans La route du blues - de Chicago à New Orleans La route du blues - de Chicago à New Orleans

Après une visite rapide de la ville de Chicago, nous avons rendez vous au

Kingston Mines pour la soirée. C’est un des nombreux clubs avec concert

dinatoire. Ce soir, ce sera une première partie avec Joanna Connors au chant et à la guitare acoustique tout d’abord en duo avec bassiste, Ils changeront de salle au bout d’environ une heure pour rejoindre un groupe plus étoffé avec piano….

La vedette de la soirée est Eddie Shaw et son groupe les « Wolf Band ». Ils démarreront à partir de 22 h.

La fatigue du voyage et le décalage horaire l’emporteront .Une nuit de repos devient obligatoire.

Au matin, après un petit déjeuner copieux, la journée est consacrée à la visite dans Oak Park de la maison de l’architecte Frank Lyod et celle de l’écrivain Ernest Hemingway.

Le rendez vous du soir est fixé pour le « Buddy ‘s Guy Legend ».

Avec son immense bar restaurant, salle de billard, c’est un des plus grand club de Chicago. Il peut accueillir environ 450 personnes . Décoré comme un « Hard Rock Café » on y voit les guitares des plus célèbres bluesmen du pays, celle de Buddy Guy bien sur mais aussi la Fender stratocaster de Stevie Ray Vaughan.

Au programme de la soirée ; Billy Branch et son harmonica avec les « Son of Blues ».

Mose Rutues JR à la batterie, Nick Charles à la basse, Marvin Little à la basse également, Sumiti Arigose au piano,Dan Carilli à la guitare.

Il invitera Mary Lane qui vient juste d’enregistrer un nouvel Album..

Billy Branch a enregistré plus de 150 albums, seul ou avec Willie Dixon,Johnny Winter,Koko Taylors, Eddie Clearwater, Lurrie Bell et bien d’autres encore .Il a remporté de nombreux prix, nominations aux Gramy Awars, a fondé le « Comité Blues Gramy ».

Après cette soirée, nous quitterons Chicago.

La route du blues - de Chicago à New Orleans
La route du blues - de Chicago à New Orleans
La route du blues - de Chicago à New Orleans
La route du blues - de Chicago à New Orleans
La route du blues - de Chicago à New Orleans
La route du blues - de Chicago à New Orleans
La route du blues - de Chicago à New Orleans
La route du blues - de Chicago à New Orleans
La route du blues - de Chicago à New Orleans
La route du blues - de Chicago à New Orleans
La route du blues - de Chicago à New Orleans

Mais avant, il y aura un petit déjeuner chez « Lou Mitchell » .C’est le seul établissement de la route 66 qui n’a pas changé depuis l’ouverture. Et Chicago, c’est le début de la route 66.

Accueil au top, un petit déjeuner majestueux, un personnel souriant.

A ne pas rater pour bien débuter la journée.

La route du blues - de Chicago à New Orleans
La route du blues - de Chicago à New Orleans
Partager cet article
Repost0
24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 14:06

Nouveau

Le Blues Alive 76 de septembre 210014 est en ligne

Ici

Blues Alive 76
Partager cet article
Repost0
12 août 2014 2 12 /08 /août /2014 18:12
Bagnols sur Cèze : samedi

La météo est annoncée clémente pour cette soirée.

Cotton Blues

est un groupe de blues pop français de la région de Bagnols sur Cèze. Formé en 2003 par d'anciens membres du groupe BLUES BREAKERS BAND 1995-2002. 10 ans aprés le dernier album original des BLUESBREAKERS, ils décident de remettre le couvert pour un albumaux influences diverses mais sans dénigrer le blues, qui reste la ligne directrice de ce nouvel opus. COTTON BLUES est composé de 4 musiciens (batterie-chant, guitare, claviers, basse-harmo)formé aux scènes européennes les plus prestigieuses du blues (COGNAC, CAHORS, BAGNOLS, CHARLEROI...).

Ils ouvriront la deuxième soirée dès 19 heures. Les quatre se sont agrandis avec une section cuivre qui impulsera une tonalité blues, soul rock et funk . Ils ont sorti un deuxième album « Summer Twist » .

- Doran Reynaud : Chant/Batterie
- Charlie Lambert : Guitare
- Cyril De Fayard : Basse/Harmonica
- Marc Longfils : Clavier/Orgue
- René Chave : Saxophone(Ténor, Alto)/Flûte
- Marc Cauquil : Trompette
- Joffrey Milesi : Saxophone Baryton

Bagnols sur Cèze : samedi
Bagnols sur Cèze : samedi
Bagnols sur Cèze : samedi
Bagnols sur Cèze : samedi

Connie Lush

Petit bout de femme chaleureuse, pétillante, espiègle et pleine d’humour qui un est un pilier de la scène blues Britannique. La flamboyante Connie Lush fait partie de ses chanteuse qui donnent tout, qui chantent avec leurs tripes et une conviction dont personne ne peux douter.

Influencée par d’autres femmes comme Tina Turner, Aretha Franklin ou Etta James, elle a amplement mérité sa place dans la galerie des plus grands, aux côtés d’Alexis Corner et Eric Clapton pour n’en donner que deux.
Aux cours des dernières années, Connie a chanté dans plus de 30 pays. Elle s’est produite dans certains des plus grands et plus prestigieux festivals d’Europe, y compris Glastonbury Festival 2011. Elle a triomphé à Moscou, New York, Los Angeles. Elle a enregistré aux « Cotton Row Studios »
A Memphis et a chanté au BB Kings, Beale Street. Connie a également tourné avec BB King à tra vers le Royaume-Uni en terminant au « Royal Albert Hall » de Londres.
Connie est aussi reconnue comme compositeur. Hormis ses albums, elle a écrit entre autre pour la tv Britannique. Elle poursuit son histoire d’amour avec le public partout dans le monde, apportant son énorme « Gusto » pour la vie et pour la musique partout où elle va...Les planches sont sa vie, et elle transmet tellement bien son bonheur d’être là qu’il serait difficile de résister.

- Connie Lush : Chant
- Steve Wright : Guitare
- Terry Harris : Basse
- Roy Martin : Batterie
- Renaud Cugny : Piano & Hammond B3

Avec en autres

Lonely Avenue, Morning Blues, Blues is my Business , Nobody's Fault ,24 h blues , Love me like a man , Blues Buddies Fault , Felling good , Higher Ground

Bagnols sur Cèze : samedi
Bagnols sur Cèze : samedi
Bagnols sur Cèze : samedi
Bagnols sur Cèze : samedi

King King feat Alan Nimmo

Anglais mais surtout écossaise, c’est dans son kilt rouge qu’il jouera ce soir …Une première rencontre en octobre 2013 à la Traverse et revoici le géant du blues. Une stature qui n’a d’égal que son talent.

Il sait s'entourer de talents, et cette approche sélective signifie que King King représente un creuset de compétences et d'influences. Le résultat est un son énergique, puissant et irrésistiblement funky, marqué par l'intention du groupe de dessiner leur propre territoire autour du blues. Le groupe est très récent . Après un premier album « Take my hand ». un nouvel album « Standing In The Shadows » sorti en mars 2013, largement salué par la presse spécialisée et qui leur vaut 6 nominations aux British Blues Awards 2013 ! Si King King, est un groupe aux multiples influences blues et rock, la voix extraordinaire d'Alan Nimmo a des tonalités très soul. Un concert aux pulsations fortes, entrecoupé de belles balades et solos chauffés à blanc.

Un excellent moment que l’on souhaite revivre très vite.

- Alan Nimmo : Guitare/Chant
- Lindsay Coulson : Basse
- Wayne Proctor : Batterie
- Bob Fridzema : Clavier

Bagnols sur Cèze : samedi
Bagnols sur Cèze : samedi
Bagnols sur Cèze : samedi
Bagnols sur Cèze : samedi
Bagnols sur Cèze : samedi

Boney Fields & the Bone's Project

engagé par Lucky PETERSON en tant que leader du groupe musical , ils enchaînent les tournées internationales (Europe, Afrique, Amérique du Nord, Japon…), les concerts et shows télévisés avec notamment Bootsy COLLINS, George CLINTON en invités.

C’est au cours de ces tournées qu’il retrouve Bernard ALLISON, l’ami d’enfance, venu rejoindre depuis peu son père à Paris. Luther ALLISON essaye de convaincre Boney de venir en Europe pour travailler au sein de son groupe ainsi qu’avec celui de Bernard. Boney réfléchit et à 38 ans il franchit l’Atlantique avec sa trompette et s’installe à Paris. Boney va accompagner Luther dans ses tournées européennes en 1996 et 1997, jusqu’au décès de ce dernier . C’est en rencontrant à Paris le bassiste Mike Armoogum et le guitariste Hervé Samb que prend forme l’idée du Bone’s Project

Le groupe Boney Field & Bone’s project est presque né… il continue d’œuvrer en tant que sideman, aux côtés d’artistes très divers : le chanteur Reggae Alpha BLONDY, le légendaire bluesman Jimmy JOHNSON, la chanteuse de Gospel Liz MAC COMB, Patrick VERBEKE … Il participe à de nombreuses séances d’enregistrement en Blues, Funk, World Music : Paco SERY, Tino GONZALES, Check Tidiane SECK, Karim Albert KOOK, Ras SMAÏLA, Fred CHAPELLIER etc ...

Comme James Brown, Earth Wind & Fire.... Véritable showman et trompetiste hors pair, sa musique est avant tout festive. Il propose sa vision du Blues qui fait valser les étiquettes et qu'il emmène au delà des chapelles pour l’offrir à un public de 7 à 77 ans qui en redemande immanquablement....

Ce sont eux qui vont clore ce festival et c’est un parterre de danseurs qui s’agitent devant la scène. …

Aux « Are you ready », le public répond et danse de plus belle…

C’est la fête à Bagnols

Pour attendre la soirée sans sevrage brutal , il y avait aussi de la musique dans les bars partenaires.Avec Jean Maurice Driant

et Jack'Koko Harp Blues.

En tout , festival très sympathique organisé par une passionnée.

Bravo à Valerie et venez tous à Bagnols sur Cèze pour son prochain festival

Partager cet article
Repost0
11 août 2014 1 11 /08 /août /2014 16:36

Ouverture

C’est dans le cadre du théâtre de verdure du Mont-Cotton , Jean Christian Rey, maire de Bagnols et Valérie Cegielski présidente de l’association « Keep On Bluesin’ »ont déclaré ouvert ce festival qui va nous offrir deux magnifiques soirées de musique et de bonheur .

Bagnols sur Cèze  : vendredi

Nico Waynes Toussaint

Toujours un harmonica entre les dents et un sourire jusqu’aux oreilles, il est le parrain du festival 2014.

C’est donc lui et son groupe qui assureront l’ouverture, dès 19 heures 30.

Harmoniciste et chanteur reconnu tant aux USA qu’en Europe, il donne tout sur scène, avec une énergie hors du commun.

A la fin du set, il rendra un hommage particulier à Johnny Winter, qu’il a rencontré pour la première fois lors de son dernier concert à Cahors, le 14 juillet.

Ce sera le seule fois qu’il verra le « Guitar Heros » qui nous a quitté deux jours plus tard. Il jouera deux morceaux en son honneur.

Il finira par une reprise de James Cotton.

- Nico Wayne : Chant & Harmonica
- Florian Royo : Guitare
- Antoine Perrut : Basse Saxophone Alto
- Guillaume Destarac : Batterie

Bagnols sur Cèze  : vendredi
Bagnols sur Cèze  : vendredi Bagnols sur Cèze  : vendredi
Bagnols sur Cèze  : vendredi

Mz Dee et Maurizio Pugno Band

Surnommée la Diva Californienne, elle est née à Oakland en Californie .C’est dans le talent de sa mère qu’a germé le talent de la fille .

Connue pour avoir une forte personnalité et une voix puissante, pleine de nuance, elle est accompagnée par Band de Maurizio Pugno, un des meilleurs guitaristes italiens. Avec Alberto Marsico à l’orgue, Gio Rossi à la batterie, Mirko Pugno à la trompette, Cristiano Arcelli au sax alto, Giordani Biccheri au sax ténor et Andrea Angeloni au trombone.

De cette collaboration naîtra un album « Letters from Bootland » , mix de soul et de R&B.

Bagnols sur Cèze  : vendredi Bagnols sur Cèze  : vendredi
Bagnols sur Cèze  : vendredi
Bagnols sur Cèze  : vendredi Bagnols sur Cèze  : vendredi

Sugaray Rayford Band

C’est un rendez vous manqué avec le groupe.

L’orage annoncé par météo France a pertubé la fin de la soirée. Les musiciens ont attaqué quelques notes avant que des trombes d’eau fassent disparaitre les spectateurs et musiciens. Sugaray n’aura même pas le temps de monter sur scène.

Il ne reste plus que les techniciens qui tentent de bâcher tout le matériel avant qu’il n’y ai trop de dégâts.

- Sugaray Rayford : Chant
- Gino Matteo : Guitare
- Ralph Carter : Basse/Choeurs
- Alvino Bennett : Batterie
- Leo Dombecki : Clavier/Choeurs

Bagnols sur Cèze  : vendredi
Bagnols sur Cèze  : vendredi Bagnols sur Cèze  : vendredi
Bagnols sur Cèze  : vendredi
Partager cet article
Repost0
27 juillet 2014 7 27 /07 /juillet /2014 19:14
Cahors Blues Festival : samedi 19 juillet

C'est la dernière soirée.

Avec au village du blues

Pat Robert & The Heymakers

Le premier album de ce groupe de rockabilly de l'Arizona Etats-Unis est appelé "Lonesome et Blue".

L'album est sorti en Septembre 2011 .C'est un mélange de rockabilly, honky tonk et la musique country. Les membres du groupe sont Pat Roberts (chant et guitare), Paul Thomas (contrebasse) et Ed Michaels (batterie). Ils sont influencés par de grands musiciens tels que Roy Orbison, Elvis, Jerry Lee Lewis, Johnny Cash et Hank Williams. . Il y a toutes sortes de musique sur cet album.

l'album inclue les titres

: 1. Baby (Pat Roberts and The Heymakers)

2. All my friends are gonna be strangers (Pat Roberts and The Heymakers)

3. Train of Love (Pat Roberts and The Heymakers)

4. Lonesome And Blue (Pat Roberts and The Heymakers)

5. Uptown (Pat Roberts and The Heymakers)

6. Mighty Big Love (Pat Roberts and The Heymakers)

7. Let's Talk about Us (Pat Roberts and The Heymakers)

8. How Does It Feel? (Pat Roberts and The Heymakers)

9. Ma Chere Petite (Pat Roberts and The Heymakers)

10. Sweet On Me (Pat Roberts and The Heymakers)

11. Love Me (Pat Roberts and The Heymakers)

12. Sugar Sweet (Pat Roberts and The Heymakers)

13. Perfect Fool (Pat Roberts and The Heymakers)

Cahors Blues Festival : samedi 19 juillet
Cahors Blues Festival : samedi 19 juillet
Cahors Blues Festival : samedi 19 juillet

Voddo Swing

Ils sont de retour sur la petite scène de Cahors

J'apprend qu'ils vont se séparer et le chanteur continue en solo. Dommage, j'aimai bien ce groupe de rockabilly endiablé et sportif.

Cahors Blues Festival : samedi 19 juillet
Cahors Blues Festival : samedi 19 juillet
Cahors Blues Festival : samedi 19 juillet
Cahors Blues Festival : samedi 19 juillet

Enfin, c'est l'heure de la grande scène.

Ce soir, l'invité d'honneur de Robert Mauries est là. Il est aux anges ...

Naomi Shelton ou le soul vintage made in Daptones

Originaire du Midway en Alabama, elle a fait ses premières vocalises à la chorale de l'église, entourée de ses sœurs.

Elle a maintenant 70 ans et même si une jambe la fait souffrir, elle a encore beaucoup d'énergie en elle.

Robert est fier. Sa tournée française n'a que 2 dates , Juan les Pins et Cahors ...

Après 6ans de tournée avec "What have you done, my brother", Naomi & les Gospels Queens ont enregistré en 2013 douze morceaux pour "Cold World".Un album qui se situe entre la soul, le groove et le gospel.

Une belle dame du blues qui n'arrête pas de remercier son public d'être venu l'applaudir...

Cahors Blues Festival : samedi 19 juillet
Cahors Blues Festival : samedi 19 juilletCahors Blues Festival : samedi 19 juillet
Cahors Blues Festival : samedi 19 juillet
Cahors Blues Festival : samedi 19 juillet

le Final avec Otis Taylor

Charismatique. Un mot qui paraît inventé pour Otis Taylor. Géant aux yeux translucides et à la voix de baryton, le bluesman venu du Colorado peut arrêter le temps lorsqu'il entame son chant du diable. Un blues qu'il côtoie depuis l'enfance, lorsqu'il apprenait à jouer du banjo sur la route du lycée. Doté d'un talent unique, celui de « songster », il explore sans concessions l'histoire des relations raciales et des injustices sociales, posant ses mots sur une musique hybride et obsédante. Ce fameux « trance-blues » dont il est l'unique dépositaire, venu aussi bien des Appalaches que du rock psychédélique et qui n'a pas d'équivalent pour magnifier des expériences de vie vertigineuses. Brillant et intense.

Et accompagné d'une violoniste à la fois danseuse, gymnaste et contorsionniste .

Beau Spectacle.

Cahors Blues Festival : samedi 19 juillet
Cahors Blues Festival : samedi 19 juillet
Cahors Blues Festival : samedi 19 juillet
Cahors Blues Festival : samedi 19 juillet
Partager cet article
Repost0
21 juillet 2014 1 21 /07 /juillet /2014 17:47
Cahors Blues Festival  2014 : jeudi 17 juillet

Red Beans & Pepper Sauce

Home cooked a disparu et ce sera donc le groupe "Red beans & Pepper sauce" qui reviendra cet après midi à 17 heures .

34 ° à l'ombre, la chaleur a eu raison des festivaliers et l'espace Bessière peine à se remplir .

On retrouve donc notre groupe, quatre musico Laurent Galichonet à la guitare, Serge Auzier aux claviers , Denis Bourdié à la basse ,Thierry Imperato à la batterie et enfin la chanteuse Jessyca Aké.

Groupe de Rock qui joue du Blues, groupe de Blues qui joue du Funk ? Comme dans le « Blues contemporain » des Derek Trucks, Gov’t Mule, Susan Tedeschi, Gary Clark Jr, Joe Bonamassa, John Mayer Trio, Lucky Peterson, Anders Osborne, etc, Red Beans fusionne Soul et Rock mais c’est le Blues qui sert de liant comme les « red beans » et la « pepper sauce » dans la cuisine du Bayou, terre de mélange des cultures.

Après un 1er album « Le Gardien » sortit en septembre 2010 et un live « Live@MaFerme » en décembre 2011, le groupe sort un nouvel opus, « Who Made The Sauce ? » en novembre 2012. En novembre 2013 sort un nouvel EP 3 titres « EAT ME »

Cahors Blues Festival  2014 : jeudi 17 juillet
Cahors Blues Festival  2014 : jeudi 17 juillet
Cahors Blues Festival  2014 : jeudi 17 juillet

Karl W Davis

Revoilà KWD et the Sweetpeas.

Américain ,né en Georgie, son truc à lui , c'est la soul.Il réside souvent à Nantes avec son groupe, anciens musiciens de Malted Milk.

Tout soul, tout charme.

"Love" est le mot phare de l'après midi,il en use , en ré-use autant que de son charme. Il envoûte le public et ce sera tant avec sa voix puissante , ses danses langoureuses et ses jeux avec les musiciens et choristes que les spectateurs resteront bouche bée à l'écouter.

Bref séduction à tout prix...

Cahors Blues Festival  2014 : jeudi 17 juillet
Cahors Blues Festival  2014 : jeudi 17 juillet
Cahors Blues Festival  2014 : jeudi 17 juillet

Joanne Shaw Taylor

Originaire de la région des Midlands britanniques, Taylor a été découvert à 16 ans par Dave Stewart de Eurythmics, qui l'a recrutée pour jouer de la guitare dans son side-project DUP Tours avec Stewart et d'autres membres de la bande Jimmy Cliff, Candy Dulfer et Mudbone Cooper fourni un avant-goût de la scène internationale. Taylor a ensuite passé plusieurs années à développer son art en tant que guitariste et, en particulier, en tant que chanteur et écrivain de matériel original. Elle a signé pour Ruf Records en 2008 et enregistre son premier album avec le producteur lauréat d'un Grammy Jim Gaines - un lien direct vers deux de ses plus grands héros de la guitare, Albert Collins et Stevie Ray Vaughan. L'album est devenu le premier best-seller artiste dans l'histoire de Ruf Records et a recueilli une nomination comme meilleur nouvel artiste Debut au Blues Music Awards de 2010.

Après 18 mois d'activité de tourisme intense, y compris un passage sur le Blues Caravan Tour 2009, Taylor est retourné au studio Gaines en dehors de Memphis en 2010 pour enregistrer son disque suivi, Diamonds in the Dirt. Son réunir avec des musiciens de studio chevronnés Steve Potts et Dave Smith, diamants reflète un son un peu plus lourd, qui Taylor attribue à son nouvel environnement musical: de plus en plus en demande dans les clubs et festivals en Amérique du Nord, Taylor a récemment mis en place une nouvelle base d'attache à Detroit, Michigan. "Detroit a eu une influence sur l'album et a ajouté à l'ambiance", dit-elle. "Il ya une énorme quantité de bandes et des musiciens incroyables dans cette ville et il a été incroyable d'être exposés à eux." Pourtant seulement 25, Taylor a déjà pris les premiers obstacles sur la voie d'une longue et fructueuse carrière.

Cahors Blues Festival  2014 : jeudi 17 juillet
Cahors Blues Festival  2014 : jeudi 17 juillet
Cahors Blues Festival  2014 : jeudi 17 juillet
Cahors Blues Festival  2014 : jeudi 17 juillet

Ben l'Oncle Soul

Ce soir c'est complet, plus une place à vendre.

Son premier album, Ben l'Oncle Soul, sort le 17 mai 2010. Il compte quatorze titres en anglais et en français, dans un registre de musique soul des années 1960.

Son nœud papillon emprunté à son grand-père lui donne son surnom d'« Oncle Ben » en référence au visage de la marque de riz Uncle Ben's mais pour éviter des problèmes de droits avec cette dernière son nom de scène officiel devient « Ben l'Oncle Soul » en 2009.

C'est un show man, représentant de la soul groove française . Il est accompagné par ses deux danseurs au sourire ravageur. Son look et sa musique décalés en font la nouvelle coqueluche des médias.

Il ne manquera pas de garder son image si bien étudiée, pour le plus grand plaisir de tous. Pour mieux se faire désirer, il arrive après un premier morceau joué par son groupe.

Quelques morceaux plus tard, il repart et laisse son pianiste prendre le micro. Une reprise de "Bang bang et ses yeux bleus glaciers ont tué 2 femmes dans le public.

Le retour arrive, pour encore quelques morceaux supplémentaires.

C'est sur "Emmènes moi ailleurs.....pour une vie meilleure " que la soirée se termine .

Ben l’Oncle Soul: Chant

Austin Bohlman: Batterie

Ian McDonald: Guitare

Myles O’Mahony: Basse

Kelly Finnigan: Clavier et chant

Ryan Scott: Trompette

Morgan Price: Saxophone

Cyril Mence : Choeur

Ulrich Adabunu : Chœur

Cahors Blues Festival  2014 : jeudi 17 juillet
Cahors Blues Festival  2014 : jeudi 17 juillet
Cahors Blues Festival  2014 : jeudi 17 juillet
Cahors Blues Festival  2014 : jeudi 17 juillet
Cahors Blues Festival  2014 : jeudi 17 juillet
Partager cet article
Repost0
19 juillet 2014 6 19 /07 /juillet /2014 12:27

Mathis Haug

Retour de Mathis Haug après sa soirée avec Pura Fe;

Il fait très chaud cet après midi, beaucoup trop chaud et le public tarde à venir.

Auteur compositeur , il interprètera son répertoire très électrique. Certains grinceront des oreilles, les puristes du blues par exemple.

Le spectacle, c'est aussi Stephan Notari le batteur avec son instrument improbable, fait d'écuelle pour chien, bodon d'huile, de valise et autres objets du quotidien.

Cahors Blues Festival  2014 : mercredi 16 juillet
Cahors Blues Festival  2014 : mercredi 16 juillet

Ms Nickki & The Menphis Soul Connection

Elle revient après la soirée "hommage. à la route du blues " de mardi soir.

Et là , la chaleur augmente, la présence énorme de Ms Nickki , sa voix extraordinaire, son énergie et son partage avec son public en font un moment exceptionnel.

Cahors Blues Festival  2014 : mercredi 16 juillet
Cahors Blues Festival  2014 : mercredi 16 juillet

Jonny Lang

A l'âge de 16 ans, Jonny Lang trouve incroyable succès avec la sortie de son premier album majeur étiquette "Lie To Me."

A l'âge adulte, est tombé amoureux, a commencé une famille. Pour Lang, avec la sortie de Fight For My Soul, il entre dans un chapitre dans lequel il a trouvé sa voix.

C'est sa première tournée en France.

J'en connais quelques-unes qui ne rateront aucun de ces concerts.

Des musiciens un peu effacés devant la vedette, un tour réglé la papier millimétrée tout y est .Il sait se mettre en valeur, les postures sont juste parfaites pour les photographes, la voix est juste bien placée, tout y est pour un grand tour de séduction.

Cahors Blues Festival  2014 : mercredi 16 juillet
Cahors Blues Festival  2014 : mercredi 16 juillet

Eric Burdon & The Animals

Découverte ou retrouvailles pour l’assistance :le but est de retrouver ou de faire de découvrir aux plus jeunes la Légendes des 60’s Eric Burdon & the Animals.

Eric Burdon reconstituera momentanément les Animals en 19761et 1983. Il a dirigé de nombreux groupes sous le nom de Eric Burdon Band et quelques autres déclinaisons. Il reste plus connu en Europe continentale qu'aux Etats Unis ou au Royaume Uni . Il continue à enregistrer et à jouer avec de nouvelles versions de Eric Burdon and The Animals.

Mi-2005 , il sort un album en public : Athens Traffic et, au début de l'année 2006, il retourne aux sources du blues avec un nouvel album studio Soul Of A Man.

Eric Burdon, installé en Californie depuis 1967, est apparu dans plusieurs films, le plus souvent dans son propre rôle. À l'instar de celles d'un autre musicien anglais,John Mayall , sa maison californienne a brûlé à la fin des années 1970, perdant, lui aussi, l'intégralité de ses archives et autres œuvres, musicales comme personnelles.

Cahors Blues Festival  2014 : mercredi 16 juillet
Cahors Blues Festival  2014 : mercredi 16 juillet
Cahors Blues Festival  2014 : mercredi 16 juillet
Partager cet article
Repost0